Galerie photos Gio Ponti

  • Dessinée par Marcel Wanders pour Moooi, la table container au piétement central rempli de sable pour assurer sa stabilité est entourée par des chaises Superleggera signées Gio Ponti (Cassina). Pour cet appartement situé sous les toits, l’agence RMGB a rassemblé deux lots disparates pour créer un espace harmonieux de 120 M².
  • Cette commode équipée de nombreux tiroirs sans poignée a été imaginée par Gio Ponti entre 1952 et 1955. Sa façade à tiroirs met en relief différentes essences de bois ; orme, noyer italien, mahogany et bois de rose. Ici en version de 1,85 m de longueur.
  • Hyper-actuelle, cette bibliothèque  conçu en 1956-57 pour l’appartement de la via Dezza  est rééditée dans une version avec ou sans miroir. Structure en multiplis d’orme partiellement recouvert d’un vernis transparent, mettant en valeur le veinage du bois et peint en blanc.
  • Nouvelle icône du mobilier industriel, la chaise Montecatini en aluminium moulé et poli a été réalisée en 1953 pour l’immeuble Montecatini de Milan. Une pièce, dans l’air du temps, rééditée aujourd’hui.
  • Malgré sa carrure imposante, le fauteuil Dezza a été réalisé pour faciliter sa manipulation et son transport. Gio Ponti offre un design pratique, résolument moderne, qui s’inscrit dans une production industrielle.
  • Symbole de la « dolce vita », cette machine expresso La Pavoni fut dessiné par Gio Ponti, en 1948. Nommée « La Cornuta » pour son groupe de distributeurs apparent, elle incarne un style industriel.
  • La légèreté est au cœur de la chaise Superleggera, avec un poids plume de 1,7 kg. Cassina la propose dans une bichromie de noir et blanc, qui met en valeur sa forme d’un classicisme sans âge, où la finesse s’inscrit dans une structure en frêne.
  • Edité par Poltrona Frau, ce canapé appartient à la collection Dezza, constitué également d’un fauteuil. La finesse de la structure se dispute avec le confort de l’assise, comme une promesse à la paresse.
  • La bouteille Crinoline de Venini est une réflexion entre la transparence du verre et des couleurs saturées. Le jeu des contrastes permet de faire ressentir une intensité dans le travail du verre.
  • Dessiné en 1946 pour le verrier Venini, ce lustre en verres colorés est réédité depuis 1989. Avec ses bras multiples, l’accent est mis sur un jeu de couleurs et de transparence, qui vient refléter la lumière pour sa meilleure diffusion.
  • La bouteille Femme est une exclusivité de Venini, qui est conçue autour de la courbe, pour correspondre au galbe féminin. Le travail est fait à la main, avec la technique traditionnelle des souffleurs de verre.
  • Déclinaison de la Rosalinda, cette table basse, réédite par Molteni&C, est munie d’un verre transparent, pour mettre en valeur sa structure de treillis en acier émaillé. Datée de 1954, elle fut créée pour la Villa Arreaza, de Caracas, dans un jeu sur la couleur.
Afficher la galerie Gio Ponti

Tous les articles Gio Ponti