NOUVEAU : Acheter, louer... découvrez les annonces immobilières de Maison.com en cliquant ici !

Construction en brique traditionnelle et à joints minces

Le marché de la brique de 20 cm est encore très présent dans le paysage constructif français.
Avec une isolation par l'intérieur et contre-cloison en brique de plâtre la performance des meilleures briques de 20 cm entre directement en concurrence avec les solutions monomur 37,5 ou bloc béton avec rupteur de pont thermique.

Mur en brique à joints minces de type A
Cet article fait partie du dossier Constructions maçonnées

Panorama des solutions en briques avec complément d'isolation par l'intérieur.

Si les briques les plus épaisses telles les Monomur de 37,5 cm ne nécessitent pas d'isolation complémentaire pour assurer de bonnes performances, le marché de la brique de 20cm est encore très présent dans le paysage constructif français.

Avec le durcissement des réglementations thermiques, les solutions proposées par les fabricants de brique diffèrent largement de celles proposées par le système en parpaings de blocs béton :

•  Les industriels de la filière brique ont les premiers amélioré leur système en développant des briques de plus en plus isolantes.
Bien que nécessitant encore un doublage, les nouvelles briques de 20 cm participent significativement à l'isolation des murs.
Pour que la performance thermique ne soit pas pénalisée par le mortier de ciment, ces briques se posent sur un joint mince avec un mortier colle adapté et un outil spécifique.
pose d'un joint mince sur briques

• Le bloc béton est quant à lui très peu isolant intrinsèquement. En augmentant l'épaisseur des isolants rapportés, la majeure partie des calories sont perdues au niveau des jonctions entre les murs et les planchers. Aussi les industriels de la filière béton ont plus récemment développé des systèmes de rupteurs de ponts thermiques que nous avons déjà évalué.

Trois types de briques pour une épaisseur de 20 cm :

brique isolante de type bLes briques isolantes dites de type B par la réglementation sont les plus courantes et on les trouve sous les dénominations ECO Bric, GeliMatic, MurBric R20, CaliBric, BGV Primo, Optibric, etc selon les fabricants.
La résistance thermique de ces briques est aux alentours de 0,7 à 0,75  m².K/W
brique isolante de type a Certains fabricants proposent des briques, dites de type A dont la résistance thermique atteint 1 m².K/W,  soit cinq fois plus que celle d'un bloc béton.
A la date de publication de cet article, deux fabricants les proposent : Bouyer-Leroux (BGV Thermo) et Imérys (Optibric PV 3+)
brique traditionnelle mur brique, maçonnerie traditionnelle La maçonnerie traditionnelle en brique utilise des briques à perforations horizontales posées sur un mortier de 1cm.

Cette solution la moins performante thermiquement reste appréciée des maçons. La pose est facile puisque les défauts de planéité du premier rang peuvent être compensés par le mortier.

Nous avons choisi de comparer ces trois briques sur notre mur type, avec un doublage de 10 cm en laine minérale. Deux solutions de parements intérieur sont comparées : la plaque de plâtre et la contre-cloison brique platrière de 5 cm. 

Si les notions de pertes thermiques, d'inertie, de capacité calorifiques et de déphasage ne vous sont pas familières, lisez d'abord notre introduction au dossier « En quoi construire les murs de votre maison  ». 

Pertes thermiques paroi + liaisons ramenées au m²

brique traditionnelle + laine de verre
0.61 W/m²K (Up=0,30)
  0.65 0.45  
brique type b + laine de verre
0.57 W/m²K (Up=0,28)
  0.65 0.45  
brique type a + laine de verre
0.49 W/m²K (Up=0,26)
  0.65 0.45  

La bonne vieille brique traditionnelle marque désormais le pas sur ses concurrentes tout en restant néanmoins plus performante que la solution classique en parpaings (sans rupteur de pont thermique, encore la plus courante malheureusement).

Par contre, les meilleures briques isolantes de 20 cm (dites de type A), ont eu sur notre mur type, exactement les mêmes performances d'isolation que la brique monomur de 37,5 cm et que la solution bloc béton avec rupteur de pont thermique !!

Capacité surfacique utile côté intérieur

Briques tous types de 20 cm + doublage plaque de plâtre
15 kJ/m²K
  15 35  
Briques tous types de 20 cm + contre-cloison de plâtrerie traditionnelle
42 kJ/m²K
  15 35  

Contrairement aux solutions avec complexe de doublage en plâtrerie sèche, la contre-cloison porteuse et l'enduit plâtre traditionnel apportent une excellente capacité thermique et donc une forte inertie à la maison.
Qui plus est, les calculs effectués avec la norme ISO 13786 montrent de manière surprenante que l'inertie utile d'une contre-cloison sur isolant est même supérieure à celle d'une brique monomur avec enduit plâtre.

Déphasage selon ISO 13786

brique traditionnelle + laine de verre, plaque de plâtre
8.2 h
  7.5 11  
brique type a + laine verre + contre-cloison, plâtrerie traditionnelle
11.5 h
  7.5 11  

Le déphasage de ces solutions augmente avec la qualité isolante de la brique et avec la présence d'une contre cloison. Ainsi, la moins bonne solution (brique traditionnelle, parement plaque de plâtre) a un déphasage faible sans pour autant être catastrophique tandis que la meilleure solution (brique type a + contre cloison) présente un déphasage excellent.

Energie grise au m²

Briques tous types de 20 cm + doublage plaque de plâtre
213 kWh/m²
  240 60  
Briques tous types de 20 cm + contre-cloison de plâtrerie traditionnelle
229 kWh/m²
  240 60  

La cuisson de la terre nécessaire pour fabriquer les briques est énergivore et place ces solutions en dessous de la moyennne.

Conclusion

Il est possible d'obtenir de très bonnes performances avec une construction conventionnelle en brique de 20 cm.

Bonne nouvelle : cela laisse aux maîtres d'ouvrage plus de choix possibles pour trouver des constructeurs, entrepreneurs, etc et de comparer des devis.

La mise en oeuvre des meilleures briques isolantes (type a) en 20 cm avec un isolant intérieur et une contre-cloison donne une solution aux performances équivalentes d'un mur en monomur de terre cuite ou béton cellulaire de 37,5cm et largement supérieure à un monomur de 30 cm.

La brique de type A doit permettre d'atteindre les niveaux Haute voire très Haute Performance Environnementale (HPE ou THPE) ... mais pas à priori le niveau basse consommation (Effinergie) qui est la cible visée des constructions à l'horizon 2015.

Pour aller plus loin :

La meilleure paroi de ce comparatif, malgré sa très bonne isolation (coefficient Up=0,26), ne parvient pas à distancer la meilleure solution basée sur le bloc béton (qui pourtant a un Up nettement moins bon, de 0,34).
Dans la course à la performance, les murs de brique pêchent maintenant par leur plus faible isolation des liaisons entre les murs et les planchers, de part l'absence de rupteurs de ponts thermiques.
Sur notre mur type, les pertes thermiques par les liaisons représentent en effet 50% des pertes totales.

L'avenir de la brique sera-t-il à l'intérieur des maisons ?

Si aujourd'hui, on s'intéresse surtout aux performances des constructions durant leur  phase d'utilisation, le cycle de vie des matériaux va prendre de plus en plus d'importance avec le durcissement sur les émissions de gaz à effet de serre et de l'inéluctable augmentation du prix des énergies.
Aussi, l'énergie grise contenue dans la brique en terre cuite s'annonce de plus en plus pénalisante pour son utilisation en tant que matériau porteur qui en utilise une grande quantité.

Pour autant, la brique est un matériau sain et noble. Placée à l'intérieur des constructions, soit en contre-cloison, soit en mur intérieur :

  • elle régule naturellement l'hygrométrie du logement par ses propriétés hygroscopiques
  • elle régule natuellement la température des logements par l'inertie qu'elle apporte.
mur intérieur en brique Signe des temps ?

Pour concevoir leur Bonne Maison , la première réalisation française labellisée Effinergie, le photographe Yann Arthus Bertrand et l'architecte Emmanuel Coste n'ont pas utilisé la brique en tant que matériau de structure, mais l'on bel et bien placée et mise en scène au coeur de la maison (photo ci-contre).
mur en terre crue
D'autres architectes  vont encore plus loin en utilisant la brique de terre crue pour ses propriétés thermiques et hygroscopiques encore meilleures, mais la faible diffusion de ces briques fait que les prix sont élevés.

 

Annexes

Caractéristiques thermiques utilisées pour les matériaux 

matériau épaisseur
(cm)
densité
(kg/m3)
chaleur
spécifique
(kJ/kg.K)
conductivité
thermique λ
(W/m.K)
Résistance
thermique
R(m²K/w)
Energie
grise au m²
(kWh/m²)
Résistance
diffusion
vapeur d'eau
Sd (m)
Enduit de chaux 2.00 1600 850 0.700 0.03 20.8 0.1
Brique joint mince, type B 20.00 650 1000 0.270 0.74 130 2.6
Brique joint mince, type A 20.00 650 1000 0.2 1 130 2.6
Brique standard 20 cm 20.00 650 1000 0.390 0.51 139.1 2.6
Laine de roche 70kg/m3 10 70 1030 0.042 2.38 43.2 0.1
Brique standard 5 cm 5 650 1000 0.390 0.13 34.8 0.7
Plaque plâtre BA13 1.30 825 1008 0.250 0.05 18.9 0.1

Valeurs de ponts thermiques utilisées pour les calculs

Ψ (W/mK) brique standard
et  type B
type A
angles des murs avec plancher sur terre plein 0.39 0.36
angle des murs avec plancher intermédiaire (étage) 0.58 0.38
angle sortant entre deux murs (cas usuel) 0.02 0.02
angle entrant entre deux murs 0.11 0.08
angle entre les murs (extérieur) et les murs de refend 0.09 0.07
angle entre les murs et les appuis de fenêtre (partie inférieure) 0.1 0.1
angle entre les murs et les linteaux de fenêtre (partie supérieure) 0 0
angle entre les murs et les tableaux de fenêtre (côtés) 0 0
Article publié le 10 janvier 2008

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums
  • Bref pour une construction avec de la brique de 20 cm à joints minces, l'idéal est l'isolation extérieure en PSE, fibres de bois ou liège (fonction de la fibre écolo et du budget).

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.