Le Play Off, un steak house de qualité

Une adresse typée « steak house » où priment la décoration à l’américaine, l’excellente viande et une ambiance sportive liée aux after-workers qui regardent sur grand écran les évènements sportifs.

Ambiance made in USA au Play Off: murs en brique, drapeau Stars and Stripes...

Une folie carnassière s’empare de la capitale, les Parisiens ont oublié la crise de la vache folle et les restaurants de viande à l’américaine, autrement dit les « steak house », fleurissent.

Le Mac Do, le Burger King font la tête, et ont la mine aussi triste et terne que celle des pains qui couronnent leur viande hachée.

Dans certains établissements, Le Livingstone, Thoumieux, Razowski, d’excellents hamburgers pointent le bout de leur nez. De mauvaise réputation, car synonyme de malbouffe et d’obésité, le hamburger entame une phase de réhabilitation et reconquiert des lettres de noblesse. Mais attention, il est alors en taille XXL avec des produits sélectionnés auprès de fournisseurs américains à l’image de notre Play Off Wagram, qui fait travailler Rachel pour ses buns et ses pâtisseries. La burgermania est telle, qu’en grande distribution la marque Paso a même sorti des minis hamburgers à déguster à l’apéritif ou lors de petits creux des fins de soirée. 6,60 € les 6.

Burgermania aussi dans la grande distribution avec les mini-hamburgers pour l'apéro, Paso.
Afficher la galerie
Burgermania aussi dans la grande distribution avec les mini-hamburgers pour l'apéro, Paso.
©DR

Au Play Off, le hamburger est double cheese ou pastrami cheese ou encore double burger à 16 et 19,50 € ; mais il est généreux avec un bon pain brioché légèrement sucré, des frites croustillantes et chaudes. Si les jeunes adorent les hamburgers, le lieu est « top » pour ses deux formules : l’assiette de tapas, la côte de bœuf pour 2 avec 1,2 kg de viande, les frites, la ratatouille froide, la bouteille de vin et les 2 cafés pour 88 € pour 2 personnes. Même schéma à 69 € avec des travers de porc. La viande provient en majeure partie des Boucheries Nivernaises, connues pour leur qualité, et la côte de bœuf est de la race Simmenthal. Dans votre assiette, la viande est superbe, généreuse, avec juste le gras nécessaire pour attendrir la bidoche. Le goût, la tendreté sont là. De très bonnes frites allumettes sont servies avec la côte. Si vous avez encore faim après cette belle pièce, des desserts américains vous attendent : le cheesecake (dense et un peu lourd à l’américaine), le coulant au chocolat.

Les grands écrans ont été installés pour retransmettre les grands évènements sportifs.
Afficher la galerie
Les grands écrans ont été installés pour retransmettre les grands évènements sportifs.
©DR

A accompagner d’un Bordeaux, un AOC Moulis Rouge, Les Hauts de Brillette, lequel est le second vin du Château Brillette, à 24 € la bouteille et 5 € le verre.

A côté de ces plats très marqués USA, la décoration est elle aussi très marquée à l’américaine. Omniprésence du rouge et du noir, murs en brique, écrans de télévision, bars en hauteur pour un ultime verre. En effet, le Play Off est connu pour être un after work, une adresse conviviale où les jeunes viennent boire un cocktail, grignoter des morceaux de tortillas, quelques tranches de chorizo ou de cochon pâte noire espagnole. A 10 €, Bloody Mary, Caïpirina, Mojito, Pimm’s sont allègrement descendus sur fond de musique distillée par un DJ. Cette atmosphère bar s’amplifie aux moments des grands évènements sportifs, du tennis au foot ; car de grands écrans de télévision sont disposés partout dans les pièces. Aux postes donc pour la future coupe d’Europe !!

Play Off
58, avenue de Wagram
75017 Paris
Tél : 01 56 79 70 90
Env. 100 places assises
Ouvert tous les jours sauf le lundi

Une viande de premier choix sélectionnée par les légendaires Boucheries Nivernaises. A table ou au bar, comme dans le Far West !
Afficher la galerie
Une viande de premier choix sélectionnée par les légendaires Boucheries Nivernaises. A table ou au bar, comme dans le Far West !
©DR


Voiturier

Article publié le 4 juin 2012

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire