A Marseille, un rayon de soleil sur le béton

L’architecte Corinne Vezzoni a choisi la couleur jaune symbolique du sud pour donner un nouvel élan au campus universitaire de la Timone.

Au sud, les nombreuses ouvertures sont prolongées par de grands cadres en métal laqué qui protègent de l’ensoleillement, tandis qu’à l’est ou à l’ouest, les percements se réduisent.

Un hommage à l’architecte René Egger

La Timone, faculté de médecine de Marseille très cotée et grand centre universitaire du sud de la France construit dans les années 1950, est l’une des nombreuses réalisations de l’architecte René Egger, qui a travaillé sous le mandat de Gaston Defferre et reconstruit la ville pendant les Trente Glorieuses. Décédé en février 2016, cet « architecte d’état » a réalisé 150 écoles en 15 ans, 6 collèges, 3 lycées… La faculté de Saint-Jérôme et Luminy, l’Hôpital Nord, c’est lui ! La Canebière et les plages du Prado c’est encore lui ! Le projet de Corinne Vezzoni rend hommage à cet architecte et réinterprète son langage architectural.

Le bâtiment est doté d’un escalier de secours en métal de grandes dimensions pour assurer une évacuation optimale de tous les occupants. Le décrochage des façades, lié à la règlementation du PLU, a permis l’aménagement de terrasses qui sculptent le bâtiment et offrent de belles vues sur Marseille.
Afficher la galerie
Le bâtiment est doté d’un escalier de secours en métal de grandes dimensions pour assurer une évacuation optimale de tous les occupants. Le décrochage des façades, lié à la règlementation du PLU, a permis l’aménagement de terrasses qui sculptent le bâtiment et offrent de belles vues sur Marseille.
©David Giancatarina

Un bâtiment jaune d’or

Matérialisant l’entrée de l’université, composée d’un dédale cacophonique de bâtiments colossaux, la construction réalisée par l’architecte Corinne Vezzoni est un bâtiment pédagogique et d’accueil mutualisé. Il joue le rôle de tête de proue et de signal dans le site contraint existant. En effet, le campus de la faculté de médecine de la Timone a été construit dans le prolongement de l’hôpital, le plus grand de Marseille. Il a la particularité d’être enclavé dans les différentes infrastructures hospitalières. La mise en lumière réalisée par Corinne Vezzoni permet à l’ensemble de l’infrastructure de se réinscrire dans le site d’une manière différente. Le nouveau bâtiment crée un pivot, articulant campus et boulevard par l’intermédiaire d’un aménagement paysager. De dimensions modestes, il se fait remarquer par sa couleur. Entièrement habillé de pâte de verre jaune, il ne nécessite pas d’entretien particulier. Sur la face arrière des panneaux, réalisés à partir d’un assemblage de tesselles de 5 x 5 cm, a été glissée une feuille argentée qui accentue les reflets. La mosaïque jaune s’inspire aussi de la couleur des allèges du bâtiment principal d’enseignement proche. Quant à la pose, elle a été assurée par l’entreprise Jolisol.

Le revêtement de façade reçoit aussi des éléments à la surface plus brillante. Ils sont disposés en rectangle sur quelques points des façades pour en modifier l’échelle visuelle.
Afficher la galerie
Le revêtement de façade reçoit aussi des éléments à la surface plus brillante. Ils sont disposés en rectangle sur quelques points des façades pour en modifier l’échelle visuelle.
©Lisa Ricciotti

Un bâtiment écologique

Pour réduire les coûts d’exploitation, Corinne Vezzoni a choisi une méthode simple et ancestrale. Le bâtiment RT 2012, non climatisé mais rafraîchi, utilise des principes de ventilation naturelle comme des ouvrants pilotés la nuit par une GTC (Gestion Technique Centralisée). L’été, tandis qu’un ventilateur brasse l’air intérieur, les fenêtres s’ouvrent automatiquement et se referment au petit matin. Conséquence : la température s’abaisse de 5°. Le bâtiment profite aussi de l’avantage de l’isolation extérieure naturelle offert par la pâte de verre. Fermé à l’ouest et à l’est, il est également orienté de façon optimale.

A l’intérieur, un grand escalier oblong et son garde-corps en ruban, tout en béton brut, desservent les salles d’enseignement. Ce percement central permet à la lumière naturelle de se diffuser largement dans tous les espaces de communication.
Afficher la galerie
A l’intérieur, un grand escalier oblong et son garde-corps en ruban, tout en béton brut, desservent les salles d’enseignement. Ce percement central permet à la lumière naturelle de se diffuser largement dans tous les espaces de communication.
©Lisa Ricciotti

Contact : Corinne Vezzoni
Unité d’habitation, Le Corbusier
280, Boulevard Michelet
13008 Paris
Tél. : 04 91 71 89 94
www.vezzoni-associes.com

Panneaux en pâte de verre teintée dans la masse pour ce nouveau bâtiment situé à l’entrée du campus de la Timone à Marseille, qui figure une tête de proue.
Afficher la galerie
Panneaux en pâte de verre teintée dans la masse pour ce nouveau bâtiment situé à l’entrée du campus de la Timone à Marseille, qui figure une tête de proue.
©Lisa Ricciotti

A l’intérieur, un grand escalier dessert tous les étages. Le béton brut, hommage au style de René Egger, est seulement protégé par un vernis transparent.
Afficher la galerie
A l’intérieur, un grand escalier dessert tous les étages. Le béton brut, hommage au style de René Egger, est seulement protégé par un vernis transparent.
©Lisa Ricciotti

Dans les espaces de circulation, le béton s’offre comme une matière vivante avec une palette de tons qui décline des camaïeux de gris.
Afficher la galerie
Dans les espaces de circulation, le béton s’offre comme une matière vivante avec une palette de tons qui décline des camaïeux de gris.
©Lisa Ricciotti

L’usage des murs en béton brut minimise les coûts d’entretien et réduit le nettoyage. Les aplats en lasure dorée subliment la matière.
Afficher la galerie
L’usage des murs en béton brut minimise les coûts d’entretien et réduit le nettoyage. Les aplats en lasure dorée subliment la matière.
©Lisa Ricciotti

A l’intérieur, du béton brut pour les poteaux oblongs du hall vitré traversant qui rappelle aussi l’écriture architecturale de René Egger.
Afficher la galerie
A l’intérieur, du béton brut pour les poteaux oblongs du hall vitré traversant qui rappelle aussi l’écriture architecturale de René Egger.
©Lisa Ricciotti

A l’intérieur, les défauts du béton sont habilement camouflés par des grands aplats de lasure dorée, qui font écho à la couleur extérieure du bâtiment.
Afficher la galerie
A l’intérieur, les défauts du béton sont habilement camouflés par des grands aplats de lasure dorée, qui font écho à la couleur extérieure du bâtiment.
©Lisa Ricciotti

La pâte de verre qui nappe la construction forme un manteau protecteur et isolant. Le bâtiment a été également orienté pour se protéger de l’ouest et de l’est.
Afficher la galerie
La pâte de verre qui nappe la construction forme un manteau protecteur et isolant. Le bâtiment a été également orienté pour se protéger de l’ouest et de l’est.
©Laurent Piquet

Situé à l’entrée de l’université, ce bâtiment d’accueil est un point de repère dans le dédale des unités universitaires colossales qui peuplent le site de La Timone.
Afficher la galerie
Situé à l’entrée de l’université, ce bâtiment d’accueil est un point de repère dans le dédale des unités universitaires colossales qui peuplent le site de La Timone.
©David Giancatarina

Article publié le 26 février 2017

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire