Galerie photos trompe l’œil

  • Sur le mur percé de deux fenêtres, un effet Toile de Jouy plus léger monochrome et champêtre pour contraster avec les deux autres papiers-peints aux motifs plus marquants.
  • Par le peintre Eugène Poncelet-Delpech, trompe l’œil à l’assiette de fruits, huile sur toile, Collection Particulière.
  • Artiste français de la première moitié du XIX° siècle. La collection de papillons, huile sur verre, Collection Particulière.
  • Gaspard Gresly, trompe l’œil au vide poches 1712, Collection Particulière.
  • Gaspard Gresly, trompe-l’œil à la gravure des patineurs, après 1745, collection particulière.
  • Etape 14 : Avec le même spalter à dents et le dosage de la palette, dessiner la ronce (succession de formes en triangles à bouts plutôt arrondis et allongés). Il est impératif de travailler en transparence et non en pâte. La ronce peut être montante comme descendante et sa taille d’épaisseur sera de plus ou moins 25 cm.
  • Etape 8 : Battre le support avec un spalter « queue à battre », ou à défaut d’un spalter à poils longs. Effectuer un geste régulier en commençant de bas en haut.
  • Etape 15 : Estomper avec un spalter utilisé sur le bout de ses soies.
  • Etape 5 : Avec le deux mèches, commencer à brècher par le bas du panneau avec la teinte de gris acrylique. Cet outil permet l’exécution de parties épaisses et de parties plus fines. Veiller à bien décharger le deux mèches de sa teinte.
  • Lorsqu’il est bien imité, un décor peint façon faux marbre peut s’avérer un bel effet de style ou a contrario résolument contemporain. Ici, un faux marbre brèche grise.
Afficher la galerie trompe l’œil

Tous les articles trompe l’œil