Naissance et construction de la Tour Eiffel

C’est à l’occasion de l’Exposition Universelle de 1889, date qui marquait le centenaire de la Révolution française, qu’un grand concours est lancé dans le journal officiel. Le pari est d’«étudier la possibilité d’élever sur le Champ de Mars une tour de fer, à la base carrée, de 125 mètres de côté et de 300 mètres de hauteur ». Choisi parmi 107 projets, c’est celui de Gustave Eiffel, entrepreneur, Maurice Kœchlin et Emile Nouguier, ingénieurs et Stephen Sauvestre, architecte qui est retenu.

En 2 ans, 2 mois et 5 jours, la construction de la Tour Eiffel permis à Paris d'avoir l’édifice le plus haut du monde, jusqu’à la construction du Chrysler Building en 1929 à New York.
Voir plus : Tour Eiffel

La conception de la Tour Eiffel

50 ingénieurs et dessinateurs on exécuté 5 300 dessins, sans compter une centaine d’ouvriers qui ont préfabriqué en atelier plus de 18 000 pièces différentes et les 132 ouvriers qui se trouvaient sur le chantier au montage. C'est à Maurice Kœchlin que l'on doit le premier croquis de la fameuse tour en métal, idée qu’il suggéra à Gustave Eiffel en vue de la prochaine Exposition universelle. 

La construction de la Tour Eiffel

  • Les fondations, commencées le 26 janvier 1887, durèrent  cinq mois et furent effectuées entièrement à la pelle. Les déblais furent évacués par des wagonnets tirés par des chevaux et par locomobiles à vapeur.
  • Les piliers. Il n’y eut pas de difficultés pour la construction des piliers 2 et 3, du côté du Champ de Mars. Côté Seine, les piliers 1 et 4 nécessitèrent en revanche des fondations à l’air comprimé, à l’aide des caissons de tôle enfoncés à 5 mètres sous l’eau.
  • Les fondations les plus profondes ne dépassèrent pas 15 mètres. Dans chacune des fouilles des pieds furent coulés 4 massifs de maçonnerie qui supportaient les 4 montants de chaque pied de la Tour, dits arbalétriers.
  • Le montage du 1er étage. La difficulté du montage résidait dans le départ à la base des arbalétriers. En effet, il fallait les mettre dans une position inclinée « porte-à-faux » pour qu’ils rencontrent les poutres horizontales du 1er étage. Pour réaliser cet assemblage, les ingénieurs utilisèrent des vérins hydrauliques qui assuraient le mouvement de chaque pied, et mirent surtout en place un dispositif original d’échafaudage surmonté de boîtes à sable qui se vidaient pour régler l’inclinaison des arbalétriers. Aujourd’hui, les vérins n’existent plus, mais une reconstitution réalisée en 1995, est exposée dans le pavillon Ferrié au 1er étage de la Tour.
  • Le 2e étage fut monté à l’aide de grues qui empruntèrent le chemin des ascenseurs. Les pièces furent  entièrement usinées aux ateliers Eiffel à Levallois et rivetées sur place. la Tour fut montée comme un Meccano géant avec une précision remarquable, ce qui était une grande nouveauté.
  • Du 2e au 3e étage, les charpentiers du ciel firent des prodiges, et il n’y eut aucun accident mortel à déplorer pendant la construction.
  • Le monument fut inauguré le 31 Mars 1889. Ce jour-là, Gustave Eiffel gravit les 1710 marches de la Tour pour planter à son sommet le drapeau tricolore. Dans son ascension, il était suivi par des membres du conseil de Paris, dont M. Chautemps, président du Conseil municipal de Paris. La Tour Eiffel fut l’édifice le plus haut du monde jusqu’en 1929, date à laquelle se dressa l’immeuble Chrysler (319 mètres) à New York.

Des chiffres pour une épopée

  • Les 4 piliers de la Tour sont inscrits dans un carré de 125 mètres de côté et orientés selon les 4 point cardinaux.
  • Poids de la charpente métallique : 7300 tonnes
  • Poids total : 10 100 tonnes
  • Nombre de rivets utilisés : 2 500 000
  • Nombre de pièces de fer : 18 038
  • Coût de la construction : 7 799 401,31 Francs or de 1889

Hauteur                    Surface

Primitive       312 mètres              
Actuelle        324 mètres              
1er étage       57 mètres                     4 415 m2
2e étage        115 mètres                   1 430 m2
3e étage        276 mètres                      250 m2             

Après cinq mois de fondations creusés entièrement à la pelle, la Tour Eiffel prit son envol vers le ciel parisien.
Afficher la galerie
Après cinq mois de fondations creusés entièrement à la pelle, la Tour Eiffel prit son envol vers le ciel parisien.
©Giuseppe Porzani - Fotolia

Le calendrier de la construction de la Tour Eiffel

Les travaux ont duré 2 ans, 2 mois et 5 jours

  • Le premier étage fut achevé le 1er Avril 1888.
  • Le deuxième étage fut achevé le 14 août 1888.
  • Le montage s’acheva définitivement avec le sommet, le 31 Mars 1889. 

 

Les chiffres clés de la Tour Eiffel

  • Hauteur primitives : 312 mètres (sommet de la hampe du drapeau)
  • Hauteur actuelle (avec antennes) : 324 mètres
  • Les fondations : Les plus profondes (nord et ouest) ne dépassent pas 15 mètres. Dans chacune des fondations, sont construits 4 massifs de maçonnerie qui supportent les 4 montants de chaque pied de la Tour, dits arbalétriers.
  • Poids total : 10 100 tonnes
  • Poids des charpentes métalliques : 7 300 tonnes
  • Superficie 
    1re plate-forme : 4 415 m2
    2e plate-forme inférieure : 1430 m2
    3e plate-forme inférieure : 250 m2
  • Hauteur des plates-formes :
    1re plate-forme : 57 mètres
    2e plate-forme inférieure : 115 mètres
    3e plate-forme inférieure : 276 mètres
  •  Eclairage : 336 projecteurs  (lampes à sodium) d’une puissance électrique de 60 watts
  •  Nombre d’ampoules pour le scintillement : 20 000
  •  Nombre de marches par l’escalier du pilier est, jusqu’au sommet : 1665
  •  Nombre de rivets (total) : 2 500 000
  •  Poids de la peinture : 60 tonnes à chaque campagne
  •  Périodicité pour la peinture : La Tour Eiffel est entièrement repeinte tous les 7 ans
  •  Nombre d’ascenseurs : Du sol au 2e étage : 5 (1 au pilier est, 1 au pilier ouest, 1 au pilier nord, 1 privé pilier sud). Du 2e  étage au sommet : 2 batteries de 2 duolifts.
  • Vitesse des ascenseurs : 2 mètres par seconde
  • Débit et capacité des ascenseurs :
    Nord : 920 personnes/heure
    Est : 650 personnes/heure
    Ouest : 650 personnes/ heure
    Duolifts : 1140 personnes/heure
    Jules-Verne : 10 personnes/montée
    Monte-charge du pilier sud : 50 personnes ou 4 tonnes/ montée
  • Nombre de personnes travaillant à la Tour Eiffel:
    SNTE : 280 personnes
    Restaurants : 240 personnes
    Souvenirs : 50 personnes
    Divers : 50 environ
  • Nombre de chaînes de TV analogiques : 6
  • Nombre de chaine TNT gratuites : 18
  • Nombre de chaîne TNT payantes : 30
  • Nombre de stations de radio : 31
  • Nombre d’antennes : 120

  Remerciements :     www.tour-eiffel.fr

Article publié le 6 avril 2014

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire