Peindre une porte en faux bois façon noyer

Le bois en trompe l’œil répond à un travail très soigné. En suivant ce pas à pas illustré, apprenez à réaliser vous-même une peinture imitation noyer en trompe l’œil.

Etape 13 : Sur la palette, placer les couleurs à l’huile en tubes suivantes : terre d’Ombre brûlée, terre d’Ombre naturelle, terre de Sienne naturelle, bleu outremer, laque carminée. Puis, avec un spalter à dents, mettre en teinte la porte avec les couleurs en mélange de deux à trois teintes. Le geste sera plus ou moins linéaire sur le long de la porte.

Le nombre de glacis détermine la qualité de l’ouvrage réalisé en trompe l’œil. La technique de la peinture imitation faux bois n’est pas forcément difficile ; seules la patience, la propreté et la persévérance, ainsi que la qualité d’observation afin de repérer les différentes implantations de l’essence à reproduire font la différence. La discrétion, tant dans les couleurs comme dans le graphisme, sont également un atout de taille.

En 24 étapes illustrées, apprenez à repeindre une porte quelconque en lui donnant le chic avec une imitation noyer en trompe l’œil.

Avant : une porte isoplane, lisse et sans caractère. Après : une porte métamorphosée et un rendu trompe l’œil étonnant façon bois de noyer.
Afficher la galerie
Avant : une porte isoplane, lisse et sans caractère. Après : une porte métamorphosée et un rendu trompe l’œil étonnant façon bois de noyer.
©DR

Remerciements :
Pébéo (Pigments, tubes couleurs à l’huile) www.pebeo.com
Ocai (Brosseries décor, outillages) www.ocai.fr
Toupret (Reboucheur bois) www.toupret.com
Sikkens (Peinture Glycéro) www.sikkens.fr
Dulux Valentine (Peinture Glycéro) www.duluxvalentine.com
V33 (vernis) www.v33.fr
Damart (Vêtements) www.damart.fr

Etape 1 : Lessiver l’ancienne porte préalablement peinte. Le lessivage se fera de bas en haut, et aura pour but de dégraisser le support.
Afficher la galerie
Etape 1 : Lessiver l’ancienne porte préalablement peinte. Le lessivage se fera de bas en haut, et aura pour but de dégraisser le support.
©Michel Balic

Etape 2 : Poncer l’ensemble de la surface de la porte à l’aide d’une cale à poncer et d’un papier de verre grain moyen 120.
Afficher la galerie
Etape 2 : Poncer l’ensemble de la surface de la porte à l’aide d’une cale à poncer et d’un papier de verre grain moyen 120.
©Michel Balic

Etape 3 : Reboucher les petits trous, ainsi que les légères rayures avec un reboucheur spécial bois. Appliquer le produit avec un couteau de peintre.
Afficher la galerie
Etape 3 : Reboucher les petits trous, ainsi que les légères rayures avec un reboucheur spécial bois. Appliquer le produit avec un couteau de peintre.
©Michel Balic

Etape 4 : Commencer par réchampir le contour de la porte, ainsi que le pourtour de la serrure, avec une peinture glycérophtalique satinée couleur ocre jaune.
Afficher la galerie
Etape 4 : Commencer par réchampir le contour de la porte, ainsi que le pourtour de la serrure, avec une peinture glycérophtalique satinée couleur ocre jaune.
©Michel Balic

Etape 5 : Appliquer une couche de peinture glycérophtalique satinée ocre jaune au rouleau patte de lapin. Croiser les passes de peinture de droite à gauche, puis de bas en haut afin de bien tendre la peinture sur le support.
Afficher la galerie
Etape 5 : Appliquer une couche de peinture glycérophtalique satinée ocre jaune au rouleau patte de lapin. Croiser les passes de peinture de droite à gauche, puis de bas en haut afin de bien tendre la peinture sur le support.
©Michel Balic

Etape 6 : Après un temps de séchage de plus ou moins 24 heures, passer à l’aide d’un chiffon en coton du blanc de Meudon sur l’ensemble de la porte. Cela aura pour but de faire adhérer la couche de glacis au vinaigre à venir.
Afficher la galerie
Etape 6 : Après un temps de séchage de plus ou moins 24 heures, passer à l’aide d’un chiffon en coton du blanc de Meudon sur l’ensemble de la porte. Cela aura pour but de faire adhérer la couche de glacis au vinaigre à venir.
©Michel Balic

Etape 7 : Préparer un glacis à l’eau, composé de vinaigre et teinté de pigment « terre de Cassel ». Appliquer ce glacis sur la porte à l’aide d’une brosse de pouce, en commençant de haut en bas.
Afficher la galerie
Etape 7 : Préparer un glacis à l’eau, composé de vinaigre et teinté de pigment « terre de Cassel ». Appliquer ce glacis sur la porte à l’aide d’une brosse de pouce, en commençant de haut en bas.
©Michel Balic

Etape 8 : Battre le support avec un spalter « queue à battre », ou à défaut d’un spalter à poils longs. Effectuer un geste régulier en commençant de bas en haut.
Afficher la galerie
Etape 8 : Battre le support avec un spalter « queue à battre », ou à défaut d’un spalter à poils longs. Effectuer un geste régulier en commençant de bas en haut.
©Michel Balic

​Etape 9 : Résultat obtenu après le battage du glacis à l’eau. L’effet donnera un grain du bois plus ou moins régulier et finement piqué.
Afficher la galerie
​Etape 9 : Résultat obtenu après le battage du glacis à l’eau. L’effet donnera un grain du bois plus ou moins régulier et finement piqué.
©Michel Balic

Etape 10 : Passer un sèche-cheveux afin d’accélérer le séchage du glacis à l’eau, sur l’ensemble de la porte.
Afficher la galerie
Etape 10 : Passer un sèche-cheveux afin d’accélérer le séchage du glacis à l’eau, sur l’ensemble de la porte.
©Michel Balic

Etape 11 : Préparer un glacis à l’huile, composé de 3 volumes de white-spirit, 1 volume d’huile de lin et 3% de siccatif (produit permettant d’accélérer le séchage de glacis à l’huile). Appliquer le glacis à l’huile à la brosse de pouce sur la porte, en commençant de haut en bas.
Afficher la galerie
Etape 11 : Préparer un glacis à l’huile, composé de 3 volumes de white-spirit, 1 volume d’huile de lin et 3% de siccatif (produit permettant d’accélérer le séchage de glacis à l’huile). Appliquer le glacis à l’huile à la brosse de pouce sur la porte, en commençant de haut en bas.
©Michel Balic

Etape 12 : Lisser au spalter le glacis à l’huile, d’abord de gauche à droite puis de bas en haut. L’aspect doit être tendu et lisse.
Afficher la galerie
Etape 12 : Lisser au spalter le glacis à l’huile, d’abord de gauche à droite puis de bas en haut. L’aspect doit être tendu et lisse.
©Michel Balic

Etape 13 : Sur la palette, placer les couleurs à l’huile en tubes suivantes : terre d’Ombre brûlée, terre d’Ombre naturelle, terre de Sienne naturelle, bleu outremer, laque carminée. Puis, avec un spalter à dents, mettre en teinte la porte avec les couleurs en mélange de deux à trois teintes. Le geste sera plus ou moins linéaire sur le long de la porte.
Afficher la galerie
Etape 13 : Sur la palette, placer les couleurs à l’huile en tubes suivantes : terre d’Ombre brûlée, terre d’Ombre naturelle, terre de Sienne naturelle, bleu outremer, laque carminée. Puis, avec un spalter à dents, mettre en teinte la porte avec les couleurs en mélange de deux à trois teintes. Le geste sera plus ou moins linéaire sur le long de la porte.
©Michel Balic

Etape 14 : Avec le même spalter à dents et le dosage de la palette, dessiner la ronce (succession de formes en triangles à bouts plutôt arrondis et allongés). Il est impératif de travailler en transparence et non en pâte. La ronce peut être montante comme descendante et sa taille d’épaisseur sera de plus ou moins 25 cm.
Afficher la galerie
Etape 14 : Avec le même spalter à dents et le dosage de la palette, dessiner la ronce (succession de formes en triangles à bouts plutôt arrondis et allongés). Il est impératif de travailler en transparence et non en pâte. La ronce peut être montante comme descendante et sa taille d’épaisseur sera de plus ou moins 25 cm.
©Michel Balic

Etape 15 : Les côtés de la ronce seront mis en teinte avec un effet plus ou moins linéaire et descendant. Varier de temps à autre les nuances de couleurs.
Afficher la galerie
Etape 15 : Les côtés de la ronce seront mis en teinte avec un effet plus ou moins linéaire et descendant. Varier de temps à autre les nuances de couleurs.
©Michel Balic

Etape 16 : Après un léger temps de séchage (10 minutes), sans pour autant attendre le séchage complet, passer une veinette légèrement chargée sur le bout des soies de teinte, afin de redessiner la ronce sur quelques endroits et non sur l’ensemble de la construction de la ronce.
Afficher la galerie
Etape 16 : Après un léger temps de séchage (10 minutes), sans pour autant attendre le séchage complet, passer une veinette légèrement chargée sur le bout des soies de teinte, afin de redessiner la ronce sur quelques endroits et non sur l’ensemble de la construction de la ronce.
©Michel Balic

Etape 17 : Effectuer quelques effets de spalter sur les côtés de la ronce. Le geste doit être appuyé avec les doigts plantés dans les soies du spalter.
Afficher la galerie
Etape 17 : Effectuer quelques effets de spalter sur les côtés de la ronce. Le geste doit être appuyé avec les doigts plantés dans les soies du spalter.
©Michel Balic

Etape 18 : Avec une brosse à tableau, réaliser quelques repiqués sur quelques sommets de la ronce. Pour ce fair, utiliser de la terre de Sienne naturelle, terre d’Ombre naturelle avec une pointe de bleu outremer, le geste doit être légèrement tremblotant.
Afficher la galerie
Etape 18 : Avec une brosse à tableau, réaliser quelques repiqués sur quelques sommets de la ronce. Pour ce fair, utiliser de la terre de Sienne naturelle, terre d’Ombre naturelle avec une pointe de bleu outremer, le geste doit être légèrement tremblotant.
©Michel Balic

Etape 19 : Placer quelques effets de nœuds du bois au niveau de la naissance de la ronce ; utiliser de la terre d’Ombre brûlée appliquée du bout des soies de la brosse à tableau.
Afficher la galerie
Etape 19 : Placer quelques effets de nœuds du bois au niveau de la naissance de la ronce ; utiliser de la terre d’Ombre brûlée appliquée du bout des soies de la brosse à tableau.
©Michel Balic

Etape 20 : Renforcer l’effet de véracité du nœud en passant le bout du manche de la brosse à tableau en créant un léger craquelé sur le nœud.
Afficher la galerie
Etape 20 : Renforcer l’effet de véracité du nœud en passant le bout du manche de la brosse à tableau en créant un léger craquelé sur le nœud.
©Michel Balic

Etape 21 : Toujours avec la même brosse à tableau chargée de teinté terre d’Ombre brûlée et terre d’Ombre naturelle, le tout  légèrement liquide, projeter quelques petites tâches, plutôt sur le bois de fil (partie calme du bois) que sur la ronce.
Afficher la galerie
Etape 21 : Toujours avec la même brosse à tableau chargée de teinté terre d’Ombre brûlée et terre d’Ombre naturelle, le tout légèrement liquide, projeter quelques petites tâches, plutôt sur le bois de fil (partie calme du bois) que sur la ronce.
©Michel Balic

Etape 22 : Passer le spalter de haut en bas sur les tâches projetées, afin de les allonger et donner ainsi un effet de matière.
Afficher la galerie
Etape 22 : Passer le spalter de haut en bas sur les tâches projetées, afin de les allonger et donner ainsi un effet de matière.
©Michel Balic

Etape 23 : Laisser sécher la porte de 12 heures à 16 heures.
Afficher la galerie
Etape 23 : Laisser sécher la porte de 12 heures à 16 heures.
©Michel Balic

Etape 24 : Passer deux passes de vernis glycérophtalique d’aspect brillant à la brosse de pouce. Croiser les passes de gauche à droite puis de bas en haut, afin d’obtenir un aspect tendu.
Afficher la galerie
Etape 24 : Passer deux passes de vernis glycérophtalique d’aspect brillant à la brosse de pouce. Croiser les passes de gauche à droite puis de bas en haut, afin d’obtenir un aspect tendu.
©Michel Balic

Article publié le 27 mai 2016

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire