Remplacer un robinet d’arrêt par une vanne pour plus de praticité

Le robinet d’arrêt de la canalisation d’arrivée d’eau dans votre logement commence à présenter quelques défaillances ? Voilà une bonne occasion de le troquer contre une vanne d’arrêt, le produit-phare en matière de robinetterie de bâtiment…

Après : la nouvelle vanne quart de tour mise en place, un petit coup de peinture a été redonné sur les tubes et écrous ; l’installation refaite à neuf est opérationnelle !

Vanne d’arrêt versus robinet d’arrêt : le choix de la praticité

Que vous optiez pour un robinet d’arrêt ou pour une vanne, la segmentation de votre installation en eau à l’aide de l’un ou de l’autre est de toute façon indispensable, pour pouvoir intervenir, en cas de besoin, sur une partie du circuit.

En ce qui concerne le robinet d’arrêt à clapet, son inconvénient principal tient dans l’usure à la longue des tête et joint qui le composent, même si ceux-ci existent en pièces détachées et peuvent donc être remplacés.

La vanne 1/4 de tour ne présente pas ces risques : constituée d’une bille en inox reposant sur un siège en Téflon, elle est parfaitement étanche. Avec manette longue démontable (positionnable à droite ou à gauche) ou manette papillon (pour un encombrement minimal), elle est facilement manœuvrable. Par ailleurs, elle offre un passage d’eau optimal. Autant d’arguments qui plaident en faveur de la vanne d’arrêt versus le robinet !

Avant : un robinet d’arrêt d’eau arrivé en fin de vie…
Afficher la galerie
Avant : un robinet d’arrêt d’eau arrivé en fin de vie…
©Michel Balic

Un geste simple pour assurer la longévité de votre vanne d’arrêt

La circulation d’eau dans les canalisations de votre habitation engendrant nécessairement la formation de tartre, pensez à faire fonctionner de temps à autre votre(s) vanne(s) d’arrêt pour éviter l’entartrage ! Un geste qui vaut aussi pour les robinets d’arrêt !

Installer une vanne d’arrêt, ce n’est pas sorcier !

Ces arguments et conseil donnés, reste à franchir le pas de l’installation ! Pas de panique, la mise en place d’une vanne d’arrêt ne requiert pas de savoir-faire ou d’outillage particulier ; avec simplement une clé à molette et une pince, vous vous en sortirez ! Pour ce faire, il n’y a qu’à vous référer au pas-à-pas illustré en 4 étapes ci-après.

PME familiale française créée en 1867, BOUTTÉ conçoit, fabrique et distribue des raccords et produits de plomberie sanitaire et chauffage, d’arrosage de surface, pompage et récupération d’eau, pour la distribution spécialisée grand public et professionnelle.

Carnet d’adresse :    www.boutte.fr

Etape 1 : après avoir coupé l’alimentation générale d’eau, dévisser la partie droite du robinet d’arrêt existant à l’aide d’une clé à molette dans une main et d’une pince dans l’autre ; faire de même sur la partie gauche.
Afficher la galerie
Etape 1 : après avoir coupé l’alimentation générale d’eau, dévisser la partie droite du robinet d’arrêt existant à l’aide d’une clé à molette dans une main et d’une pince dans l’autre ; faire de même sur la partie gauche.
©Michel Balic

Etape 2 : les deux côtés de la canalisation et les écrous sont libres, permettant l’installation d’une vanne d’arrêt neuve.
Afficher la galerie
Etape 2 : les deux côtés de la canalisation et les écrous sont libres, permettant l’installation d’une vanne d’arrêt neuve.
©Michel Balic

Etape 3 : positionner les joints fibres adéquats de part et d'autre de la vanne d’arrêt pour assurer l’étanchéité.
Afficher la galerie
Etape 3 : positionner les joints fibres adéquats de part et d'autre de la vanne d’arrêt pour assurer l’étanchéité.
©Michel Balic

Etape 4 : avec une pince et une clé à molette, visser la vanne d’arrêt avec les deux écrous existant.
Afficher la galerie
Etape 4 : avec une pince et une clé à molette, visser la vanne d’arrêt avec les deux écrous existant.
©Michel Balic

Article publié le 19 avril 2017

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire