Vagues de bois pour cloisonner les espaces

Gain de place et personnalisation au programme de cet espace savamment rénové par l’architecte Paul Coudamy. Comme une œuvre totale, il conjugue optimisation des volumes, design et création de mobilier, mais aussi art avec l’intégration d’éléments sculpturaux.

Une table en porte-à faux dessine l’espace repas. Tandis qu’un lit d’appoint escamotable est camouflé dans les rangements muraux.

Un architecte plasticien

Le travail de Paul  Coudamy se joue des frontières entre art, design et architecture. Une dimension plastique accompagne chacun de ses projets, conçus comme une création unique et réalisée sur mesure en fonction de l’espace. Le style « Coudamy » se distingue et se reconnaît comme une marque de fabrique. De prime abord, iconoclaste, il suscite l’étonnement, mais lorsqu’on analyse chaque projet, rien ne manque pour offrir à l’espace toute sa potentialité. Rangements, bibliothèque, luminaire, tables, chaises, Paul Coudamy dessine aussi le mobilier qui fait partie intégrante du concept de base. Grâce à l’outil numérique, il façonne des formes insolites, surprenantes et sculpturales qui donnent son identité au lieu.

Un bureau, avec tablette rabattable se cache dans les placards, près de la porte de la chambre.
Afficher la galerie
Un bureau, avec tablette rabattable se cache dans les placards, près de la porte de la chambre.
©Benjamin Boccas

Une approche architectonique

Cet appartement de 60 m² composé de deux pièces principales est caractérisé par l’intégration d’une structure en bois aux formes ondoyantes déclinée en deux fonctions. Dans la pièce à vivre, elle sépare sans cloisonner la cuisine du séjour. De structure ajourée, elle laisse passer la lumière comme un filtre. Dans la chambre, elle joue le rôle de tête de lit tout en habillant le mur et servant de support à des tables de nuit. Chaleureux, ces deux éléments à la présence forte contrastent avec la neutralité des autres aménagements habillés d’une teinte neutre et blanche.

Une structure ajourée en hêtre intégrée à un meuble bas et une la table de repas sépare le coin salon et occulte la cuisine.
Afficher la galerie
Une structure ajourée en hêtre intégrée à un meuble bas et une la table de repas sépare le coin salon et occulte la cuisine.
©Benjamin Boccas

Des rangements étudiés

Dans la pièce à vivre, les murs sont recouverts de rangements, toute hauteur et laqués de blanc, qui se confondent avec les murs. Paul Coudamy a eu l’idée d’animer les portes des placards de rainures gravées qui jouent avec la lumière en fonction de la journée. Cet effet graphique allège les masses des caissons et brise leur côté monolithique. Les éléments de la cuisine ouverte ne se démarquent pas des autres rangements pour créer une impression d’unité. Dans la chambre, des tables de chevet intégrées à la tête de lit n’encombrent pas le sol et une grande armoire à la façade vitrée agrandit l’espace.

Comme une alcôve, le claustra enveloppe la cuisine. Il figure deux ouvertures pour faciliter la communication, une porte et une sorte de passe-plat pour effectuer notamment le service à partir de la zone de préparation des repas.
Afficher la galerie
Comme une alcôve, le claustra enveloppe la cuisine. Il figure deux ouvertures pour faciliter la communication, une porte et une sorte de passe-plat pour effectuer notamment le service à partir de la zone de préparation des repas.
©Benjamin Boccas

Un projet doublement réussi

On peut avoir l’âme artistique et le sens pratique. C’est le cas de ce lieu qui conjugue poésie et esprit rationnel au service du confort de ses occupants.

Que pensez-vous de cet aménagement audacieux qui sort des sentiers battus ?

Renseignements : www.coudamyarchitectures.com

Les façades des rangements sont personnalisées par un jeu de diagonales qui jouent avec le treillis du claustra.
Afficher la galerie
Les façades des rangements sont personnalisées par un jeu de diagonales qui jouent avec le treillis du claustra.
©Benjamin Boccas

Composée de 131 pièces de bois, le claustra, telle une colonne vertébrale, a été dessiné par ordinateur et trace un volume en courbe, des lignes organiques et un effet de dilatation.
Afficher la galerie
Composée de 131 pièces de bois, le claustra, telle une colonne vertébrale, a été dessiné par ordinateur et trace un volume en courbe, des lignes organiques et un effet de dilatation.
©Benjamin Boccas

Dans la chambre, la structure ajourée joue le rôle de tête de lit, sa forme, décuplée par le miroir, offre son volume à l’espace. Les tables de chevet intégrées font écho aux meubles de la pièce de réception.
Afficher la galerie
Dans la chambre, la structure ajourée joue le rôle de tête de lit, sa forme, décuplée par le miroir, offre son volume à l’espace. Les tables de chevet intégrées font écho aux meubles de la pièce de réception.
©Benjamin Boccas

Doublement accessible, la table de repas peut être utilisée côté cuisine et côté salle à manger comme salon.
Afficher la galerie
Doublement accessible, la table de repas peut être utilisée côté cuisine et côté salle à manger comme salon.
©Benjamin Boccas

Article publié le 12 janvier 2015

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire