Michel Mortier, un design d’élégance à la française

Michel Mortier, designer, décédé au printemps 2015, est le sujet d’une exposition à la galerie parisienne Pascal Cuisinier, du 2 juin au 16 juillet 2016. Retour sur un style qui se joue de l’épure et l’évite…

Michel Mortier sur son fauteuil de relaxation Triennale, édité en 1959 par Steiner. Modèle proposant 6 formules avec pouf, formes moulées en mousse interchangeables recouvertes de tissu, pieds en acier nickelé, traverse en merisier massif (H 95 x L 78 x P 90 cm).

Un homme multiple

Né en 1925, ce « jeune loup » selon l’expression utilisé par Pierre Favardin, historien d’art et spécialisé dans les arts décoratifs de la seconde partie du XXème siècle, se distingue cependant de ses contemporains comme Joseph-André Motte, Pierre Guariche, Pierre Paulin, Geneviève Dangles, Antoine Philippon ou Jacqueline Lecoq qui ont eu le même maître à penser, le célèbre Marcel Gascoin. Michel Mortier voulait être architecte mais il entrera à l’Ecole Supérieure des Arts Appliqués de Paris et sera l’élève de René Gabriel, autre figure emblématique du mobilier d’après-guerre. Il a fait ses armes au Studium des Magasins du Louvre, puis au Bon Marché de Bruxelles. De retour en France, Marcel Gascoin le nomme chef de son agence, le temple du meuble en série. Un temps à la tête de La Maison Française 55, boulevard Haussmann à Paris, il fonde ensuite sa propre agence Habitation-Esthétique industrielle-Mobilier. Associé à François Lamy, il participe à la construction de la future exposition universelle de Montréal. En 1968, il devient directeur artistique de la boutique Mobilier International… Et c’est sans parler de ses activités de graphiste, journaliste, enseignant, architecte d’intérieur pour des sièges sociaux, restaurants d’aéroports ou résidences privées, univers dans lequel il se spécialise à partir des années 1970, avant de se consacrer à la peinture ! Récompensé par des prix en France et en Italie, Michel Mortier est aussi le père de la bibliothèque Oscar, premier prix au concours Boussois de 1960, reprise d’un modèle modulable présenté au Salon des arts ménagers de 1954. Et c’est aussi l’un des premiers designers français à avoir intégré la couleur dans la chambre des enfants où il concevait des espaces différenciés pour le rangement, le jeu, le travail, le sommeil…Il a même créé du papier-peint !


Forme canine et familière pour ce canapé trois places SF116 - Teckel
édité par Steiner en 1963. En bois, mousse et tissus (H 60 x L 200 x P 77 cm et H d’assise 33 cm).
Afficher la galerie

Forme canine et familière pour ce canapé trois places SF116 - Teckel
édité par Steiner en 1963. En bois, mousse et tissus (H 60 x L 200 x P 77 cm et H d’assise 33 cm).
©Courtesy Galerie Pascal Cuisinier

L’œuvre de l’ARP

En 1954, Michel Mortier fonde avec Joseph-André Motte et Pierre Guariche, l’ARP, le fameux Atelier de recherche plastique. Pendant son existence de 3 ans, ce collectif a donné l’occasion à ces trois créatifs de partager un point de vue commun sur le mobilier contemporain : la réduction des coûts pour offrir à tout le monde du beau pas cher, en corrélation avec les industriels qui étaient à l’écoute de leur force de propositions. La gamme ARP sera composée de sièges à structure de bois fabriqués par Steiner, à structure de métal fabriqués par Airborne, de meubles de rangement par Minvielle et Cabanne et de luminaires édités par Disderot. En 1955, l’ARP remporte le premier prix pour une salle de séjour et une chambre d’enfant au Salon des arts ménagers. Mais les diverses activités personnelles et périphériques de ces designs très sollicités ont signé la fin de cette association courte, mais très prodigale.

En cuir jaune, fauteuil SF112 - Hexagone
édité par Steiner en 1960. Structure en teck et garnissage en mousse. Ce modèle  a été présenté lors de l’exposition Formes Utiles au Salon des arts ménagers de 1960 (H 70 x L 73 x P 75 cm et H d’assise 34 cm).
Afficher la galerie
En cuir jaune, fauteuil SF112 - Hexagone
édité par Steiner en 1960. Structure en teck et garnissage en mousse. Ce modèle a été présenté lors de l’exposition Formes Utiles au Salon des arts ménagers de 1960 (H 70 x L 73 x P 75 cm et H d’assise 34 cm).
©Courtesy Galerie Pascal Cuisinier

L’expo en quelques lignes

La galerie Pascal Cuisinier présente une vingtaine de pièces de Michel Mortier comme un ensemble de sièges Teckel, son fauteuil le plus connu et édité par Steiner, mais aussi un exemplaire d’un fauteuil Triennale, le plus rare ! Et encore un ensemble exceptionnel et très représentatif de ses luminaires édités par Disderot dans les années 50 ou par Verre Lumières dans les années 70. Sans oublier son travail avec l’A.R.P. et quelques sièges très rares du tout début des années 50.

Plafonnier M4
édité par Pierre Disderot  en 1951/1952. En métal et aluminium laqué (H 80 x D 57cm). 

Afficher la galerie
Plafonnier M4
édité par Pierre Disderot en 1951/1952. En métal et aluminium laqué (H 80 x D 57cm). 

©Courtesy Galerie Pascal Cuisinier

Contact :
Galerie Pascal Cuisinier
Design historique français
13, rue de Seine, 75006 Paris
Tél. : 01 43 54 34 61
lagalerie@lagaleriepascalcuisinier.com
www.galeriepascalcuisiner.com

Déclinaison du canapé Teckel en fauteuil éponyme, chaise SC 104 - Hexagone édité par Steiner en 1960. En teck et cuir noir (H 76 x L 53 x P 43 cm).
Afficher la galerie
Déclinaison du canapé Teckel en fauteuil éponyme, chaise SC 104 - Hexagone édité par Steiner en 1960. En teck et cuir noir (H 76 x L 53 x P 43 cm).
©Courtesy Galerie Pascal Cuisinier

Déclinaison du canapé éponyme, fauteuil SF116 - Teckel
édité par Steiner en 1963. En métal laqué, bois, mousse et tissu (H 58 x L 70 x P 75 cm et H d’assise 36 cm).
Afficher la galerie
Déclinaison du canapé éponyme, fauteuil SF116 - Teckel
édité par Steiner en 1963. En métal laqué, bois, mousse et tissu (H 58 x L 70 x P 75 cm et H d’assise 36 cm).
©Courtesy Galerie Pascal Cuisinier

Pouvant servir d’applique, lampe de bureau M3
éditée par Pierre Disderot en 1953. En métal laqué
et tige en laiton (H 40 x D 20 cm). 

Afficher la galerie
Pouvant servir d’applique, lampe de bureau M3
éditée par Pierre Disderot en 1953. En métal laqué
et tige en laiton (H 40 x D 20 cm). 

©Courtesy Galerie Pascal Cuisinier

Documentation extraite du catalogue Steiner de 1960 montrant le fauteuil de relaxation Triennale, édité en 1959. Modèle proposant 6 formules avec pouf, formes moulées en mousse interchangeables recouvertes de tissu, pieds en acier nickelé, traverse en merisier massif (H 95 x L 78 x P 90 cm).

Afficher la galerie
Documentation extraite du catalogue Steiner de 1960 montrant le fauteuil de relaxation Triennale, édité en 1959. Modèle proposant 6 formules avec pouf, formes moulées en mousse interchangeables recouvertes de tissu, pieds en acier nickelé, traverse en merisier massif (H 95 x L 78 x P 90 cm).

©Courtesy Galerie Pascal Cuisinier

Article publié le 4 juin 2016

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire