Galerie photos immeuble

  • La tour verte Tao Zhu Garden, à Taipei. Situé à Taiwan et en cours de finalisation, ce complexe résidentiel qui absorbe le carbone, sera recouvert de 23 000 arbres. Sa forme, en double hélice tournant à 90 degrés, est inspirée par celle d’un brin d’ADN.
  • Les Hyperions, à New-Dehli, en Inde forment un ensemble de six tours polyvalentes en bois accueillant des bureaux, des logements, des systèmes d’agroécologie, d’agroforesterie, de permaculture, d’aquaponique, d'agriculture urbaine.
  • Dragongly à Manhattan (New-York)  réinvente le concept de la tour. Ces fermes verticales auto-suffisantes sont composées de deux tours de 132 étages et de 575 mètres de haut en forme d’ailes de libellules en verre et acier, reliées entre elles par une grande serre bioclimatique avec jardins potagers et bassins de viviculture…
  • Le Coral Reef, à Port-au-Prince, Haiti, à l’imitation d’un récif de corail, dessine une barrière de 1000 maisons passives préfabriquées réalisées à partir d’un unique module de base standardisé auto-suffisant en énergie pour reloger les réfugiés des catastrophes humanitaires.
  • A l’intérieur comme à l’extérieur de l’édifice, l’architecte a mis en place un jeu chromatique à partir des couleurs primaires qui habillent l’intérieur des loggias et les portes des appartements.
  • Dans le cadre de la reconversion de l'ancien site de l'Hôpital Hérold, conçu par Philippe Madec dans le 19ème arrondissement de Paris, l’agence Jakob + MacFarlane a dessiné trois formes minérales libres sur une sorte d'île triangulaire en pente plantée d'arbres. Ces trois formes se développent comme des racines sur des portions du territoire qui ont été libérées des contraintes du site : les arbres protégés, l'ancien mur existant de la chaussée, la taille et la perspective, les surfaces non constructibles o
  • L’été à la Grande Motte, photographie par Pierre Riby, architecture par Jacques Arnihac, Albert Cane et Jean de Richemond et Paul d’Outreligne. Carte postale Yvon.
  • L’orientation est déterminée pour procurer un maximum d’ensoleillement avec des larges baies vitrées s’ouvrant sur la nature environnante. Actuellement, environ 1000 personnes résident dans l’Unité d’Habitation.
  • Véritable mythe architectural ou tout simplement « la maison du fada », comme le surnomment les locaux, surplombe Marseille à 52 mètres de hauteur dans un tourbillon de vent d’espace et d’horizons. Felice Varini « Quatre droites aux trois croisements  » , Marseille 2016.
  • Dans le travail de Felice Varini, le point de vue fonctionne comme un point de lecture, c'est-à-dire comme un point de départ possible à l'approche de la peinture et de l'espace. La forme peinte est cohérente quand le spectateur se trouve à cet endroit. Felice Varini  « Rebonds par les pôles », Marseille 2016.
  • L’image du paquebot, concept clef du Mouvement moderne s’impose à la vue de cet immeuble tout en longueur avec sa proue aux retraits successifs, ses horizontales filantes en partie haute, ses longues coursives intérieures, ses pavillons en toiture évoquant des cheminées de navire.
  • Le rôle du conseil syndical couvre l'ensemble des besoins en travaux et rénovation de l'immeuble, de la cave au grenier.
Afficher la galerie immeuble

Tous les articles immeuble