Un deux pièces rénové qui joue la carte de la transparence

Comment agrandir visuellement un petit espace, tout en préservant son intimité. La solution? Installer une cloison en verre au-dessus de meubles qui font office de séparation de pièce.

Un plan en Corian®  surmonte  les meubles de cuisine, aménagés en séparation de pièce, qui camouflent le lit de la chambre. La pièce à vivre comporte un petit coin bureau.

Redessiner pour réinventer

Avant : Un appartement composé de deux-pièces principales, séparées par une cloison et une petite porte. Une grande pièce à vivre, incluant une cheminée et une petite chambre étriquée, occupée par un grand dressing bricolé qui rétrécissait considérablement l’espace. « J’ai déplacé le mur qui séparait la cuisine de la salle de bains, en la rétrécissant légèrement, car il  cachait la lumière de l’une des deux fenêtres principales. J’ai supprimé le mur entre la chambre et la cuisine, et j’ai installé un bloc cuisine qui sépare l’espace jour de l’espace nuit, en rééquilibrant  les volumes des deux pièces. Côté déco, j’ai travaillé sur des notes fortes, graphiques et contrastées : des murs blancs et des éléments plus sombres pour dessiner un espace élégant», explique Laurent-Olivier Gros, architecte DPLG de l’agence Logarchitecture.

Derrière le bloc de la cuisine, côté chambre, la cloison en plaques de plâtre accueille un écran TV extra-plat. Au choix, on peut regarder la télé confortablement installé dans un modèle réédité de la Lounge Chair (création Ray et Charles Eames, chez Vitra) ou dans le lit.
Afficher la galerie
Derrière le bloc de la cuisine, côté chambre, la cloison en plaques de plâtre accueille un écran TV extra-plat. Au choix, on peut regarder la télé confortablement installé dans un modèle réédité de la Lounge Chair (création Ray et Charles Eames, chez Vitra) ou dans le lit.
©DR

Séparer sans cloisonner

La particularité du projet, c’est d’avoir choisi d’installer au-dessus des éléments de la cuisine, une paroi en verre, quasi invisible, qui délimite la pièce à vivre de la chambre, tout en profitant visuellement de tout l’espace. Des stores peuvent occulter, l’une ou l’autre pièce, en fonction des activités de la journée. La transparence est accentuée par l’installation d’une porte, également en verre, pour accéder à la chambre. Elle s’accompagne d’un placard-dressing aux dimensions désormais plus raisonnables et en accord avec la volumétrie de l’espace.

Le volume de la salle de bains totalement transformé, avec son plan vasque carrelé de pâtes de verre, est mis en valeur par du papier peint au décor géométrique (Cole & Son, modèle Contemporary restyled, Hicks’. Hexagon). Table, Muji. Luminaires, Moooi. Chaises, modèle Panton Chair signées Verner Panton, et rééditées par Vitra.
Afficher la galerie
Le volume de la salle de bains totalement transformé, avec son plan vasque carrelé de pâtes de verre, est mis en valeur par du papier peint au décor géométrique (Cole & Son, modèle Contemporary restyled, Hicks’. Hexagon). Table, Muji. Luminaires, Moooi. Chaises, modèle Panton Chair signées Verner Panton, et rééditées par Vitra.
©DR

En noir et blanc

La réfection complète de la salle de bains a été elle aussi une priorité. La baignoire a été remplacée par une vaste douche carrelée, à l’italienne. Le plan vasque a été rehaussé pour cacher, dans un placard, la machine à laver, tandis qu’au-dessus, un autre rangement camoufle le chauffe-eau. Les murs, en partie vitrés, ont été isolés par un fin doublage de laine de roche et de BA 13 isolant, et rendus ainsi opaques.  Car l’appartement, situé dans un ancien atelier, avait été aménagé dans la cour d’un immeuble, qui comportait un bâtiment industriel. Et dans ce nouvel espace, on a choisi une mosaïque de petits carreaux en pâte verre…noire pour s’harmoniser avec les couleurs de la décoration qui déclinent, le noir, le blanc et le gris.

Appréciez-vous ce jeu de cache-cache avec l’espace qui décuple sa volumétrie ?  

Façon comptoir parfaitement intégré, la cuisine sépare intelligemment la zone jour de la zone nuit et grâce à la grande cloison vitrée, les odeurs ne passent pas...ou peu.
Afficher la galerie
Façon comptoir parfaitement intégré, la cuisine sépare intelligemment la zone jour de la zone nuit et grâce à la grande cloison vitrée, les odeurs ne passent pas...ou peu.
©DR

Réalisation :
LOGARCHITECTURE LAB
Intérieur&Design, Laurent-Olivier Gros
21, rue des Filles du Calvaire
75003 Paris
Tél : 06 30 21 31 60
Mail : contact@logarchitecture.fr
Site : www.logarchitecture.fr

Descriptif technique :
SHON : 35 m²
Année de création : 2008
Durée de l’étude : 2 mois
Durée des travaux : 4 mois
Montant des travaux : 65 000 € HT et hors honoraires de l’architecte
Dispositif énergétique : chauffe-eau et radiateurs électriques
Performances énergétiques : non communiquées

Article publié le 19 octobre 2012

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire