Grenelle de l'environnement : impact sur le bâtiment

Les réunions des différents groupes de travail du Grenelle de l'environnement sont maintenant terminées, chacun ayant rendu la synthèse de ses propositions.

Qui a dit qu'investir dans la pierre était bon pour le long terme ?

grenelle de l'environnement Les réunions des différents groupes de travail du Grenelle de l'environnement sont maintenant terminées, chacun ayant rendu la synthèse de ses propositions.

De longs débats ont eu lieu au sein du groupe de travail n°1, en charge des recommandations sur les bâtiments. Or, les bâtiments représentent plus de 40% des consommations énergétiques nationales (soit 660 TWh), et près de 20 % des émissions de CO2.

Actuellement la consommation moyenne annuelle d'énergie des logements est de l'ordre de 330 kilowattheures d'énergie primaire par m² et par an.
Selon la nouvelle réglementation thermique applicable aux bâtiments neufs (RT 2005), les consommations sont en moyenne de 130 kWh d'énergie primaire par m² et par an (entre 80 à 250 kWh/m2/an selon la zone climatique et le combustible utilisé).

La contrainte de réduction par 4 des émissions de CO2  du secteur du bâtiment à 2050, qui est inscrite dans les objectifs des objectifs de la politique énergétique du 13 juillet 2005, doit se traduire par l'obligation d'une diminution par 6 des émissions ramenées au m2, compte tenu de l'augmentation du parc de bâtiments.
En supposant que la relation entre les quantités de CO2 émises et les quantités d'énergie primaire reste identique, ces objectifs nécessiteraient de parvenir en moyenne sur le parc à une consommation moyenne d'énergie primaire par an et par m² chauffé ou climatisé de moins de 70 kWh, dont environ 35 kWh pour le chauffage/climatisation et la production d'eau chaude sanitaire.

Or le groupe de travail n°1 du Grenelle recommande d'aller plus vite avec un abaissement de 20% des consommations en 2010 pour atteindre 50 kWh d'énergie primaire par m² et par an en 2015. Le Medef penche, lui, pour une échéance à 2020.

Le gouvernement considère ce plan d'action sur les bâtiments comme l'une des 15 à 20 propositions qui sortiront du Grenelle. Rendez-vous donc le 25 octobre pour connaître les mesures qui seront adoptées.

Le prix de l'immobilier fait qu'actuellement le retour sur investissement dépasse les 20 ans,
D'ores et déjà, on peut dire que les bâtiments actuels, même neufs, seront totalement obsolètes dans 20 ans !
Qui a dit qu'investir dans la pierre était bon pour le long terme ?

Article publié le 26 septembre 2008

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.