Installer un détecteur de fumée : c’est obligatoire ! Loi, installation, prix… faisons le point.

Environ 250 000 incendies domestiques sont à déplorer chaque année en France, causant de nombreuses victimes (plus de 800 décès) et de lourds dégâts matériels et financiers à la charge des propriétaires et des locataires. C’est pourquoi les détecteurs de fumées s’avèrent indispensables.

Présentation d'un détecteur de fumée à installer dans chaque appartement et à chacun des étages des maisons, y compris le sous-sol.

Alors que la loi Morange votée le 9 mars 2010 prévoyait l’installation d’un détecteur de fumée obligatoire dans tous les logements dans un délai de 5 ans, force est de constater que le taux d’équipement des français n’était encore que de 85% en février 2016 (Baromètre Kidde/BVA). Pourtant, le risque incendie, lui, demeure et ne recule pas : il n’est jamais trop tard pour agir et protéger les siens. Il faut savoir qu’un incendie domestique a lieu toutes les deux minutes en France.

Mise en situation d'un détecteur de fumée, bien utile en cas d'incendie.
Afficher la galerie
Mise en situation d'un détecteur de fumée, bien utile en cas d'incendie.
©DR

1. Que dit la loi en vigueur depuis le 1er  janvier 2016?

L'installation d'un détecteur avertisseur autonome de fumée (DAAF) est obligatoire dans tous les logements d'habitation. Tous les locaux à usage d'habitation sont concernés, qu'il s'agisse de résidence principale ou secondaire, d'immeubles collectifs ou de maisons particulières, d'un usage exclusif ou partiel, que le logement soit vide ou occupé par le propriétaire ou un locataire. Le détecteur de fumée doit être acheté par le propriétaire du logement. Quand celui-ci est en cours de location et occupé, le propriétaire-bailleur pourra fournir le détecteur au locataire (qui l'installera lui-même), lui rembourser l'achat et l'installation ou prendre directement à sa charge l’intervention et l’installation par un professionnel.

En tant qu’occupant d’un logement, le locataire doit veiller à l'entretien et au bon fonctionnement de l'appareil : entretien, changement des piles, renouvellement si nécessaire.

Pour le moment, la loi ne prévoit aucune sanction en cas d'absence de détecteur de fumée. Les propriétaires-bailleurs sont cependant tenus au respect de la loi, et leur responsabilité pénale pourrait être engagée pour les dommages matériels et surtout corporels causés par un incendie dans un logement dépourvu de détecteur de fumée.

Côté assurance, si un incendie survient dans un logement, la compagnie d'assurance ne peut pas s'exonérer de son obligation de prise en charge des dégâts en prétextant l'absence de détecteur de fumée. Pour autant, la loi impose l'installation d’au moins un détecteur de fumée par logement.

Le détecteur de fumée est obligatoire depuis le 8 mars 2015.
Afficher la galerie
Le détecteur de fumée est obligatoire depuis le 8 mars 2015.
©DR

2. La conformité de l'appareil et les caractéristiques techniques exigées pour un détecteur de fumée

Le détecteur de fumée imposé par la loi répond à des critères techniques contenus dans un arrêté publié au journal officiel du 14 mars 2013. Il doit respecter la norme EN 14604 et comporter la mention CE. En complément, la norme NF s’avère plus fiable.

Le détecteur de fumée doit nécessairement :

  • comprendre un indicateur de mise sous tension
  • détecter l'incendie dès l'émission des premières fumées
  • émettre immédiatement un signal sonore assez puissant (au moins 85 dB(A) à 3 mètres) pour réveiller une personne endormie dans le seul logement où la détection a eu lieu 
  • émettre une sonorité différente quand la batterie devient faible. Le délai minimal pour remplacer la pile ou la batterie est d’un an. Si l'alimentation du détecteur se fait via l'alimentation électrique du logement, l'appareil doit être équipé d'une alimentation de secours susceptible de prendre le relais en cas de dysfonctionnement électrique.
  • comporter le nom et l’adresse du fabricant, le numéro et la date de la norme à laquelle il est soumis, sa date de conception, le type de batterie à utiliser...

NB : Sont aussi présents sur le marché des détecteurs de fumée : les détecteurs avertisseurs autonomes de fumée connectés avec alarme intégrée. Demandant une installation plus complexe et onéreuse, ils sont peu utilisés.

Pose simple sans outillage spécifique.
Afficher la galerie
Pose simple sans outillage spécifique.
©DR

3. Dans quelles pièces installer des détecteurs de fumée ?

Pour une efficacité maximale, il est conseillé d’installer au moins un détecteur à chaque étage de la maison, y compris au sous-sol. Le détecteur de fumée doit de préférence être installé à proximité de la chambre principale, sur un pallier, dans un couloir ou dans la cage d’escalier. Pour une protection optimale, les chambres et les pièces contenant des appareils électriques (salon, salle à manger, bureau, sous-sol, garage…) seront elles-aussi équipées.

Certains endroits sont à proscrire pour éviter des déclenchements intempestifs (et prendre la mauvaise décision de désactiver son détecteur de fumée) : les salles d’eau, la cuisine, les pièces où la température peut être inférieure à 4° ou supérieure à 40°, les emplacements peu ou trop ventilés (à proximité d’une porte, d’une fenêtre, d’un appareil de chauffage, d’une cheminée, d’un ventilateur ou climatiseur), les endroits très humides ou poussiéreux.

Quelques conseils :

  • Pensez à régulièrement (au moins une fois par mois) dépoussiérer votre détecteur à l'aide d'un chiffon légèrement humide sans produits détergents, trop agressifs. Une fois par mois, aspirez aussi les grilles d'aération du DAAF à l'aide d'une brosse douce.
  • Remplacez la pile du détecteur dès que celui-ci émet des bips réguliers et espacés avertissant de la fin de vie de sa batterie (une pile alcaline dure généralement entre un et cinq ans) ou remplacez le détecteur lui-même si celui-ci est alimenté par une pile scellée (dont la durée de vie est comprise entre 5 et 10 ans).
  • Privilégiez les détecteurs disposant d’une fonction « test » (pour en vérifier régulièrement le bon fonctionnement)

Présentation d'un détecteur de fumée à installer dans chaque appartement et à chacun des étages des maisons, y compris le sous-sol.
Afficher la galerie
Présentation d'un détecteur de fumée à installer dans chaque appartement et à chacun des étages des maisons, y compris le sous-sol.
©DR

4. Où et comment installer le détecteur de fumée ?

La fumée s’élevant, il est recommandé de fixer les détecteurs de fumée le plus haut possible, de préférence au centre du plafond. Dans tous les cas, évitez les angles et placez-les à au moins à 10 cm des murs, cloisons, luminaires, poutres…En cas de montage mural, il convient aussi d’éviter les angles et d’installer le détecteur à une distance de 10 cm à 30 cm du plafond.

L’installation : majoritairement livrés avec une notice, une pile, les chevilles et les vis nécessaires à leur installation, les DAAF sont très simples à installer. Il suffit généralement de :

  • retirer le support de fixation du détecteur (juste en tournant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre)
  • placer le support à l’emplacement prévu (avec marquage au crayon pour l’emplacement des trous de fixation)
  • percer puis utiliser les chevilles et les vis fournies pour fixer le support
  • installer la pile dans le détecteur de fumée (sauf si le détecteur est équipée d’une « pile bouton » scellée)
  • fixer le détecteur sur le support en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre jusqu’au verrouillage
  • enfin, procéder au test du détecteur de fumée, en appuyant sur le bouton « TEST » (si fonction disponible)

Pack de 5 détecteurs de fumée sans fil Tike Sécurité normes EN14604.
Afficher la galerie
Pack de 5 détecteurs de fumée sans fil Tike Sécurité normes EN14604.
©DR

5. Où trouver des détecteurs de fumée efficaces ? et à quels prix ?

Magasins de bricolage, grandes surfaces, internet : de nombreuses enseignes et distributeurs proposent à la vente des détecteurs de fumée, à l’unité ou en lot. Les prix sont très variables, avec des tranches généralement comprises entre 10 et 25 euros l’unité. Les coûts varient en fonction des caractéristiques de l'appareil (notamment de sa durée d'autonomie), ainsi que de ses options (télécommande, par exemple). Le respect de la sécurité et la fiabilité du dispositif doivent primer lors de l’achat. Il convient de vérifier que les détecteurs proposés répondent bien aux normes européennes et aux différents critères de conformité.

Pour de plus amples informations :   http://www.tike-securite.fr

Article publié le 1 septembre 2016

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire