Belles saveurs à l’Atelier à Morzine

La table de l’hôtel Le Samoyede est la table gastronomique de la station de ski de Morzine. Une cuisine gastronomique aux antipodes des plats savoyards pour skieurs, tels que tartiflette ou croûte au fromage.

Un joli choix de desserts pour terminer sur une note sucrée.

Appartenant à une des familles Baud, lesquelles sont aux origines du développement touristique du village et de sa transformation en station internationale de ski, L’Atelier est « la » table gastronomique de Morzine. Ici point de diots et de crozets, ni de tartiflette, ni de croûte à l’Abondance. Si vous cherchez des plats du terroir savoyard, passez votre chemin ! Au cœur du village le jeune chef Alexandre Baud-Pachon a repris les rênes de la cuisine de l’hôtel familial, et transformé la taverne d’origine en restaurant haut de gamme. En effet, après un BTS d’hôtellerie et des stages dans quelques grandes maisons (Les Prés d’Eugénie de Michel Guérard, le Beau Rivage de Genève), le jeune cuisinier aime transcender le produit local. La truite Fario de rivière est proposée en carpaccio mariné au sésame et aux légumes croquants (18 €) ; dans un jus doucement épicé, le filet de féra du lac Léman est simplement poché et accompagné de légumes glacés à la gelée de sapin (27 €) ; doucement cuit au sautoir, le filet de bœuf de Savoie affiche une belle tendreté et sa modernité sur un accompagnement de légumes anciens (panais, salsifis) (32 €).

Produits du terroir parfaitement choisis et sublimés par une cuisine inventive.
Afficher la galerie
Produits du terroir parfaitement choisis et sublimés par une cuisine inventive.
©DR

Si vous aimez le foie gras poêlé, il est ici proposé légèrement fumé par du magret de canard. Le fondant du foie est sublimé par le mou-farineux de cocos de Paimpol (22 €). Belle réussite aussi pour la très grosse raviole qui cache sous ses plis langoureux un demi-homard dont la saveur légèrement iodée est relevée par un coulis crémeux de crustacés et une pointe de gingembre (22 €). Les noix de Saint-Jacques, simplement snackées des deux côtés, sont délicatement posées sur un risotto aux artichauts travaillé au beurre truffé (32 €).

A la carte ou au menu, les plats servis s'accorderont à merveille avec les vins de Savoie.
Afficher la galerie
A la carte ou au menu, les plats servis s'accorderont à merveille avec les vins de Savoie.
©DR

Pour être vraiment gastronomique, le chef doit se surpasser dans le sucré, oser plus d’originalité sur le registre des desserts. Biscuit coulant au chocolat ou coque chocolat garnie de marron et vanille, ou encore déclinaison autour des fruits exotiques : les pâtisseries sont bonnes certes, mais sans atteindre la technicité et les saveurs des propositions salées.

La carte vous entraînera vite dans les 60 €, profitez donc du beau menu à 3 plats Vallée d’Aulps à 43 € ou 58 € avec 2 verres de vin. Si les pistes de ski vous ont fortement ouvert l’appétit, place au grand menu à 7 plats, la Fantaisie Chablaisienne, qui affiche les 72 €. Attention cependant : en montagne les portions sont généreuses, et ne sont pas des tiers ou des quarts de plats comme à Paris !!

Pour accompagner votre repas, nul besoin d’aller chercher sur le Bordelais ou le Bourgogne. Les vins de Savoie gagnent à être connus, et quelques domaines mériteraient de figurer plus souvent sur les cartes des sommeliers. Pour un vin rouge, optez pour une Mondeuse de Savoie Domaine Louis Magnin 2007 à 53 € ou une Mondeuse d’Arbin Les Fils de Charles Trosset 2012 à 32 €. Si vous préférez un blanc, les Grandes Jorasses Altesse Domaine Belluard 2009 à 38 € conviennent parfaitement ainsi que le Château de Ripaille 2009 à 22 €. Ces bouteilles-là sont des crus classiques et réputés du vignoble savoyard.

Au final, cette cuisine assez épurée mais raffinée justifie le classement en « coup de cœur » de l’établissement par le guide Gault & Millau. 

L’Atelier
Hôtel Le Samoyede
9, place du Baraty
74110 Morzine-Avoriaz
Tél : 04 50 79 00 79
Env. 30 couverts en plus de la demi-pension réservée aux clients de l’hôtel
Ouvert le soir pendant la saison hivernale. 

Grâce au talent du jeune chef Alexandre Baud-Pachon, l'Atelier s'affiche comme La très bonne table de Morzine.
Afficher la galerie
Grâce au talent du jeune chef Alexandre Baud-Pachon, l'Atelier s'affiche comme La très bonne table de Morzine.
©DR

Article publié le 13 février 2013

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire