Les restaurants Matsuri font peau neuve

Cette enseigne nippone a choisi le duo des architectes Nicolas Moreau et Hiroko Kusunoki pour redonner une âme à ses restaurants. Un dialogue Extrême-Orient et occident bien orchestré.

Les lames de bois enveloppent le restaurant comme un cocon et jouent avec la géométrie des tables tournantes et du comptoir.

Une rénovation progressive

Fondé en 1986, Matsuri est le premier groupe français de restaurants japonais à comptoir tournant, avec un service de vente à emporter et de livraison à domicile. Depuis 2012,  cette enseigne  a démarré une phase de rénovation intérieure de ses restaurants, avec la collaboration d’un duo d’architectes franco-japonais Moreau Kusunoki. Déjà 5 établissements ont été relookés : Matsuri Vincennes, Matsuri Boétie, Matsuri Presqu’île et Matsuri Part-Dieu à Lyon, Matsuri Bordeaux et ce n’est qu’un début…

Ici la présentation graphique des assiettes fait écho à la décoration du lieu sobre, épuré.
Afficher la galerie
Ici la présentation graphique des assiettes fait écho à la décoration du lieu sobre, épuré.
©Luc Boegly

Un écrin de bois

Dans le respect de la charte graphique d’origine qui met en valeur une ambiance chic, les architectes avaient la mission « d’apaiser, de pacifier le lieu, afin de permettre au public de se concentrer sur l’essentiel : la dégustation et l’échange autour du repas », précise Nicolas Moreau. Ces objectifs expliquent le choix strict et volontaire d’un nombre réduit de matériaux décoratifs pour mettre l’accent sur une typologie particulière de bois : des lames verticales boisées tapissent l’espace, dessinent un rythme sur certains murs et au plafond. Les architectes ont mis aussi un point d’honneur à retravailler l’acoustique, avec l’utilisation de fibres de bois de couleur sombre cachées derrière les lames de bois. Ce dispositif permet de réduire le volume sonore et de limiter la réverbération du son. Quant aux éclairages, ils sont masqués pour créer une ambiance chaleureuse et douce, avec une lumière tamisée.

Les lames de bois des murs répondent à celles qui composent les sièges.
Afficher la galerie
Les lames de bois des murs répondent à celles qui composent les sièges.
©Luc Boegly

Des sièges en adéquation

Et la chaise choisie est un modèle en hêtre également composé de lames de bois massif assemblées à la manière d’un peigne et renforcées par des tiges en acier. Elle est caractérisée par un dossier bas, qui limite son encombrement visuel. Un design parfait pour les restaurants Matsuri !

www.matsuri.fr

Les suspensions lumineuses cylindriques valorisent les produits.
Afficher la galerie
Les suspensions lumineuses cylindriques valorisent les produits.
©Luc Boegly

A Lyon, le restaurant Matsuri a été implanté dans un bâtiment ancien qui a conservé ses arcades et sa façade d’origine avec encadrements d’ouvertures en pierre apparente.
Afficher la galerie
A Lyon, le restaurant Matsuri a été implanté dans un bâtiment ancien qui a conservé ses arcades et sa façade d’origine avec encadrements d’ouvertures en pierre apparente.
©Luc Boegly

Article publié le 26 mai 2017

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire