En Corrèze, une maison de vacances conçue pour vivre en habitat partagé

Cette résidence secondaire, conçue pour accueillir 12 à 15 personnes, a été étudiée pour allier vie commune et intimité. Bien que conçue avant les réglementions de la RT2012, elle intègre des principes écologiques.

Surplombé par un chemin de grande randonnée, le bâtiment se tapit dans un creux du terrain pour conserver une vue dégagée. Construite dans un grand champ, ses couleurs aux tons d’ardoise font écho aux habitations environnantes.

Un rêve réalisé

C’était le rêve des propriétaires d’une grande famille éparpillée aux 4 coins de la France et à l’étranger : posséder une maison de vacances multi-générationnelle, véritable lieu de retrouvailles des grands-parents, parents, enfants et petits enfants et pouvoir l’imaginer ensemble. Entre auberge de jeunesse et motel, cette habitation de 240 m² les réunit ponctuellement dans une grande pièce de vie de commune de 100 m² et des chambres aux dimensions plus modestes (11 m², chacune). Les architectes de l’agence Whyarchitecture qui l’ont conçue, l’ont baptisé « La maison des songes ».  

La maison de plain-pied permet de vivre les uns à côté des autres, plutôt que les uns au-dessus des autres.
Afficher la galerie
La maison de plain-pied permet de vivre les uns à côté des autres, plutôt que les uns au-dessus des autres.
©Whyarchitecture

Le concept de la maison

Cette construction familiale métallique offre une ré-interprétation de l’architecture des bâtiments agricoles régionaux. Bâtie en contre-bas du chemin de grande randonnée, elle respecte le paysage environnant sans briser la vue. Elle présente une transparence totale avec son système de patio-terrasse, lorsque les cloisons vitrées ne sont pas occultées. Mais elle affiche une réelle opacité dans le sens perpendiculaire. Elle est percée par une traversée de l'entrée principale à l'entrée privée des grands-parents, et dans l'axe d'un élément important du paysage. Et ici, tout le monde est logé à la même enseigne. Pour des raisons d’équité, l’enchaînement des quatre chambres et des deux salles de bains, le long de la pièce à vivre, ouverte au sud, est identique.  

La maison possède un sens et une direction. Elle est dirigée vers la forêt et caractérisée par la transparence de ses patios privés et de sa terrasse collective.
Afficher la galerie
La maison possède un sens et une direction. Elle est dirigée vers la forêt et caractérisée par la transparence de ses patios privés et de sa terrasse collective.
©Whyarchitecture

Des équipements écologiques

« Ici, on est à 600 mètres d’altitude, il y a des grands écarts de température entre le jour et la nuit, même l’été. Les hivers sont rudes et certains étés très chauds », précise Julien Vincent de l’agence Whyarchitecture. La toiture végétalisée s’ajoute à une sur-toiture isolante. La  cheminée de 23 KW est prévue pour le chauffage au bois. La VMC double flux est couplée à un puits canadien à eau glycolée. « L’idée de base c’était de la mettre hors gel, lorsqu’elle n’était pas occupée. Grâce au puits canadien, on n’a pas besoin de chauffage pendant l’hiver en l’absence des occupants. Le stockage de la chaleur solaire s’effectue grâce à la chape flottante. Elle accumule la chaleur dans la journée pour la restituer la nuit ». Par ailleurs, le plancher rayonnant d'appoint est équipé d’un gestionnaire d'énergie programmé. Le renvoi des eaux de pluie et neige s’effectue en un seul point pour la récupération. Les éclairages par tube fluorescent à ballast électronique offrent un haut rendement énergétique.

Construite en 2008, elle a coûté 300 000 € HT.

Le corps central de la maison est composé d’un espace entièrement décloisonné. Seul le mobilier distingue la cuisine de la salle à manger et du salon. Les espaces privés des trois générations d’occupants s’organisent autour de ce grand espace de vie mi-intérieur, mi-extérieur, avec escalier double.
Afficher la galerie
Le corps central de la maison est composé d’un espace entièrement décloisonné. Seul le mobilier distingue la cuisine de la salle à manger et du salon. Les espaces privés des trois générations d’occupants s’organisent autour de ce grand espace de vie mi-intérieur, mi-extérieur, avec escalier double.
©Whyarchitecture

Contact :
Agence Whyarchitecture

18, rue des Bahutiers
33000 Bordeaux
Tél. : 05 40 01 96 23
Mail : contact@whyarchi.com
www.whyarchi.com

La maison des songes est recouverte d’une couverture en bac acier qui se déroule d’est en ouest. En altitude, sous un climat à forts écarts thermiques, une grande inertie est recherchée. Le squelette intérieur lourd et massif est habillé d’un origami de métal qui offre une enveloppe protectrice.
Afficher la galerie
La maison des songes est recouverte d’une couverture en bac acier qui se déroule d’est en ouest. En altitude, sous un climat à forts écarts thermiques, une grande inertie est recherchée. Le squelette intérieur lourd et massif est habillé d’un origami de métal qui offre une enveloppe protectrice.
©Whyarchitecture

La maison reprend le langage métallique des hangars régionaux.
Afficher la galerie
La maison reprend le langage métallique des hangars régionaux.
©Whyarchitecture

On est ouvert du côté nord-sud et fermé du côté est-ouest, car la maison est principalement occupée en plein été et plein hiver. Elle est composée d’une grande pièce de vie centrale et son prolongement extérieur en terrasse, 6 chambres et 3 salles de bains en périphérie. Les chambres des générations 1 et 3 ouvrent sur la terrasse (grands-parents et petits-enfants), tandis que les chambres de la génération 2 ouvrent sur le patio arrière (parents).
Afficher la galerie
On est ouvert du côté nord-sud et fermé du côté est-ouest, car la maison est principalement occupée en plein été et plein hiver. Elle est composée d’une grande pièce de vie centrale et son prolongement extérieur en terrasse, 6 chambres et 3 salles de bains en périphérie. Les chambres des générations 1 et 3 ouvrent sur la terrasse (grands-parents et petits-enfants), tandis que les chambres de la génération 2 ouvrent sur le patio arrière (parents).
©Whyarchitecture

La terrasse de 100 m² prolonge la grande pièce à vivre. Un préau se dessine aux beaux jours grâce à un système de baies coulissantes.
Afficher la galerie
La terrasse de 100 m² prolonge la grande pièce à vivre. Un préau se dessine aux beaux jours grâce à un système de baies coulissantes.
©Whyarchitecture

La chambre des parents et le dortoir des enfants, situés aux extrémités est-ouest se retournent autour de la terrasse et la protègent ainsi du « couloir de vent ». L’idée était de cadrer la vue et de soustraire la terrasse aux regards extérieurs.
Afficher la galerie
La chambre des parents et le dortoir des enfants, situés aux extrémités est-ouest se retournent autour de la terrasse et la protègent ainsi du « couloir de vent ». L’idée était de cadrer la vue et de soustraire la terrasse aux regards extérieurs.
©Whyarchitecture

On a exploité la plateforme à mi-pente d’un terrain à fort dénivelé surplombé par un chemin de grande randonnée. Le cœur de la maison offre une vue plongeante sur les reliefs du Massif Central.
Afficher la galerie
On a exploité la plateforme à mi-pente d’un terrain à fort dénivelé surplombé par un chemin de grande randonnée. Le cœur de la maison offre une vue plongeante sur les reliefs du Massif Central.
©Whyarchitecture

Article publié le 6 novembre 2015

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire