Sur les bords de la Loire, une maison pilote bioclimatique et économe

Dans cette maison prototype à usage familial et professionnel, l’architecte Gilles Cornevin a mis en pratique toutes ses idées et ses envies. Une réalisation qui montre la voie de l’architecture de demain.

Comme un belvédère sur la Loire, elle offre une double orientation qui permet de capter l’énergie solaire du sud et bénéficier de la vue sur la Loire à l’est.

Profiter du soleil

Le concept de base de cette maison : « Utiliser  au mieux l’énergie du soleil pour se chauffer l’hiver, mais également se refroidir l’été par des dispositifs naturels ». Désirant intégrer le moins de technologie possible, Gilles Cornevin  a étudié l’orientation de chaque pièce et exploité de façon optimale le site et le terrain en pente. Ici, en hiver, peu souvent besoin de chauffage. Si le soleil brille, on atteint 25/26 ° naturellement, à la saison froide. Les bureaux de son agence, situés à l’est, profitent aussi de l’ensoleillement naturel. Et pour éviter la surchauffe en été et l’effet de serre, le soleil passe au-dessus des vitrages, sans contact direct.

La terrasse orientée au sud est presque entièrement vitrée, pour bénéficier au maximum de l’énergie du soleil.
Afficher la galerie
La terrasse orientée au sud est presque entièrement vitrée, pour bénéficier au maximum de l’énergie du soleil.
©DR

Orienter pour mieux maîtriser

Le salon, pivot de l’habitation, fonctionne comme une rotule orientée par rapport aux axes cardinaux. Le plan en croix offre toujours une échappée vers la nature. Les bureaux, orientés comme le salon, offrent une lumière tamisée de second jour, idéale pour les écrans des ordinateurs. Et un mur en béton entre deux chambres accumule l’énergie la nuit et la restitue le jour. « Pour un surcoût de 10 à 15 %, par rapport à une maison traditionnelle, on a presque réussi le challenge. Petit bémol, un problème de chauffage persiste…Le soleil est plus difficile à maîtriser qu’une chaudière pour obtenir une chaleur constante partout dans la maison », avoue Gilles Cornevin.

L’escalier qui relie les deux niveaux est éclairé par un mur rideau en verre sablé, ponctué d’ouvertures qui cadrent des tableaux sur la nature environnante.
Afficher la galerie
L’escalier qui relie les deux niveaux est éclairé par un mur rideau en verre sablé, ponctué d’ouvertures qui cadrent des tableaux sur la nature environnante.
©DR

Conjuguer le passé et le présent

Des menuiseries fixes en bois de chêne (www.les-fenetres-bois.com, la filière française des fenêtres extérieures en bois) ont été aussi choisies pour leurs excellentes performances énergétiques. Moins chères que des baies ouvrantes en bois et aluminium, elles ont été réalisées, sur mesure, par une entreprise locale et apporte une touche de chaleur, à l’intérieur, où le bois règne en maître, comme à l’extérieur. Depuis la réalisation cette maison, Gilles Cornevin a conçu deux autres constructions, sur les mêmes principes de base : utiliser le meilleur du passé et l’améliorer grâce aux technologies d’aujourd’hui.

La définition de l’architecture de demain ? Qu’en pensez-vous ?

La maison à ossature bois est revêtue d’un bardage en douglas avec lisses horizontales trapèzées. Son tasseautage évite la rétention d’eau et favorise le développement d’une patine uniforme entre les zones à l’abri ou non de la pluie. Son niveau inférieur est maçonné.
Afficher la galerie
La maison à ossature bois est revêtue d’un bardage en douglas avec lisses horizontales trapèzées. Son tasseautage évite la rétention d’eau et favorise le développement d’une patine uniforme entre les zones à l’abri ou non de la pluie. Son niveau inférieur est maçonné.
©DR

Réalisation :
Gilles Cornevin, architecte DPLG et ingénieur ETP
41, route de la Loire, Vandel
44850 Le Cellier
Tél. : 02 51 84 06 86

Descriptif technique :
SHON : 254 m²
Année de construction : 2010/11
Durée des travaux : 11 mois
Montant des travaux : 410 000 TTC
Dispositif énergétique : vitrages à faible émissivité, isolation en ouate de cellulose (toit : 280 mm ; murs : 150 mm) complétée par 40 mm fibre de bois. Chauffage et eau chaude » par chaudière à granulés bois, toiture terrasse avec complexe bicouche élastomère, récupération d’eau de pluie, régularisation et contrôle du climat interne par automatisation d’une verrière en partie centrale, mur à inertie pour régulation climatique et limitations des variations thermiques
Niveau énergétique : environ 40 KWH/m²/an

Plan du rez-de-chaussée : la partie habitation de la maison inclut deux chambres d’hôtes au dessus du garage.
Afficher la galerie
Plan du rez-de-chaussée : la partie habitation de la maison inclut deux chambres d’hôtes au dessus du garage.
©DR

Plan du rez-de-jardin : le premier niveau accueille les bureaux de l’architecte, un garage, un espace pour la chaufferie et une chambre d’amis.
Afficher la galerie
Plan du rez-de-jardin : le premier niveau accueille les bureaux de l’architecte, un garage, un espace pour la chaufferie et une chambre d’amis.
©DR

 

La cuisine lumineuse s’ouvre sur la terrasse sud. Elle a été réalisée sur mesure par un ébéniste spécialisé dans les ouvrages de marine.
Afficher la galerie
La cuisine lumineuse s’ouvre sur la terrasse sud. Elle a été réalisée sur mesure par un ébéniste spécialisé dans les ouvrages de marine.
©DR

 

Le brise soleil est dimensionné pour que les rayons ne touchent pas les vitrages en été, et éviter ainsi la surchauffe.
Afficher la galerie
Le brise soleil est dimensionné pour que les rayons ne touchent pas les vitrages en été, et éviter ainsi la surchauffe.
©DR

 

Article publié le 1 février 2014

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire