Toute la beauté inspirée de l’art japonais

Le MAD propose une exposition exceptionnelle sur le Japon. A l’occasion de cet événement, découvrez les trésors de ses archives, des prêts d’institution, de créateurs et de collections particulières venues tout spécialement du pays du Soleil-levant.

Chaise longue basculante, création Charlotte Perriand, Japon, 1940, musée des arts Décoratifs.

L’art dans tous ses états

Pas moins de 1500 œuvres sont présentées : objets d’art et de design, créations de mode, arts graphiques, photographies. Dans un écrin scénographié par l’architecte japonais minimaliste en vogue Sou Fujimoto et rythmé par 5 thématiques, la présentation met en valeur la profusion et l’éclectisme des styles nippons, à travers les acteurs de la découverte de ce continent, la nature qui y est érigée en modèle d’inspiration, le temps, le mouvement, mais aussi les innovations.

Siège « Cabbage », création Oki Sato, éditions Nendo Japon, 2008, musée des Arts Décoratifs.
Afficher la galerie
Siège « Cabbage », création Oki Sato, éditions Nendo Japon, 2008, musée des Arts Décoratifs.
©MAD Paris/ Jean Tholance

Dès la seconde partie du XXème siècle

Tout commence avec l’Exposition Universelle de 1867, à laquelle le Japon participe pour la première fois : on y découvre les magnifiques laques, céramiques, estampes, bronzes, paniers, peignes, textiles, papiers-peints, mais aussi karagami, kimono et tsuba qui n’appartiennent qu’à cette culture. Elle est suivie, en 1869, par une initiative du Musée des Arts Décoratifs qui organise, cette année-là, sa première exposition d’art oriental et notamment japonais. D’une modernité intemporelle, il est déjà une source d’inspiration pour les créateurs de la fin du XXème siècle qui inventent le terme de Japonisme pour qualifier cet art d’influences. Et c’est justement « Dame Nature » qui relie les Occidentaux et Japonais de cette époque, puisant dans le répertoire de la faune et la flore pour imaginer de nouveaux ornements. Dans la culture nippone, le temps est aussi lié au rythme des saisons, mais aussi à la vie du quotidien scandée par les cérémonies du thé, de l’encens et de la calligraphie. De nombreux architectes et designers de la fin du XIXème siècle et du début du XXème se sont inspirés des créateurs japonais, notamment en voyageant dans leur pays. On peut citer entre autres, l’architecte Frank Lloyd Wright, la designer Charlotte Perriand, mais aussi les verriers René Lalique ou Emile Gallé… Et la magie de la création japonaise réside certainement dans sa capacité à saisir l’instant présent, le geste comme l’exprime merveilleusement le mouvement Mingei des arts populaires, terreau de la modernité au Japon.

Série n °1 – 1, 2018, création Ikko Tanaka et Issey Miyaké.
Afficher la galerie
Série n °1 – 1, 2018, création Ikko Tanaka et Issey Miyaké.
©Issey Miyaké INC, Francis Giacobetti

Un modèle pour l’Occident

L’exposition permet aussi de découvrir les œuvres de 7 artisans français qui ont participé à l’exposition « WONDER LAB » présentée au Musée National de Tokyo en 2017. Et elle se termine par une présentation des innovations techniques japonaises qui ont illustré depuis la fin du XIXème siècle tous les domaines des arts décoratifs : grès, laque, métal, art graphique, mode… Combien de créateurs ont puisé dans la tradition et modernité japonaise pour rendre hommage à sa beauté unique…

MAD
Exposition Japon-Japonismes, 1867-2018, du 15 novembre 2018 au 3 mars 2019

107, rue de Rivoli
75001 Paris
Tél. : 01 44 55 57 50
www.madparis.fr

Tabouret « Butterfly stool », création Sori Yanagi pour Tendo Mokko Tokyo. Edition Steph Simon, 1956, musée des Arts Décoratifs.
Afficher la galerie
Tabouret « Butterfly stool », création Sori Yanagi pour Tendo Mokko Tokyo. Edition Steph Simon, 1956, musée des Arts Décoratifs.
©MAD Paris/ Jean Tholance

Vase de Genlis et Rudhard, Paris vers 1863, musée des Arts Décoratifs.
Afficher la galerie
Vase de Genlis et Rudhard, Paris vers 1863, musée des Arts Décoratifs.
©MAD Paris/ Jean Tholance

« Le temple de Rinzyusan à Asakusa », création Ando Hiroshigé, estampe Japon 1856, musée des Arts Décoratifs.
Afficher la galerie
« Le temple de Rinzyusan à Asakusa », création Ando Hiroshigé, estampe Japon 1856, musée des Arts Décoratifs.
©MAD Paris/ Jean Tholance

Vase « Mont Fuji », création François-Eugène Rousseau, Paris, vers 1884, musée des Arts décoratifs.
Afficher la galerie
Vase « Mont Fuji », création François-Eugène Rousseau, Paris, vers 1884, musée des Arts décoratifs.
©MAD Paris/ Jean Tholance

Boucle de ceinture « Grue », création Charles Boutet de Monvel, France, 1900-1903, musée des Arts Décoratifs
Afficher la galerie
Boucle de ceinture « Grue », création Charles Boutet de Monvel, France, 1900-1903, musée des Arts Décoratifs
©MAD Paris/ Jean Tholance

Robe-vêtement d’armure, Japon, musée des Arts Décoratifs.
Afficher la galerie
Robe-vêtement d’armure, Japon, musée des Arts Décoratifs.
©MAD Paris/ Jean Tholance

Papier décoré chiyogami, produit au Japon, XIXème siècle, musée des Arts Décoratifs.
Afficher la galerie
Papier décoré chiyogami, produit au Japon, XIXème siècle, musée des Arts Décoratifs.
©MAD Paris/ Jean Tholance

Article publié le 17 octobre 2018

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire