Le Domaine de Fontenille, luxe, calme et raffinement

Implanté dans un parc digne d’un roman de Marcel Pagnol, le domaine de Fontenille, tout proche d’Aix-en-Provence, est un hôtel restaurant haut de gamme, mélangeant le style classique à l’art contemporain.

La façade, typiquement provençale, s’érige au milieu du parc. Pierres de la région, volets et huisseries vert amande, tuiles canal… L’ensemble a été restauré en respectant les codes de l’architecture vernaculaire.

Restaurée dans les règles de l’art

Près d’Aix-en-Provence, dans le joli village de Lauris, la bastide, typiquement provençale, a été restaurée, après un an et demi de travaux. C’est le projet de Frédéric Biousse et Guillaume Foucher, respectivement ex PDG du groupe SMCP, (Sandro, Maje et Claudie Pierlot) et propriétaire d’une galerie d’art à Paris. Quittant une vie trop trépidante, ils ont eu un coup de foudre pour cette belle bastide construite entre fin XVI et début XVIIIème. Conquis par la région, et particulièrement par la terre viticole, ils ont cherché à exprimer l’âme du lieu au travers d’un hôtel et d’un restaurant d’exception. Pour concrétiser leur rêve, ils ont fait confiance à l’architecte Alexandre Lafourcade, expert en restauration de châteaux et fin connaisseur de la Provence pour les travaux de fond et le gros oeuvre. En outre, le domaine en cours de conversion en agriculture biologique propose des vins travaillés en cuve inox, sous la houlette de l’oenologue et ingénieur agronome Laurence Berlemont.

Dans la salle des petits-déjeuners, le bois et la pierre sont associés de façon surprenante, à la suspension contemporaine conçue avec les fils apparents, (suspensions Aim, dessinées par Ronan & Erwan Bouroullec pour Flos Arteluce).
Afficher la galerie
Dans la salle des petits-déjeuners, le bois et la pierre sont associés de façon surprenante, à la suspension contemporaine conçue avec les fils apparents, (suspensions Aim, dessinées par Ronan & Erwan Bouroullec pour Flos Arteluce).
©Serge Chapuis

Une douce harmonie, dans un bâtiment historique

Le parc de 35 hectares, aussi grand que 50 terrains de football donne l’idée de l’ampleur du domaine. Les 250 cyprès dessinent des allées majestueuses ; toute la végétation provençale (oliviers, lauriers rose, lavandes…) y est présente.

Comme il se doit dans les hôtels haut de gamme, la salle de bain est spacieuse, équipée d’un meuble vasque en marbre et bois et d’une baignoire à l’ancienne. Carrelage création de la designer Patricia Urquiola  pour Mutina.
Afficher la galerie
Comme il se doit dans les hôtels haut de gamme, la salle de bain est spacieuse, équipée d’un meuble vasque en marbre et bois et d’une baignoire à l’ancienne. Carrelage création de la designer Patricia Urquiola pour Mutina.
©Serge Chapuis

Les 17 chambres et suites sont vastes, lumineuses, s’ouvrant pour la plupart, au sud, sur le parc avec vue sur les collines du Lubéron, ponctuées d’oeuvres d’art contemporain de Laurent Millet, Todd Hido, Ethan Murrow ou encore Anne-Lise Broyer. Côté déco, les murs, sans fausse note, jouent les tonalités de gris, beige et taupe. Bustes antiques, têtes de lit en bois, parquet en bois massif, canapés moelleux, salles de bains XXL affirment le caractère unique et raffiné de la bastide. Les matériaux nobles, bois, verre, fer se mélangent sans heurts… « Nous voulions faire revivre une maison du XIX ème, telle qu’elle était à l’origine, tout en lui donnant un confort attendu, relevée par des touches d’art contemporain, » expliquent les propriétaires. Côté bien-être, les hôtes ont la possibilité de profiter de la vaste piscine de 8 x 20 mètres, du hammam ou d’un massage au spa. « Nous avons beaucoup voyagé, et fréquenté de nombreux établissements haut de gamme. C’est ce même degré d’exigence sur la qualité des prestations, que nous nous sommes imposés en nous lançant dans cette aventure ». Le restaurant quant à lui, dirigé par le jeune chef Jérôme Faure, offre une cuisine originale qui surfe sur la qualité du terroir et les saveurs inattendues, avec des produits issus des producteurs locaux.  

Le salon prolonge la chambre baignée de lumière dans l’univers chaleureux d’une maison de famille.
Afficher la galerie
Le salon prolonge la chambre baignée de lumière dans l’univers chaleureux d’une maison de famille.
©Serge Chapuis

Alors pour une escapade le temps d’un week-end ou pour découvrir la région, laissez-vous tenter par la quiétude du domaine de Fontenille !

Chambres : de 180 à 420 €
Restaurant : menus de 27 à 98 €

Réserver:
Domaine de Fontenille
Route de Roquefraiche
84360 Lauris
Tél, 04 13 98 00 00
www.domainedefontenille.com

Pour la dégustation du vin, on s’installe dans un fauteuil design. La Chaise créée par Charles et Ray Eames en 1948, rééditée par Vitra.
Afficher la galerie
Pour la dégustation du vin, on s’installe dans un fauteuil design. La Chaise créée par Charles et Ray Eames en 1948, rééditée par Vitra.
©Serge Chapuis

Autour du bar, en toile de fond, le papier-peint crée un espace plus intime, sous l’œil attentif d’un portrait de famille.
Afficher la galerie
Autour du bar, en toile de fond, le papier-peint crée un espace plus intime, sous l’œil attentif d’un portrait de famille.
©Serge Chapuis

Canapé Chesterfield, fauteuils Louis XVI, lustres à pampilles campent le décor très british du salon, face aux portes-fenêtres en acier noir, donnant sur le parc.
Afficher la galerie
Canapé Chesterfield, fauteuils Louis XVI, lustres à pampilles campent le décor très british du salon, face aux portes-fenêtres en acier noir, donnant sur le parc.
©Serge Chapuis

Rénové de fond en comble, le grand salon résume la simplicité et le raffinement de l’hôtel, dépourvu de luxe ostentatoire.
Afficher la galerie
Rénové de fond en comble, le grand salon résume la simplicité et le raffinement de l’hôtel, dépourvu de luxe ostentatoire.
©Serge Chapuis

La fontaine, où l’eau coule en continu, est un élément caractéristique de la Provence, indispensable pour la végétation méditerranéenne.
Afficher la galerie
La fontaine, où l’eau coule en continu, est un élément caractéristique de la Provence, indispensable pour la végétation méditerranéenne.
©Serge Chapuis

Article publié le 27 février 2016

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire