En Bretagne, une maison à l’architecture atypique

Construite dans les années 1970 par l’architecte Martine Abraham, cette maison récemment rénovée offre une vue panoramique à 360° sur le paysage maritime.

La maison présente une superficie d’environ 200 m² habitables, répartis sur trois niveaux.

Un dessin particulier

La maison se distingue par sa structure architecturale hors norme, dont la forme est inspirée par les couleurs des cartes à jouer. La base de la maison est en forme de carreau, le premier niveau en forme de trèfle, le second niveau en forme de pique, et le toit en forme de cœur. Le rez-de-chaussée accueille un espace de vie circulaire tourné vers la mer, avec une cuisine intégrée. L’étage, desservi par un escalier, également intégré à l’architecture d’intérieure, abrite une grande chambre avec dressing et salle d’eau, entièrement ceinturée par une coursive extérieure. Le rez-de-jardin a été aménagé en studio indépendant. Il est décoré avec du mobilier et des objets de style scandinave et comprend une chambre, un coin cuisine et une salle d’eau. Un garage et un atelier complètent l’ensemble.

Elle s’élève sur le front de mer à proximité immédiate de la plage, et profite d’un environnement et d’une vue exceptionnels. Elle est située dans la commune de Fréhel dans les Côtes d’Armor, dans la région de Saint-Brieuc, non loin de Saint-Malo et de Rennes.
Afficher la galerie
Elle s’élève sur le front de mer à proximité immédiate de la plage, et profite d’un environnement et d’une vue exceptionnels. Elle est située dans la commune de Fréhel dans les Côtes d’Armor, dans la région de Saint-Brieuc, non loin de Saint-Malo et de Rennes.
©Architecture de collection

Une technique innovante

L’espace intérieur a été restructuré de façon à optimiser la vue. Les trois niveaux de la maison reposent sur quatre piliers de béton. C’est cette trame inspirée de la maison « Dom- Ino » de Le Corbusier, qui permet de supprimer tout cloisonnement et autorise le dessin singulier du plan des différents niveaux. Imaginé en 1914, à l’origine pour fabriquer des logements pour les sinistrés de guerre, qu’ils pouvaient eux-mêmes construire, ce système innovant de structure - ossature - complément est indépendant des fonctions du plan de la maison : l’ossature porte simplement les planchers et l'escalier. Elle est fabriquée en éléments standard, combinables les uns avec les autres, ce qui permet une grande diversité formelle. En béton armé, les planchers sont coulés avec une surface lisse dessus et dessous, au moyen d'un très simple échafaudage de poutrelles en double T accrochées temporairement à des colliers qui sont fixés au sommet de chaque poteau. Les poteaux de béton sont coulés à pied d'œuvre, et sont dressés avec le système de coffrage.

A l’intérieur on retrouve l’ambiance des années 1970, avec un tapis et des coussins pour un art de vivre décontracté et chaleureux au ras-du-sol. Fauteuil Elda, assise et dossier composés de boudins de mousse de cuir lovés dans une coque en fibre de verre, pivotant à 360°, créé par Joe Colombo en 1965 et édité par Comfort.
Afficher la galerie
A l’intérieur on retrouve l’ambiance des années 1970, avec un tapis et des coussins pour un art de vivre décontracté et chaleureux au ras-du-sol. Fauteuil Elda, assise et dossier composés de boudins de mousse de cuir lovés dans une coque en fibre de verre, pivotant à 360°, créé par Joe Colombo en 1965 et édité par Comfort.
©Architecture de collection

Une liberté de création

Le format de l'ossature "Dom-Ino" portante et la situation toute particulière des poteaux permettent une grande liberté d’agencement à l’intérieur avec notamment la possibilité de grandes baies vitrées en façade. L'ossature "Dom-Ino" étant portante, les murs ou les cloisons pouvaient être réalisées dans les matériaux les plus divers. Et c’est cela qui donne ici une architecture à l’identité forte. Ce bien intemporel est à vendre par l’agence immobilière Architecture de Collection sur le site www.architecturedecollection.fr

La chambre meublée de bois clair offre des accents scandinaves. Modèle « CH 24 Dining chair », surnommé « Y Chair » ou « Wishbone Chair » en raison de la forme particulière de son dossier en Y. Créée par Hans J. Wegner en 1949 et éditée par Carl Hansen & Son, sa structure est en hêtre thermoformé avec assise en corde de papier blanc tressée main. Elle est ici recouverte d’une fourrure.
Afficher la galerie
La chambre meublée de bois clair offre des accents scandinaves. Modèle « CH 24 Dining chair », surnommé « Y Chair » ou « Wishbone Chair » en raison de la forme particulière de son dossier en Y. Créée par Hans J. Wegner en 1949 et éditée par Carl Hansen & Son, sa structure est en hêtre thermoformé avec assise en corde de papier blanc tressée main. Elle est ici recouverte d’une fourrure.
©Architecture de collection

Contact :
Architecture de Collection
Tél. : 01 53 00 97 44
Mail : contact@architecturedecollection.fr

La cuisine intégrée sous l’escalier et composée de rangements bas qui laissent passer la lumière et dessinent un espace parfaitement traversant.
Afficher la galerie
La cuisine intégrée sous l’escalier et composée de rangements bas qui laissent passer la lumière et dessinent un espace parfaitement traversant.
©Architecture de collection

L’ensemble de la maison est intégralement ceinturé de baies vitrées et bénéficie d’un ensoleillement optimal et d’une vue dégagée à 360°.
Afficher la galerie
L’ensemble de la maison est intégralement ceinturé de baies vitrées et bénéficie d’un ensoleillement optimal et d’une vue dégagée à 360°.
©Architecture de collection

A l’extérieur de la maison, un puits recueille l’eau de pluie par le biais d’une gouttière. Les façades sont habillées de tavaillons, petites tuiles de bois exotique qui jouent le rôle d’isolant thermique naturel.
Afficher la galerie
A l’extérieur de la maison, un puits recueille l’eau de pluie par le biais d’une gouttière. Les façades sont habillées de tavaillons, petites tuiles de bois exotique qui jouent le rôle d’isolant thermique naturel.
©Architecture de collection

La maison originale s’élève dans un jardin paysagé d’environ 1 700 m².
Afficher la galerie
La maison originale s’élève dans un jardin paysagé d’environ 1 700 m².
©Architecture de collection

Article publié le 29 juillet 2016

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire