Le St James, un hôtel dans un hôtel particulier

L’histoire de cette noble maison s’inscrit dans celle de l’histoire de France. Une maison construite à l’emplacement d’un ancien aérodrome parisien d’où s’envolaient les montgolfières, par Madame Dosne Thiers en mémoire du président Thiers ! Cette superbe bâtisse néo classique servit dès la fin du 19ème siècle de résidence aux étudiants les plus brillants de la capitale.

Le pigeon comme un "rôti", céleri et betterave.

Situé tout près de la porte Dauphine, ce bâtiment bourgeois est aujourd’hui la demeure de l’hôtel St James. 49 chambres et suites accueillent les résidents privilégiés dans un cadre atypique, au cœur du très chic XVIème arrondissement de Paris.

La décoratrice Bambi Sloan a su avec brio donner toute sa dimension à cet hôtel Napoléon III. Mobilier, couleurs, tissus d’ameublement, agencement, décoration intérieure, aménagement des chambres, tout dans le lieu permet de s’ébahir. Devant les objets choisis, le volume des pièces, mais surtout devant l’uniformité et l’esprit donné à cette maison de toute beauté.

Le parc de 5000 m² – un espace unique pour un tel endroit au cœur de la capitale – abrite un sublime jardin, parfait lieu d’accueil pour un apéritif ou pour un dîner aux beaux jours. En ce qui concerne le déjeuner, une carte de membre vous sera impérativement demandée, puisque l’hôtel St James est aussi le siège d’un club privé.

La langoustine dans son délicat bouillon végétal.
Afficher la galerie
La langoustine dans son délicat bouillon végétal.
©DR

Si l’hôtel vaut d’y passer au moins une nuit, la table aussi mérite toute votre attention. Le travail de la jeune chef Virginie Basselot et de Mathias Alet, le pâtissier, vaut d’être découvert. Le restaurant est d’ailleurs couronné depuis cette année par une étoile au guide Michelin. Cette distinction s’adresse également au personnel de salle, géré par Nicolas Charlotte qui, sous une apparente décontraction, assure un service exemplaire.

Dos de cabillaud légumes de saison et beurre blanc mélisse.
Afficher la galerie
Dos de cabillaud légumes de saison et beurre blanc mélisse.
©DR

La langoustine s’associe avec brio aux radis et aux champignons Shimeji dans un bouillon végétal tout en finesse. Le cabillaud d’une cuisson millimétrée exprime ses saveurs, seules les perles du Japon déposées au fond de l’assiette ne trouvent pas leur place… Le pigeon servit dans l’esprit d’un « rôti » ne manque pas de fraîcheur, accordé à un râpé de mangue, de pomme et de foie gras. Quant aux desserts, ils prouvent le talent d’un jeune pâtissier investit… Fraiser gourmand, le biscuit citron, figue fraiche, compotée de figue et mûre, chocolat « dulce » se laisse dévorer, la tarte chocolat caramel par son côté crémeux et son parfait équilibre met tout le monde d’accord.  

Hôtel St James
43, avenue Bugeaud
75116 Paris
Tél. 01 44 05 81 81
www.saint-james-paris.com

La sublime tarte au chocolat.
Afficher la galerie
La sublime tarte au chocolat.
©DR

Article publié le 9 septembre 2014

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire