A Paris, une maison de ville qui fleure bon la campagne

Nichée dans le village de Montmartre, cette maison familiale a été aménagée par l’architecte DESA Camille Hermand. Une atmosphère rétro et champêtre qui fait oublier sa situation citadine.

Le nouvel escalier, créé par Camille Hermand, semble avoir toujours été là. Une verrière façon atelier permet à la lumière de circuler plus facilement au premier niveau.

Une restauration totale

Donnant sur une rue pavée typique du quartier le plus romantique de Paris, cette maison, jadis inhabitée, a été complètement rénovée et exploitée sur ces trois niveaux pour offrir une surface totale de 260 m². Au premier niveau, le volume du rez-de-chaussée a été agrandi, grâce à l’implantation d’une véranda en aluminium entièrement vitrée qui accentue la profondeur de l’espace, travaillé en longueur, et qui offre désormais une surface de 77 m². Au premier étage, une surface de 56 m² a été aménagée et, sous les toits, 30 m² ont pu encore être réhabilités.  

L’espace salon profite du volume et de la lumière de l’extension.
Afficher la galerie
L’espace salon profite du volume et de la lumière de l’extension.
©Camille Hermand

Des matériaux authentiques

Parquet en chêne massif à lames larges, carreaux ciment au décor des années 1920, carrelage façon carreaux métro, murs en brique chaleureux, on se croit en Province, loin du milieu urbain et d’un contexte citadin. Cette atmosphère est renforcée par la végétation qui entoure la maison d’un cocon protecteur. Quant au mobilier et à la décoration, ils mêlent des rééditions d’ancien comme les luminaires Formes Noires de Serge Mouille, créés dans les années 1950, et des éléments de brocante dans un esprit vintage. Notamment, une magnifique collection de carafes en verre et cristal, intégrée dans une vitrine, sépare la cuisine du coin repas. Tandis que les ouvertures, façon atelier d’artiste, renouant avec les origines de la place du Tertre, rendent hommage à l’histoire de ce quartier mythique parisien.

La cuisine, avec son piano de cuisson et son sol nappé de carreaux ciment, restitue l’ambiance d’une maison du début du XXème siècle.
Afficher la galerie
La cuisine, avec son piano de cuisson et son sol nappé de carreaux ciment, restitue l’ambiance d’une maison du début du XXème siècle.
©Camille Hermand

Une végétation omniprésente

La cour, autrefois délaissée, a été entièrement replantée comme un jardin de ville avec des arbustes et massifs foisonnants qui font oublier l’environnement urbain dense. Ils repoussent les perspectives et agrandissent la profondeur de l’espace intérieur et extérieur, aux limites devenues floues. Dans la véranda transparente, la végétation compose ainsi un écrin isolant et protecteur qui permet aux occupants d’oublier la densité urbaine.

Contact : www.camillearchitectures.com 

La maison est dotée d’une cour végétalisée. Arbustes et plantes forment un écran qui fait disparaître les constructions voisines et protègent ses occupants des indiscrétions.
Afficher la galerie
La maison est dotée d’une cour végétalisée. Arbustes et plantes forment un écran qui fait disparaître les constructions voisines et protègent ses occupants des indiscrétions.
©Camille Hermand

La cuisine s’ouvre sur le séjour et la salle à manger meublée avec une table de ferme ancienne.
Afficher la galerie
La cuisine s’ouvre sur le séjour et la salle à manger meublée avec une table de ferme ancienne.
©Camille Hermand

Avant–après aménagement, l’escalier et zone de communication pour accéder au premier étage.
Afficher la galerie
Avant–après aménagement, l’escalier et zone de communication pour accéder au premier étage.
©Camille Hermand

Dans le séjour en enfilade, la banquette murale fait gagner de la place.
Afficher la galerie
Dans le séjour en enfilade, la banquette murale fait gagner de la place.
©Camille Hermand

Dans la véranda et extension, la décoration fait écho à la végétation extérieure.
Afficher la galerie
Dans la véranda et extension, la décoration fait écho à la végétation extérieure.
©Camille Hermand

Avant les travaux : l’espace cuisine avant aménagement, composé en enfilade.
Afficher la galerie
Avant les travaux : l’espace cuisine avant aménagement, composé en enfilade.
©Camille Hermand

Partout le bois réchauffe l’espace.
Afficher la galerie
Partout le bois réchauffe l’espace.
©Camille Hermand

Avant les travaux : le premier niveau et rez-de-chaussée avant le nouvel aménagement signé Camille Hermand.
Afficher la galerie
Avant les travaux : le premier niveau et rez-de-chaussée avant le nouvel aménagement signé Camille Hermand.
©Camille Hermand

Au second niveau et premier étage, la chambre parentale est séparée de la salle de bains par une porte vitrée qui laisse passer la lumière, mais garantit une certaine intimité.
Afficher la galerie
Au second niveau et premier étage, la chambre parentale est séparée de la salle de bains par une porte vitrée qui laisse passer la lumière, mais garantit une certaine intimité.
©Camille Hermand

La salle de bains a été traitée de façon graphique, sur une base de teintes noires et blanches. Un meuble de métier accueille les vasques. La robinetterie est une réédition d’un modèle d’autrefois.
Afficher la galerie
La salle de bains a été traitée de façon graphique, sur une base de teintes noires et blanches. Un meuble de métier accueille les vasques. La robinetterie est une réédition d’un modèle d’autrefois.
©Camille Hermand

Sous les toits, le domaine des enfants colorié avec des couleurs acidulées comme des bonbons.
Afficher la galerie
Sous les toits, le domaine des enfants colorié avec des couleurs acidulées comme des bonbons.
©Camille Hermand

Avant les travaux d’aménagement, l’espace sous les toits, aujourd’hui dédié aux enfants.
Afficher la galerie
Avant les travaux d’aménagement, l’espace sous les toits, aujourd’hui dédié aux enfants.
©Camille Hermand

Sous la charpente, une chambre d’enfants encadrée par de nombreux rangements et des teintes qui font référence au domaine des jouets.
Afficher la galerie
Sous la charpente, une chambre d’enfants encadrée par de nombreux rangements et des teintes qui font référence au domaine des jouets.
©Camille Hermand

Au dernier niveau, en soupente, le domaine des enfants auquel le nouvel escalier dessiné par Camille Hermand permet d’accéder.
Afficher la galerie
Au dernier niveau, en soupente, le domaine des enfants auquel le nouvel escalier dessiné par Camille Hermand permet d’accéder.
©Camille Hermand

Article publié le 15 mars 2021

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire