La Ferme Saint-Siméon à Honfleur

Chère au cœur des impressionnistes et des écrivains au XIX ème siècle, La Ferme Saint-Siméon s’est aujourd’hui transformée en bel hôtel aux charmes indéniablement normands.

Vue imprenable sur la Seine et son estuaire, la Ferme Saint-Siméon propose 34 chambres élégantes, un restaurant gastronomique et espace bien-être spa. Une très belle étape.

Loin des hordes de touristes, la ville d’Honfleur révèle tout son charme en hiver et constitue une destination facile à deux heures de la capitale pour un week-end de totale détente.

Seconde cité normande après le Mont Saint-Michel avec 3,5 millions de visiteurs par an, Honfleur est à éviter dès les premiers beaux jours de printemps : des Japonais aux autocaristes, une foule bigarrée déambule dans les ruelles à la recherche de souvenirs normands, lesquels viennent fort souvent, hélas, du continent chinois.

Face à la mer, le restaurant offre un décor cossu d'auberge lambrissée. Aux cuisines, un chef breton qui excelle dans les produits de la mer : Erwan Louaisil.
Afficher la galerie
Face à la mer, le restaurant offre un décor cossu d'auberge lambrissée. Aux cuisines, un chef breton qui excelle dans les produits de la mer : Erwan Louaisil.
©David Grimbert

Or Honfleur est une perle rare, car elle a été épargnée par le temps et les guerres ; il faut donc pouvoir l’admirer à sa juste valeur, l’apprécier en son état de ville active et non pas de cité- musée. Prenez un guide à l’office de tourisme : il vous entrainera entre les ruelles découvrir les maisons à pans de bois, les deux églises majeures (Sainte-Catherine, en bois et Saint-Léonard, en pierre), les constructions liées l’activité maritime (lieutenance, vieux bassin). Immanquablement, la visite vous conduira au musée Boudin (œuvres permanentes de l’impressionniste et expositions temporaires), aux greniers à sel (superbes salles du XIV ème siècle en pierre et bois qui servaient d’entrepôt à quelques 10 000 tonnes de sel). Honfleur est la ville par excellence des artistes, des impressionnistes (Corot, Boudin, Monet, Manet, Jongkind) des écrivains du XIX ème (Allais, Baudelaire) et de quelques musiciens (Erik Satie).

Pour apprécier les charmes d’Honfleur sans connaître les inconvénients du tourisme de masse, un lieu de villégiature légèrement excentré et néanmoins patrimoine historique de la ville s’impose ; il s’agit de la Ferme Saint-Siméon.

Filet de Saint-Pierre cuit à blanc pour révéler toutes ses subtilités gustatives.
Afficher la galerie
Filet de Saint-Pierre cuit à blanc pour révéler toutes ses subtilités gustatives.
©Christophe Bielsa

Auberge terroir « de la Mère Toutain » pour tous les pêcheurs honfleurais, La Ferme Saint-Siméon était située sur l’estuaire de la Seine accrochée aux contreforts de la ville. Aujourd’hui, tout en demeurant une maison normande du XVII ème siècle avec certains particularismes architecturaux régionaux (façade plaquée d’ardoises, poutres en chêne, dallages et tomettes anciennes), l’auberge s’est transformée en hôtel de luxe et de charme. 34 chambres soigneusement restaurées permettent de voir la vue panoramique sur la Seine, le pont de Normandie, la Manche au fond ; même si en face, les grues et les torchères du Havre gâchent un peu le paysage. Dans les jardins, le pressoir a été remanié et transformé, dans le style d’un ancien pressoir à cidre, en un espace bien-être spa.

Différentes partitions pour le goûteux cochon Noir de Bigorre.
Afficher la galerie
Différentes partitions pour le goûteux cochon Noir de Bigorre.
©Christophe Bielsa

Face à la mer, le restaurant est le reflet d’une salle cossue d’auberge fin du XIX ème siècle. Erwan Louaisil, le chef qui officie là depuis le printemps 2010, est un Breton qui travaille les produits de la mer, les spécialités régionales sans pour autant tomber dans le terroir. L’adresse était connue auparavant pour son feuilleté de Pont l’Evêque ; aujourd’hui l’entrée affiche un velouté de parmesan agrémenté de gnocchis de châtaignes, de lamelles de truffe et de morceaux de ris de veau, ou un œuf cuit à 65° avec des écrevisses et cèpes cuisinés en civet. Pour les poissons étonnant contraste coloriel entre la pâleur d’un Saint-Pierre cuit à blanc et les calamars préparés à l’encre. De son côté le porcelet est décortiqué en plusieurs préparations : la joue est confite aux oignons et vin rouge, la côte servie avec une sauce barbecue, la selle fondante dans sa cocotte au piment fumé.

Pour les desserts, associations inédites de fruits et de chocolat, de saveurs douces ou acidulées à des parfums puissants. Le biscuit-crémeux chocolat de Madagascar est rafraîchi par de l’écorce confite de clémentine et un sorbet mandarine ; la pomme verte en crumble et la gelée de poiré sont rendues moins transparents par la noirceur d’une crème brûlée au réglisse.

Saveurs douces et acidulées pour le vacherin aux agrumes.
Afficher la galerie
Saveurs douces et acidulées pour le vacherin aux agrumes.
©Christophe Bielsa

De telles agapes peuvent être digérées dans une des salles de massage du spa qui propose des soins originaux qui sont de réels clins d’œil à la Normandie : soins hydratants à base de lait et d’huiles essentielles, protocoles avec des beurres pour nourrir en profondeur l’épiderme et massages à base de pommes et de miel pour revitaliser le visage.  Ici, il n’y a pas de marque de soins esthétiques, mais des ingrédients naturels, bios et régionaux à partir desquels sont construites des recettes personnalisées de beauté. Le gommage est réalisé avec de vrais grains de céréales dont le blé, l’enveloppement caramel avec du miel chaud. Connue pour ses vertus anti-oxydantes, la pomme est de tous les soins anti-âge pour raffermir le visage et/ou le corps. De son côté le lait combiné avec des huiles végétales et essentielles hydrate en profondeur la peau. Traditionnel dans tous les espaces santé-bien être, le modelage aux pierres chaudes est pratiqué ici avec des galets ramenés des proches plages d’Etretat !

Des délices de la table aux délices olfactifs, sensoriels ; le chemin est vite tracé !

La Ferme Saint-Siméon
Rue Adolphe Marais
14600 Honfleur
Tél : 02 31 81 78 00
A la carte comptez environ 140 €
Menus à 55 € le midi en semaine, 75 €, 90 et 129 €

Soin baratte de 1 heure 15 à 135 €, massage Opom de 75 à 135 €, gommage cassonade à 65 €, enveloppement caramel à 70 €, modelage paume de pomme à 135 €.

Article publié le 10 février 2012

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire