L’Auberge des Acacias

Une bonne table, une salle charmante et une cuisine parfumée aux plantes aromatiques.

Un décor simple et champêtre
Voir plus : restaurant
Je suis souvent sollicitée afin de venir découvrir quelques établissements paumés qui s’annoncent tous comme des établissements « gastronomiques, pantagruéliques et à bon marché ». Globalement, je freine des quatre fers, car le nombre d’adresses cauchemardesques à la décoration pseudo-ancienne et à la cuisine prétentieusement moléculaire ou terroir excède largement celui des bons plans gastronomiques qu’on se refile entre copains. Mais il peut y avoir pire encore : la bourgade où la vie s’arrête passée 18 h 30, le « trou du cul du monde » que le GPS de votre voiture n’arrive même pas à localiser, vous seul dans l’établissement devant l’assiette insipide Arcopal avec, comme unique spectacle, l’écran de télévision allumé ou la toile hideusement fausse de l’œuvre « Les baigneuses » de Renoir.

Voici néanmoins une auberge qui malgré son installation dans une campagne reculée ne reprend pas les constats décrits précédemment.

Dans la Sarthe, près de Malicorne, l’Auberge des Acacias est un petit établissement d’une quinzaine de couverts, au cœur d’un jardin de plantes et d’herbes aromatiques. L’intérieur est charmant avec de petites tables installées autour de la cheminée sur fond de peintures campagnardes naïves. Aux beaux jours les repas à l’extérieur ont lieu sous de grands parasols pendant que les enfants courent dans le jardinet.

Gérard Chevallier, le chef sarthois d’origine, a travaillé chez des « deux étoiles » comme le grand hôtel de Cala Rossa en Corse ou le château de Rochegude et il tire de son potager de 300 m2 une cuisine toute en finesse avec la sauge, le thym, l’hysope, la myrte, le laurier et autres aromates comme ingrédients majeurs à ses plats.

25 € pour un menu à deux plats ou 31 € pour un menu à trois plats sont demandés pour une symphonie haute en couleurs et en parfums laquelle change toutes les semaines, voire tous les jours. Le mignon de lapin se glisse dans une gelée au Jasnières, un vin local ; le porc est cuit dans un jus de sarriette et de romarin ; le magret de canard dans un jus de baies de sureau tandis que l’une des glaces maison fleure bon la pêche de vigne à la réglisse.

A petits prix dans l’assiette, petits prix aussi au verre avec le dit Jasnières à 3, 35 € le verre !

Auberge des Acacias
Le Bourg
72270 Dureil
Tél : 02 43 95 34 03 (réservation nécessaire)
Article publié le 24 septembre 2009

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.