Une maison en bois eco friendly

Son volume particulier a été sculpté en fonction de l’environnement. Une réalisation des architectes bruxellois Lionel Cumps et Olivier Dubucq, dans un jardin du paysagiste flamand Floris Steyaert.

Les lames du bardage en bois à la teinte destinée à évoluer dans le temps s’accordent avec un garde-corps et des châssis en bois avec seuils de fenêtre en cuivre, qui offriront aussi une belle patine. Au second niveau, la terrasse enveloppante, avec garde-corps oblique qui vient terminer le volume extérieur, permet de protéger la chambre de l’une des filles des propriétaires du vis-à-vis de la maison voisine.

Un objet-sculpture à habiter

Librement inspirée des principes modernistes véhiculés notamment par Le Corbusier qui a préconisé dès le début du XXème siècle des constructions lumineuses sur un plan libre, cette maison se démarque de la tradition de la brique très usitée en Belgique. Fabriquée en ossature bois avec un bardage en Red Cedar sur un soubassement en béton, elle offre un volume en mono-matière qui préserve l’intimité de ses occupants, tout bénéficiant d’une large ouverture sur le jardin et la forêt attenante. « Le travail d’expression des pleins et des vides creuse une masse dense pour libérer des ouvertures tantôt très généreuses, tantôt confinées et cadrées. Il en résulte un volume irrégulier à géométrie très simple et à l’aspect presque naturel à l’orée du bois, telle une terre d’argile malaxée s’étant naturellement érodée sous l’effet du contexte pour jouir au mieux des particularités de chaque orientation, de chaque contrainte, de chaque vue. Situé en plein bois, le projet vise une intégration la plus naturelle possible en jumelant système constructif et bardage en bois, pour un souci de cohérence générale du projet par rapport à son contexte », explique l’architecte Lionel Cumps. Et côté énergie, chauffage au sol au gaz, isolation en fibres de bois et ventilation double flux qui purifie l’air préchauffé en hiver et offre à la maison un niveau basse énergie qui permet de réaliser quelques économies. 

Cette maison de 200 m² est située à l’orée d’un bois sur la commune d’Ottignies-Louvain-La-Neuve en Wallonie. Elle est recouverte d’un bardage en Red Cedar (murs et toiture) dont la couleur évolue vers une jolie patine grisée avec le temps. Côté rue et nord, la maison se referme et l’absence de fenêtres permet de conserver l’intimité des occupants.
Afficher la galerie
Cette maison de 200 m² est située à l’orée d’un bois sur la commune d’Ottignies-Louvain-La-Neuve en Wallonie. Elle est recouverte d’un bardage en Red Cedar (murs et toiture) dont la couleur évolue vers une jolie patine grisée avec le temps. Côté rue et nord, la maison se referme et l’absence de fenêtres permet de conserver l’intimité des occupants.
©Nicolas Velter

Une organisation spatiale logique

A l’intérieur, les maîtres d’ouvrage ont souhaité donner de l’importance au premier niveau qui offre en enfilade une grande pièce à vivre, une suite parentale et un vestiaire près de l’entrée. Une mezzanine accueille un bureau dans le double volume de la pièce principale. Ce plateau est posé sur un sous-sol qui renferme une généreuse buanderie et un cave. Quant au second niveau d’habitation, il  accueille deux chambres pour les filles du propriétaire dont l’une profite d’une terrasse fermée avec une salle de bain commune. Le dessin du mobilier comme celui de la maison a été réalisé par les architectes Olivier Dubucq et Lionel Cumps.

La terrasse flottante au niveau du jardin longe le premier niveau d’habitation.
Afficher la galerie
La terrasse flottante au niveau du jardin longe le premier niveau d’habitation.
©Nicolas Velter

Un jardin réinventé

A l’extérieur, l’architecte paysagiste Floris Steyaert a organisé une végétation qui crée un espace intermédiaire entre la rue, le jardin existant et la l’orée de forêt. Le terrain sur lequel a été bâti cette maison résultant d’un découpage d’une propriété déjà construite, il était nécessaire de créer un vrai jardin adapté à cette maison qui notamment, grâce à des buttes de massifs, permettait de gérer les eaux de pluie, un souci majeur en Belgique.

Côté rue, la lumière naturelle est capturée par les ouvertures donnant sur les zones de communication. Les plantations réalisées par l’architecte paysagiste Floris Steyaert dialoguent avec le bois et créent un lien végétal qui entoure la maison.
Afficher la galerie
Côté rue, la lumière naturelle est capturée par les ouvertures donnant sur les zones de communication. Les plantations réalisées par l’architecte paysagiste Floris Steyaert dialoguent avec le bois et créent un lien végétal qui entoure la maison.
©Nicolas Velter

Contact :
Lionel Cumps, architecte

Rue de la Fauvette
1180 Uccle (Bruxelles)
Belgique
Tél. : 0032(0)472 10 78 60
Mail : lionelcumps@gmail.com

Olivier Dubucq, architecte
Avenue Norbert Gille, 14
1070 Anderlecht (Bruxelles)
Belgique
Tél. : 0032(0)24 116 112

Floris Steyaert, architecte paysagiste
Quai du Hainaut, 31
1080, Molenbeek (Bruxelles)
Belgique
Tél. : 0032(0)46 496 68 58

Et boulevard Emile Jacqmain, 4/6
1000 Bruxelles
Belgique
Tél. : 0032(0)203 03 23
Mail : info@florissteyaert.be
www.florissteyaert.be

La bibliothèque garde-corps, dessinée par Lionel Cumps et Olivier Dubucq, permet de camoufler la télévision, le matériel HIFI et informatique.
Afficher la galerie
La bibliothèque garde-corps, dessinée par Lionel Cumps et Olivier Dubucq, permet de camoufler la télévision, le matériel HIFI et informatique.
©Nicolas Velter

L’escalier en béton qui mène au sous-sol également en béton met en évidence la pente raide du terrain.
Afficher la galerie
L’escalier en béton qui mène au sous-sol également en béton met en évidence la pente raide du terrain.
©Nicolas Velter

La maison s’ouvre vers le sud-ouest avec une grande terrasse et une perspective très agréable sur le jardin. Elle offre deux accès au jardin.
Afficher la galerie
La maison s’ouvre vers le sud-ouest avec une grande terrasse et une perspective très agréable sur le jardin. Elle offre deux accès au jardin.
©Nicolas Velter

La table de repas s’articule en angle avec un premier plateau comptoir qui sert pour le petit déjeuner. Son biseau s’aligne sur le joint de dilatation du sol en béton et au niveau des autres meubles de rangements pour dégager un couloir et dégagement latéral. Au sol, le béton offre des joints de dilatation tous les 25 m² qui empêchent ce revêtement de se fissurer.
Afficher la galerie
La table de repas s’articule en angle avec un premier plateau comptoir qui sert pour le petit déjeuner. Son biseau s’aligne sur le joint de dilatation du sol en béton et au niveau des autres meubles de rangements pour dégager un couloir et dégagement latéral. Au sol, le béton offre des joints de dilatation tous les 25 m² qui empêchent ce revêtement de se fissurer.
©Nicolas Velter

La terrasse en teck offre une patine grisée qui s’accorde ave celle du bardage de la maison.
Afficher la galerie
La terrasse en teck offre une patine grisée qui s’accorde ave celle du bardage de la maison.
©Nicolas Velter

La texture non uniforme du sol en béton lissé présente des imperfections qui la rendent vivante. A l’étage, on retrouve le bois dans les chambres.
Afficher la galerie
La texture non uniforme du sol en béton lissé présente des imperfections qui la rendent vivante. A l’étage, on retrouve le bois dans les chambres.
©Nicolas Velter

Les parties les plus abritées gardent plus longtemps la couleur chaude d’origine du bardage en Red Cedar. On accède au sous-sol et au jardin par un escalier extérieur en béton qui met en évidence la forte déclivité du terrain.
Afficher la galerie
Les parties les plus abritées gardent plus longtemps la couleur chaude d’origine du bardage en Red Cedar. On accède au sous-sol et au jardin par un escalier extérieur en béton qui met en évidence la forte déclivité du terrain.
©Nicolas Velter

Le mobilier de couleur blanche s’accorde s’intègre parfaitement dans l’espace aux murs immaculés.
Afficher la galerie
Le mobilier de couleur blanche s’accorde s’intègre parfaitement dans l’espace aux murs immaculés.
©Nicolas Velter

Au-dessus de la table de repas, le muret de la mezzanine cache un coin bureau qui reste discret, parfaitement occulté du reste de l’espace.
Afficher la galerie
Au-dessus de la table de repas, le muret de la mezzanine cache un coin bureau qui reste discret, parfaitement occulté du reste de l’espace.
©Nicolas Velter

Cette maison basse énergie est dotée d’arches en bois pare-soleil qui permettent de préserver l’intérieur du salon exposé au sud des rayons les plus ardents du soleil en été.
Afficher la galerie
Cette maison basse énergie est dotée d’arches en bois pare-soleil qui permettent de préserver l’intérieur du salon exposé au sud des rayons les plus ardents du soleil en été.
©Nicolas Velter

Article publié le 26 juin 2017

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire