Galerie photos musée

  • Visuel de l'exposition réalisé par AirBich pour  Aventuriers des mers.
  • L’intérieur du bâtiment existant a été rénové dans le respect de l’ancien.
  • Appelé autrefois « Palais des Beaux-Arts, puis « Musée de l’Art Wallon, le CIAC (ancien MAMAC) a été construit en 1903 par les architectes Charles-Etienne Soubre et Jean-Laurent Hasse pour l’Exposition Universelle de 1905. Depuis 2015, il a été rebaptisé La Boverie du nom du parc qui l’entoure.
  • Sur la façade du Trade Mart composée d’un alignement de panneaux miroir couleur bronze qui reflètent la végétation dense aux alentours et démultiplie sa présence, l’escalier de l’entrée principale, créé par l’architecte Jean Nouvel, dessine un nouvel élément ludique et graphique qui souligne la nouvelle affectation du lieu.
  • Pour le distinguer des autres espaces, la salle qui abrite l’exposition permanente possède un  plafond peint en noir. La scénographie des espaces d’exposition, confiée également à Lhoas & Lhoas, offre des socles en contraste avec les matériaux de construction neutre (bois, plâtre, acier, métal laqué noir, aluminium, polycarbonate).
  • Entrée de l’ADAM, le nouveau musée du design de Bruxelles à 100 mètres de l’Atomium.
  • A l’extérieur, l’entrée dessinée par l’architecte Jean Nouvel reprend l’idée d’un escalier de chantier démultiplié avec un effet de miroir. Elle offre une nouvelle visibilité au bâtiment très sobre de l’architecte John Portman, très en retrait.
  • L'orgue à parfum tel qu'il existait autrefois avec plus de 200 essences différentes.
  • Un musée historique dans un lieu historique, représentant de l'architecture industrielle du XIXème siècle.
  • Dans l’espace muséal, une fresque murale composée de 644 carreaux de céramique émaillée et dorée fabriquée par la faïencerie Boch, intitulée Le Feu. Allégorie créée dans les années 1940, pour les bureaux de prestige de Boch Keramis, elle représente Prométhée, personnage de la mythologie grecque, qui apporte le feu, la métallurgie et les arts du feu, est peint nu et surgissant des flammes. Il tient dans sa main un vase typique de la production de Raymond-Henri Chevallier. Coll. Musée royal de Mariemont.
  • Les murs en mailles métalliques et polycarbonate ondulée du Silex’s dessinent un espace ouvert circulaire non chauffé et constamment ventilé pour offrir une température adaptée à la conservation des œuvres. Réalisation du bureau d’architecture Holoffe & Vermeersch.
  • Le pavillon du Silex’s offre des fondations légères pour une emprise minime au sol. Il a été posé entre les puits miniers toujours fouillés. Réalisation du bureau d’architecture Holoffe & Vermeersch.
Afficher la galerie musée

Tous les articles musée