La Bauhinia : premier restaurant de l’hôtel Shangri-La de Paris

L’ouverture fin décembre de cet hôtel a fait couleur de l’encre, car depuis 4 ans des bâches nous cachaient les travaux pharaoniques de restauration qui ont été entrepris ; mais aussi parce que le puissant groupe hôtelier asiatique Shangri La avait choisi Paris comme première ville de son déploiement en Europe.

Version soir, La Bauhinia restaurant lounge night

 

Plantons le décor : il est superbe dans un genre classique mélangeant néanmoins l’Asie (mobilier, grands vases Ming, peintures reprenant des soieries chinoises) et l’Occident (marbres, grilles en fer forgé, boiseries, pierre de taille, escalier majestueux, parquets). Pour autant, rien de clinquant car les pièces sont fractionnées au rez-de-chaussée en petits salons, fumoir. Sous une très grande verrière, la salle du Bauhinia est sur deux niveaux et au premier étage la vue sur le gigantesque lustre et la salle en contrebas est magnifique.

Plantons la cuisine : elle est fort réussie sous la houlette de Philippe Labbé qui est « passé par » Loiseau, Boyer, Briffard avant de diriger pendant 6 ans la table de la Chèvre d’Or à Eze, donnant à ce lieu mythique deux macarons. Comme le décor, la cuisine peut être asiatique avec des plats de divers pays (salade thaï, nouilles singapouriennes, curry malais de poulet, cabillaud en papillote indonésien) ou franco-française (asperges, noix de Saint-Jacques de la baie de Seine, agneau aveyronnais, poitrine de veau confite). S’ils sont très bons les desserts ne jouent pas la carte de l’originalité avec un millefeuille pistache, un assortiment de glaces, un tiramisu. Il paraît que l’Abeille, second restaurant de l’hôtel, sera gastronomique, on a les papilles qui s’agitent déjà car la cuisine de cette Bauhinia (fleur qui orne le drapeau de Hong Kong) est déjà plus que réussie.

Un mot sur les prix : ce type d’établissement, cette sorte de table a nécessairement un prix ; mais de temps en temps il faut s’offrir un vrai plaisir (environ 100 € sans vin) et entre l’adresse (en plein seizième face à la Tour Eiffel) et le cadre (l’ancienne demeure du Prince Napoléon) on n’a pas lieu d’être étonné. Quel dommage qu’il n’y ait pas un menu au moins à déjeuner !

Le bémol : le personnel très gentil, souriant et serviable à l’asiatique ; sauf celui des vestiaires qui sont confiés à de jolies personnes irresponsables dont seul le minois est intéressant !

Preuve en est, trois petites histoires qui me sont arrivées et qui ne sont réellement pas dignes d’un palace 5 étoiles. Lors d’une première venue, un « dîner de femmes exceptionnelles » (tel était le titre de l’invitation et ma modeste plume y était conviée !!!), j’avais déposé un cadeau avec mon manteau, un visiteur qui de son côté devait reprendre un paquet a demandé et mon cadeau lui a été donné !! Le même soir, je vais légèrement énervée reprendre ma voiture au voiturier débordé par les demandes affluant toutes au même instant, il me donne des clés en me disant « elle est là bas ». J’avais les clés d’un petit coupé BMW et aurait pu troquer mon tacot contre ce petit bolide. Hélas on ne se refait pas et mon honnêteté m’a fait repartir avec ma vieille 205 cabossée ! Enfin, troisième mésaventure, lors de mon second dîner, deux sacs de documents au lieu d’un m’ont été donnés et à mon domicile j’ai vu un petit post-it avec un nom qui n’était pas le mien !! Quand je pense aux imprudents qui laissent aux vestiaires leurs portable, Iphone ou Black Berry ; j’en ai des sueurs froides dans le dos. Espérons qu’à la prochaine venue le personnel aura eu le temps d’être formé ou briefé !

La Bauhinia, au Shangri-La, tous les jours.

10, avenue d'Iéna, Paris 16e.

M°: Iéna.  Tél. 01 53 67 19 53.

Article publié le 22 mars 2011

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.