Saint-Germain-des-Prés vu par Hermès

Depuis sa nouvelle adresse du 17, rue de Sèvres, Hermès propose une promenade dans son nouveau quartier. De Saint-Germain à Odéon, du jardin du Luxembourg jusqu’à la rue de Sèvres, suivons le guide qui nous fait découvrir quelques adresses inattendues.

La quartier latin, autour de Saint-Germain: jardins, musées et marchés
Ce quartier a acquis son âme grâce au pouvoir d'attraction qu’il a exercé sur les intellectuels depuis le XVII° siècle. Ces derniers ont laissé l’empreinte de leur talent, marquant toujours plus en profondeur les rues d’un sceau littéraire. C’est ainsi que les Encyclopédistes se réunissaient au café Landelle, rue de Buci ou au Procope qui existe toujours…. Aujourd’hui il en est autrement. Les boutiques de mode sont venues prendre la place de ces belles librairies de Saint-Germain. Comme le souligne de façon nostalgique le chanteur Alain Souchon dans sa chanson «Rive gauche à Paris», l’ambiance n’y est plus la même.


Des squares à part

Au 29, rue de Babylone, le square Catherine-Labouré. C’est un vrai jardin de 7000 m2 dont les pelouses se cachent entre la rue du Bac et la rue Vaneau, qui porte le nom de cette jeune paysanne bourguignonne à qui la Vierge est apparue en 1830. Un ex-jardin de couvent qui, Dieu merci, a gardé son tracé en forme de croix.

Les jeunes riverains des écoles alentour peuvent s’initier aux joies du jardinage dans un petit potager pédagogique clos. Ici, une double haie de groseilliers, des plants de tomates et des épis de maïs côtoient noisetiers, pommiers et cerisiers.

Juste en face de l’hôtel Lutetia, le petit square Roger- Stéphane (1919-1994). Ce square prolonge l’impasse Récamier. Tranquille, à l’abri des regards, c’est le lieu idéal pour une sieste, la lecture du journal ou un rendez-vous galant. Il porte le nom d’un résistant, écrivain et journaliste.



Du bon et du bio

Chaque dimanche, le gratin des commerçants « bio » s’installe dans l’allée centrale du boulevard Raspail, entre les rues de Rennes et du Cherche-Midi. Dans ce chic marché éco-correct où la faune est soucieuse de manger bien et de manger mieux, il n’est pas rare de croiser d’illustres Parisiens, achetant leurs tomates à l’ancienne chez les primeurs, le brie de brebis chez Philippe Grégoire, des scones et carrot cakes chez O’Regal Muffins (à réserver d’une semaine sur l’autre auprès de Michael, l’Américain dans la place depuis dix-sept ans).

Avant de boire un café crème, debout au petit bar du Marché avec, dans les bras, un délicat bouquet de roses et d’hortensias de la fleuriste Véronique, productrice de père en fille.

Opérant sur ce marché, dans ma boutique de parfum « en plein », je me permettrais de rajouter les huîtres de Gervais qui arrivent chaque semaine de l’île d’Oléron dont il s’occupe avec amour. C’est le voisin de Philippe Grégoire. Pas loin de lui, il y a les herbes aromatiques d’Hermione où l’on peut boire un jus de blé frais. Sans oublier Camille et Maxence qui ont un très joli choix de produits italiens.


Saveurs d’Ailleurs

Au Tourne Bouchon, en face du marché Raspail et ouvert le dimanche, le couscous est royal. Et divine la semoule fine. Il arrive sur les tables comme un plat de fête que l’on déguste en solo, en duo, en famille ou entre amis. À ne pas manquer non plus : la mousse au chocolat « faite maison » : allez, Amar, donnez-nous la recette !
Le Tourne Bouchon, 71 boulevard Raspail (VIe)
Tél.:01 45 44 15 50


Misez sur les musées

Passez la jolie porte du Musée national Eugène Delacroix. Au programme : chevalet, palettes et autres meubles à peinture de l’artiste.
Musée national Eugène Delacroix, 6 rue de Furstenberg (VIe)
Tél.: 01 44 41 86 50

En dehors des salles d’exposition, ouvertes au public, les 2 hectares de l’École des Beaux-Arts sont réservés aux élèves et à leurs professeurs. Mais, chaque lundi après-midi, un conférencier organise une visite. La construction la plus ancienne ? La chapelle, élevée au début du XVII°siècle pour le couvent des Petits-Augustins.

Quelque trois mille œuvres (signées Fragonard, David, Ingres, Carpeaux...) et des milliers de dessins – neuf mille pièces répertoriées –, que l’on doit notamment à Le Brun, Poussin, Géricault, Raphaël, Titien, Dürer et Rembrandt, sont recensés.

École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, 14, rue Bonaparte (VIe) Salles d’exposition ouvertes tous les jours, sauf le lundi, de 13 heures à 19 heures 13, quai Malaquais (VIe)
Tél.: 01 47 03 50 00 www.ensba.fr


À deux pas du carrefour de l’Odéon, le musée des Lettres et Manuscrits abrite des courriers signés Danton, Robespierre, Louis XIV ou encore Louis XVI. Une leçon d’histoire en version très originale.
Musée des Lettres et Manuscrits, 222, bd Saint-Germain (VIIe)
Tél.: 01 42 22 48 48 www.museedeslettres.fr


Un petit tour au Jardin du Luxembourg

Direction le guignol. Le spectacle proposé dans cette maisonnette, construite sur le modèle du castelet des Champs-Élysées, peut ravir trois cents petits. Les grands aimeront aussi.

Il est possible de devenir apiculteur en herbe, le temps d’une initiation dans les ruches du jardin (face au 55 bis, rue d’Assas). Il suffit d’adhérer à la Société Centrale d’Apiculture. Les plus gourmands achèteront des pots de ce miel d’exception : à la fois doux et parfumé, il est marqué par le goût mentholé apporté par les fleurs de tilleul.
Pour en savoir plus : Tél. 01 45 42 29 08


Une petite pensée pour...

Jean Racine : il est mort 24, rue Visconti, le 21 avril 1699. Dans cette même rue, vécut Mérimée (n° 20), et Balzac y a été imprimeur (n° 17/19) en 1826, suivi au même endroit par Delacroix, qui y établit son atelier en 1835.

Oscar Wilde : il a vécu dans l’actuelle chambre n° 16 de L’Hôtel.
13, rue des Beaux-Arts (VIe)
Tél.: 01 44 41 99 00
Article publié le 3 décembre 2010

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.