Le Clocher Pereire, Paris 17°

Une bonne petite adresse dans le 17 ème arrondissement

Jean-Philippe Leboeuf et Eric Jolibois
Voir plus : restaurant
Un froid pinçant qui n’incite pas à mettre le nez dehors, un établissement qui se remarque difficilement, une situation sur un long boulevard qui, dans cette partie là, n’est pas du tout commerçant, un déjeuner un lundi de retour des fêtes de fin d’année : toutes les conditions étaient réunies pour que le lieu soit désert en cette reprise de travail après les congés du 1er de l’an ! Et pourtant, Le Clocher Pereire avait son lot de clients prêts à affronter le blizzard pour se régaler.

Avec sa décoration toute blanche et simple, le restaurant est petit et intimiste. Seuls quelques 28 couverts peuvent être servis dans la petite salle sur laquelle la cuisine s’ouvre. Y règnent un duo de cuisiniers qui travaillent en famille : Jean-Philippe Leboeuf et Eric Jolibois se sont rencontrés il y a trois ans chez Drouant, à l’époque de Louis Rondin ; depuis, ils ne se sont plus quittés et le premier a même épousé la sœur du second ! Ils associent leurs différentes expériences (Dutournier, Georges Costes, Taillevent, Guirlande de Julie) pour créer leur propre cuisine qui s’avère agréable, fraîche et d’un bon rapport qualité-prix sans pour autant être grandement gastronomique (les desserts pêchent par leur facilité).

Démarrez par le cocktail maison qui vous apportera peps et énergie, car le champagne se joint à des zestes d’agrumes et à une pointe de gingembre en sirop (8 €). N’hésitez pas à poursuivre par le menu de saison à 30 € les 3 plats à midi et à 32 € le soir ; la carte n’a réellement rien à lui envier.

Pour ma part, j’ai testé le délicieux velouté de châtaigne et sa mousse de lait infusée au parmesan servi dans un grand verre ; alors que mon voisin de table me faisait goûter son millefeuille de tomates et de navets avec une fleur de courgette farcie de caillé de brebis (frais certes, mais la tomate n’étant pas de saison n’avait pas beaucoup de goût !).

Belle réussite pour les plats principaux avec de belles viandes : filet de bœuf et macaronis farcis de champignons, pavé de biche et purée de rattes maison (belle tendreté et saveur de ces viandes). Les pêches du jour affichaient un bar dans son jus de coquillages, des Saint-Jacques en croûte d’algues et un merlan de ligne et son rougail de tomates (bonne fraîcheur des poissons et fermeté des cuissons).

Les desserts jouent principalement sur les fruits : litchis sur fond de gelée de rose ; compotée d’ananas au miel et sa crème légère au citron ; croustillant de poires, mousse au chocolat blanc et coulis de framboises. Ils manquent réellement d’originalité, de créativité et de goût.

La carte des vins vous proposera des bouteilles qualitatives (beaucoup d’AOC) aux prix assez sages quand il s’agit des Bourgogne blanc et rouge (le Viré Clessé Domaine Tête 2002 à 35 € dont le goût fumé ira parfaitement avec poissons et viandes blanches, l’Irancy Domaine Dauvissat 2007 à 45 €). Même réussite pour le St Joseph de la Vallée du Rhône Domaine Courbis 2006 à 45 €.

Le Clocher Pereire
42, boulevard Pereire
75017 Paris
Tél : 01 44 40 04 15
Voiturier le soir sauf le lundi
Fermé le samedi et le dimanche
Article publié le 8 janvier 2010

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.