L’Arbre Blanc ou la nouvelle folie architecturale de Montpellier

A Montpellier, c’est une tour de 17 étages qui offre une vue à couper le souffle sur la mer et les environs. Ce projet lauréat d’un concours cristallise le mariage entre le Japon et la Méditerranée.

L’Arbre Blanc, plus haute « folie » du programme architectural montpelliérain est un point culminant dans la ville, une sorte de repère urbain qui, la nuit tombée, devient phare ou étoile, dans la skyline de la métropole régionale.
Voir plus : immeuble

Une triple rencontre

A l’origine de ce projet, l’équipe multidisciplinaire, des agences d’architecture Sou Fujimoto architects, Nicolas Laisné Associés, Manal Rachdi Oxo Architects, de l’ingénieur André Verdier, de l’agence d’ingénierie environnementale Franck Boutté Consultants, de l'équipe paysage Bassinet Turquin, du concepteur Lumière studio, des bureaux de contrôle Socotec et Casso et Associés. Un croisement de cultures, de compétences et de générations, qui ont donné leurs forces à cette construction étonnante située, symboliquement, entre le centre-ville, les quartiers récents de Port Marianne et d’Odysseum, à mi-chemin entre le vieux et le nouveau Montpellier. Elle prolonge aussi un parc paysager et s’implante en continuité de la  place Christophe Colomb.

C’est un point de vue unique sur le territoire, offert à tous les habitants et les visiteurs de la ville; le point de départ d’une arborescence visuelle, d’où on peut, à la fois, embrasser le relief alentour, la grande bleue et ses rêves d’évasion, et toute la richesse patrimoniale du Montpellier historique.
Afficher la galerie
C’est un point de vue unique sur le territoire, offert à tous les habitants et les visiteurs de la ville; le point de départ d’une arborescence visuelle, d’où on peut, à la fois, embrasser le relief alentour, la grande bleue et ses rêves d’évasion, et toute la richesse patrimoniale du Montpellier historique.
©Sou Fujimoto Architects+NLA+OXO

Une construction de forme naturelle

La tour s’implante harmonieusement et respectueusement dans son environnement existant, tout en lui conférant un supplément d’âme. La façade est du bâtiment s’incurve pour répondre au rond-point, tandis qu’à l’ouest, elle se développe de façon convexe pour ouvrir au maximum le panorama. Cette courbure a le double avantage de proposer un linéaire de façade plus important, là où l’exposition et la vue sont les plus profitables, et de ne pas obstruer les vues des logements voisins. La forme même de l’Arbre Blanc, incurvée comme une paire d’ailes, épouse les lignes des artères existantes. On dirait un arbre qui adapte sa croissance à son environnement, tout en améliorant celui-ci et en lui offrant son ombre bienfaisante.

La tour est pensée comme une forme naturelle creusée et sculptée par l’eau ou le vent, au fil du temps.
Afficher la galerie
La tour est pensée comme une forme naturelle creusée et sculptée par l’eau ou le vent, au fil du temps.
©Sou Fujimoto Architects+NLA+OXO

Un esprit de liberté

Construction mixte de 10000 m², elle abrite un programme de logements, un restaurant, une galerie d'art, un bar panoramique et des bureaux. Dans les logements, la limite est abolie entre intérieur et extérieur. Un procédé à la fois innovant et vernaculaire de rafraichissement passif par des cheminées solaires est prévu en été. Le futur copropriétaire pourra acquérir non pas un appartement unique, mais un espace flexible.

Que préférez-vous, T3 plein ouest ou T2 sud-est ?

www.montpellier.fr/4127-folie-richter.htm

Les espaces extérieurs sont dotés d’une surface au moins égale à la moitié de celle des appartements. Ils peuvent accueillir des plantes, des tables, des chaises, des bancs, des rangements…
Afficher la galerie
Les espaces extérieurs sont dotés d’une surface au moins égale à la moitié de celle des appartements. Ils peuvent accueillir des plantes, des tables, des chaises, des bancs, des rangements…
©Sou Fujimoto Architects+NLA+OXO

Le bâtiment ouvrira ses extrémités : rez-de-chaussée et sommet, respectivement investis par un restaurant-galerie d’art et par un bar ouvrant sur un jardin panoramique, sont accessibles à l’ensemble des citoyens et des visiteurs de la métropole.
Afficher la galerie
Le bâtiment ouvrira ses extrémités : rez-de-chaussée et sommet, respectivement investis par un restaurant-galerie d’art et par un bar ouvrant sur un jardin panoramique, sont accessibles à l’ensemble des citoyens et des visiteurs de la métropole.
©Sou Fujimoto Architects+NLA+OXO

Article publié le 13 juin 2014

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire