Galerie photos jardin à la française

  • L'orangerie du château de Maizicourt construite dans l'étable accueille les visiteurs, les ouvertures ont été faites sur le modèles des orangeries traditionnelles.
  • Arums et rosiers blancs en bordure du château de Maizicourt.
  • Salon de thé dans le jardin des topiaires des Jardins de Séricourt.
  • Le dessin du jardin est axé sur la porte principale  et la fenêtre du hall du premier étage. Quatre grands ifs taillés en plateaux rythment la base du jardin à la Française, reprenant les distances entre les fenêtres sur la façade.
  • Les spirales de buis, taillées deux fois à trois fois l’an, dessinent des broderies. La base de ces haies est légèrement plus large que le sommet, pour qu’elles puissent rester denses jusqu’au sol.
  • Le verger est composé de trois rangées de pommiers à la cime taillée en boule. La base est habillée de santolines, pour des raisons esthétiques et pratiques, car elles protègent les arbres de la tondeuse. Et toutes les allées sont en pelouse.
  • Les architectes Paul Maymont et François-Hebert Stevens ont utilisé la géométrie, les diagonales et la régularité, afin de transformer l’immense parterre en échiquier géant. Celui-ci a été pensé pour être admiré du haut du premier étage de la demeure.
  • L’austère façade granit du château Louis XIII contraste avec l’originalité du jardin néo-classique, un lieu inspirant où ont séjourné Honoré de Balzac, Alfred de Musset et Victor Hugo
  • Les deux parties du jardin sont séparées par une grande arcade de glycines appuyée sur des colonnes d’ifs.
  • L’art topiaire est né à l’époque de la Rome antique. Ici, il participe à la mise en scène végétale du jardin de la Ballue. Les topiaires de buis et d’ifs permettent de délimiter les espaces et d’instaurer du relief.
Afficher la galerie jardin à la française

Tous les articles jardin à la française