Le Ventre de l’Architecte, une cuisine stylée dans un cadre signé

Tel un artiste créant des assiettes incisives aux allures de toile, Alexandre Mazzia, jeune chef de 33 ans, interprète avec brio, l’esprit de Le Corbusier dans une cuisine d’instinct, et de l’instant, au cœur de la cité radieuse.

Le filet de Féra illustre l'esprit métissé des assiettes d'Alexandre Mazzia.

Le restaurant «Le Ventre de l’Architecte» situé au 3ème étage du bâtiment signé Le Corbusier affiche l’ambiance et le style de l’architecte visionnaire. Béton et bois donnent le ton. Chaises en fer années 30 et tables dans l’esprit «compas» de Jean Prouvé pour le mobilier. Les grandes baies, typiques de Le Corbusier, apportent la clarté, mais aussi une vue prenante sur la ville, les reliefs provençaux et les îles du Frioul.

La salle reflet du style de Le Corbusier.
Afficher la galerie
La salle reflet du style de Le Corbusier.
©Michel Tanguy

La cuisine est au diapason de l’architecte. Des assiettes épurées, minimalistes, qui tentent d’aller à l’essentiel : le produit. Formé à l’école d’Alain Passard et de Michel Bras (entre autres), Alexandre Mazzia met en pratique sa technique et son savoir faire à la création d’une cuisine inventive et audacieuse. Des cuissons précises, des saveurs justes. Guidé par son instinct, Alexandre cuisine à l’envi. Chaque jour étant unique, les assiettes le sont aussi. Les produits se rencontrent, s’entremêlent, se combinent... ou pas. L’essai n’est pas toujours heureux, mais peu importe. Le plaisir est là ; celui des yeux tout d’abord... Et de la découverte aussi... Réjouissant filet de Féra dans son bouillon «d’un autre genre». Parfaitement cuit, le poisson, savoureux, se joue de pois chiche au cumin et d’inflorescences de chou Romanesco... Pistaches et cacahuètes s’intercalent en  trait d’union «croquant».

Betterave et avocat... au moment du dessert !
Afficher la galerie
Betterave et avocat... au moment du dessert !
©Michel Tanguy

Parfaite image d’une cuisine qui se veut juste et personnelle. Une cuisine de métissage, alliant le végétal, l’animal, mariant le  moelleux, l’amer, le croquant et la douceur.

Les saisons posent leur empreinte sur ces palettes de goût contemporaines. La langoustine, nacrée, est ainsi installée au côté d’un rouleau de courge et d’une onctueuse compote de coing, douce et parfumée.

Les couleurs enfin, ponctuent elles aussi ces toiles de saveurs, le rouge de la betterave en sorbet, le blanc du chocolat et le vert de l’avocat... en crème ! Idée lumineuse au moment du dessert avant de conclure sur une dernière note originale : sésame noir, gingembre et basilic banane !

Si les portions s’enchainent en mini, le ventre lui en réclame à l’infini...

Hôtel Le Corbusier
Restaurant Le Ventre de l’Architecte
280, boulevard Michelet
13008 Marseille
Tél. 04 91 16 78 23
www.leventredelarchitecte.com

Article publié le 13 mars 2012

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire