Exposition Jômon, naissance de l’art dans le Japon préhistorique

Au Japon la période Jōmon est l'une des quatorze subdivisions traditionnelles, elle couvre la période qui va de 15 000-10 000 ans jusqu'en 300 avant notre ère. L’homme s’est sédentarisé, il vit de la chasse, de la cueillette et pratique la poterie. Les jarres retrouvées sont magnifiquement décorées de motifs tracés avec une corde d’où découle son nom « Jô cordes et Mon motif ».

Aiguières laquées en bois de cerisier période Jômon récent, qui devaient contenir des alcools de fruits. On a retrouvé 16 sortes de graines à l'intérieur.
Voir plus : aiguière, Japon, poterie

La période Jômon, mise à l’honneur à La Maison de la Culture du Japon, connait un engouement dans la culture contemporaine au Japon. Cette exposition très importante témoigne de l’intérêt grandissant pour découvrir la naissance de l’art dans le Japon préhistorique, révélant l’histoire humaine du Japon et une histoire de l’art propre à l’archipel.

L’exposition est exceptionnelle, elle réunit de nombreux objets archéologiques dont 6 pièces classées « Trésor National » et 33 classées « Bien culturel important ». Des figurines « dogû » des jarres, des ustensiles, des bijoux et des masques permettent d’explorer la vie culturelle et spirituelle qui se développa durant la période Jômon.

Ce coquillage en terre cuite devait servir à contenir du pigment rouge.
Afficher la galerie
Ce coquillage en terre cuite devait servir à contenir du pigment rouge.
©DR

L’exposition Jômon à la MCJP s’articule en 3 sections :
La première section présente 10 000 ans d’évolution, de beauté pure à travers différents types de poteries, d'immenses jarres simples ou décorées de motifs Jômon, marques d’ongle, de doigt, traces de corde, coquillage, applications d’argile et dessins gravés, de véritables chefs d’œuvres. 

La deuxième section est consacrée aux objets évoquant les croyances et la spiritualité du peuple Jômon, avec les "dogû "petites statuettes dont la majorité sont des figures féminines en argile cuite liées à la fertilité ou aux ressources alimentaires. D’autres figurines utilisées comme offrandes funéraires renseignent sur les relations des hommes de Jômon avec l’au-delà, des scènes de chasse ornent les jarres. On retrouve des représentations de leur gibier de prédilection, sanglier, un bestiaire préhistorique composé de coquillages et de singes …

Le sanglier est souvent représenté dans l'art Jômon.
Afficher la galerie
Le sanglier est souvent représenté dans l'art Jômon.
©DR

Les coquillages sont après le sanglier les animaux les plus représentés par les populations du Jômon. On a également retrouvé des figurines en terre cuite qui servaient de récipient ; le pigment rouge qui recouvre la surface du coquillage suggère un usage rituel.

Présentés également, des objets du quotidien : panier en bois tresséhameçons en bois de cerf, deux aiguières en bois de cerisier du Japon d’une grande finesse (4mm) laquées de noir et de rouge, les couleurs caractéristiques de la période Jômon. A l’intérieur on a retrouvé 16 sortes de graines indiquant la possibilité d’avoir contenu des alcools de fruits. Tous ces objets sont d’une beauté saisissante.

Bijoux d'oreille en jade.
Afficher la galerie
Bijoux d'oreille en jade.
©DR

La troisième et dernière section présente des bijoux en terre, en bois de cervidé, en jade qui témoignent d’une esthétique et de l’admirable capacité du peuple Jômon à marier le beau et l’utile. Ces parures ressemblent aux anneaux de jade penannulaires de la Chine des Han dont on retrouve la fabrication jusqu’au Jômon moyen. Côté fabrication, on peut constater la technique de polissage utilisée pour élargir l’intérieur de l’anneau et fendre un côté de la pierre pour l’introduire dans le lobe, qui requiert un haut niveau de maîtrise technique.

Certaines pièces montrent qu’elles ont été fabriquées pour former des paires, réalisées en roches tendres, travaillées de manière à obtenir une forme de sphère aplatie.

Carte des sites archéologiques où l'on a retrouvé les pièces exposées.
Afficher la galerie
Carte des sites archéologiques où l'on a retrouvé les pièces exposées.
©DR

L’exposition Jômon se tient du 17 octobre au 8 décembre 2018 à Paris à :
La Maison de la Culture du Japon 
101 bis quai Branly
75015 Paris
www.mcjp.fr
https://japonismes.org/fr/
Du mardi au samedi de 12h00 à 20h00.

A gauche, figurine à lunettes de neige Jômon final ( -1000 à - 400 av JC) Tsugaru-shi. A droite, pot orné d'un visage Yayoi Moyen - site d'Ozakata cette pièce aurait été utilisée pour recueillir des ossements.
Afficher la galerie
A gauche, figurine à lunettes de neige Jômon final ( -1000 à - 400 av JC) Tsugaru-shi. A droite, pot orné d'un visage Yayoi Moyen - site d'Ozakata cette pièce aurait été utilisée pour recueillir des ossements.
©DR

Article publié le 23 octobre 2018

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire