Un hôtel particulier de style paquebot

Situé dans le 15ème arrondissement de Paris, cet espace dessiné par l’architecte Pierre Patout offre un témoignage vivant de la modernité des années 1930.

L’image du paquebot, concept clef du Mouvement moderne s’impose à la vue de cet immeuble tout en longueur avec sa proue aux retraits successifs, ses horizontales filantes en partie haute, ses longues coursives intérieures, ses pavillons en toiture évoquant des cheminées de navire.
Voir plus : immeuble, style art déco

Pierre Patout, en quelques lignes

Architecte et décorateur, Pierre Patout (1879-1965) est, entre les deux guerres, le représentant d’une tendance qui, proche du « style international », laisse néanmoins place aux arts décoratifs en architecture. Après une formation à l’école des Beaux-Arts où il est compagnon d’Henri Sauvage, il se fait connaître, dès 1925, comme décorateur en réalisant le pavillon de Sèvres et le pavillon du Collectionneur pour l’exposition internationale des Arts décoratifs. A la même époque, la Compagnie Générale Transatlantique lui confie en collaboration avec Emile-Jacques Ruhlmann l’aménagement intérieur des paquebots Ile-de-France, Atlantique et du célèbre Normandie. Grâce à ces hôtels marins géants à la décoration atteignant un raffinement extrême, la carrière de Pierre Patout devient synonyme d'architecture de luxe. Une clientèle fortunée lui commande des villas et des hôtels particuliers. Patout se distingue encore comme architecte des Galeries Lafayette et de la chaîne de magasins Nicolas. Après la guerre, il participe à la reconstruction de la ville de Tours, dont il édifie la bibliothèque municipale, ultime témoignage de la modernité monumentale qui le caractérise.

L’hôtel particulier est desservi par une belle entrée principale qui permet d’accéder au niveau supérieur, dédié aux espaces de réception, et au niveau inférieur qui accueille la partie nuit, ainsi qu’aux espaces de services.
Afficher la galerie
L’hôtel particulier est desservi par une belle entrée principale qui permet d’accéder au niveau supérieur, dédié aux espaces de réception, et au niveau inférieur qui accueille la partie nuit, ainsi qu’aux espaces de services.
©Architecture de Collection

L’histoire du lieu

En 1929, après avoir acquis une étroite parcelle, réputée inconstructible, située contre le remblai du chemin de fer, l’architecte Pierre Patout crée une société immobilière pour la réalisation d'un immeuble de rapport avec logements et commerces. L’architecte y emploie le vocabulaire formel et constructif du style international : enduit blanc des façades, découpage horizontal, porte-à-faux, toiture-terrasse, menuiseries métalliques et utilisation du béton armé. On lit clairement en façade la distribution de l’espace intérieur : boutiques en rez-de-chaussée, entresol de studios, duplex au premier étage, studios semblables sur les trois étages suivants, duplex au sommet et grands appartements à la proue. L’immeuble fera l’objet en 1986 d’une inscription à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques.

Au niveau supérieur, prend place une majestueuse réception de 71 m², sur deux niveaux, profitant de trois expositions. Le salon, tout en longueur, intègre un coin bureau aménagé dans la bibliothèque. L’espace est meublé avec des icônes du design. Chaise Zig Zag de Gerrit  Thomas Rietvelf chez Cassina, tables d’appoint, modèle Ajustable Table E 1027, création Eileen Gray éditée par ClassiCon, et lampadaire Arco, création Achille et Pier Giacomo Castiglioni, édité chez Flos.
Afficher la galerie
Au niveau supérieur, prend place une majestueuse réception de 71 m², sur deux niveaux, profitant de trois expositions. Le salon, tout en longueur, intègre un coin bureau aménagé dans la bibliothèque. L’espace est meublé avec des icônes du design. Chaise Zig Zag de Gerrit Thomas Rietvelf chez Cassina, tables d’appoint, modèle Ajustable Table E 1027, création Eileen Gray éditée par ClassiCon, et lampadaire Arco, création Achille et Pier Giacomo Castiglioni, édité chez Flos.
©Architecture de Collection

Un volume particulier

Et c’est dans cet immeuble, construit en 1934, qu’il travailla et habita. Ce « paquebot » urbain est sa réalisation la plus représentative. La référence au paquebot se retrouve jusque dans l’organisation intérieure des cellules d’appartements, distribuées par de longues coursives reliées par un élégant escalier à double volée. Hublots, passerelles, tout y est. Quant à l’hôtel particulier, à l’origine décoré soin par l'ébéniste Emile-Jacques Ruhlmann et par le ferronnier Raymond Subes, il totalise une superficie de 165 m², incluant une terrasse de 10 m² environ

Et cet hôtel particulier à vendre, est présenté sur le site www.architecturedecollection.fr

La cuisine séparée est meublée de façon contemporaine, avec un style design épuré et un choix de deux teintes en opposition, le noir et blanc, déclinées dans différentes matières.
Afficher la galerie
La cuisine séparée est meublée de façon contemporaine, avec un style design épuré et un choix de deux teintes en opposition, le noir et blanc, déclinées dans différentes matières.
©Architecture de Collection

Renseignements :
Architecture de Collection
Tél. : 01 53 00 97 44
Mail : contact@architecturedecollection.fr

Le niveau inférieur, avec entrée privative, comprend une suite parentale « cabine » avec salle de bains et dressing, une deuxième chambre en enfilade avec salle d’eau et des pièces de services.
Afficher la galerie
Le niveau inférieur, avec entrée privative, comprend une suite parentale « cabine » avec salle de bains et dressing, une deuxième chambre en enfilade avec salle d’eau et des pièces de services.
©Architecture de Collection

La salle à manger, aménagée sur une mezzanine, surplombe le salon.
Afficher la galerie
La salle à manger, aménagée sur une mezzanine, surplombe le salon.
©Architecture de Collection

Le salon en contrebas est personnalisé par des colonnes qui font écho aux arbres de l’extérieur. Derrière, se cache un coin salle à manger, occulté par un muret, et accessible par quelques marches.
Afficher la galerie
Le salon en contrebas est personnalisé par des colonnes qui font écho aux arbres de l’extérieur. Derrière, se cache un coin salle à manger, occulté par un muret, et accessible par quelques marches.
©Architecture de Collection

La salle de bains joue la carte de l’Art déco. Le choix du noir et blanc, avec un effet bicolore graphique très marqué, symbole de modernité dans les années 1930, se retrouve jusque dans les accessoires de toilette. Un large plan carrelé blanc fait écho à la baignoire située de l’autre côté.
Afficher la galerie
La salle de bains joue la carte de l’Art déco. Le choix du noir et blanc, avec un effet bicolore graphique très marqué, symbole de modernité dans les années 1930, se retrouve jusque dans les accessoires de toilette. Un large plan carrelé blanc fait écho à la baignoire située de l’autre côté.
©Architecture de Collection

Le lieu est doté d’une une terrasse confidentielle, protégé de la rue et des regards indiscrets par un muret encadré d’arbustes et de plantations denses. Tandis qu’à l’intérieur, des colonnes valorisent la hauteur de 5 mètres sous plafond.
Afficher la galerie
Le lieu est doté d’une une terrasse confidentielle, protégé de la rue et des regards indiscrets par un muret encadré d’arbustes et de plantations denses. Tandis qu’à l’intérieur, des colonnes valorisent la hauteur de 5 mètres sous plafond.
©Architecture de Collection

L’intérieur est caractérisé par une pièce principale à la lumière traversante qui profite d’une triple exposition, avec vue sur la cime des arbres. Elle se distingue par sa forme rectangulaire, tout en longueur, qui suit les lignes du bâtiment dessiné à la façon d’un paquebot.
Afficher la galerie
L’intérieur est caractérisé par une pièce principale à la lumière traversante qui profite d’une triple exposition, avec vue sur la cime des arbres. Elle se distingue par sa forme rectangulaire, tout en longueur, qui suit les lignes du bâtiment dessiné à la façon d’un paquebot.
©Architecture de Collection

Article publié le 27 avril 2016

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire