A Paris, toute la splendeur des créations de Jean-Baptiste-Claude Odiot

Afficher toute la galerie photos

Il symbolise la munificence de l’orfèvrerie française du début du XIXème siècle. Le Musée des Art Décoratifs lui consacre, jusqu’au 7 mai 2017, une exposition qui mêle dessins et pièces uniques.

Photo : 5 / 5
Coupe d’entrée « anses serpents » attribuée à Charles-Jean-Alexandre Moreau, inventeur du modèle et  à Auguste Garneray, dessinateur. Atelier de Jean-Baptiste-Claude Odiot, vers 1810, dessin au graphite, à la plume et à l’encre grise, avec lavis gris et sépia sur papier.

Coupe d’entrée « anses serpents » attribuée à Charles-Jean-Alexandre Moreau, inventeur du modèle et à Auguste Garneray, dessinateur. Atelier de Jean-Baptiste-Claude Odiot, vers 1810, dessin au graphite, à la plume et à l’encre grise, avec lavis gris et sépia sur papier.

©Photo Les Arts Décoratifs, Paris