Performances thermique des bâtiments anciens en matériaux naturels

A la suite d'une métude menée entre 2004 et 2007, les bilans thermiques des bâtiments construits avant 1950 s'avèrent bien meilleurs que les prédictions des logiciels.

mur d'un bâtiment ancien
Cet article fait partie du dossier Très Hautes Perfomances Energétiques

 

A la suite d'une étude menée entre 2004 et 2007 , les bilans thermiques des bâtiments construits avant 1950 s'avèrent bien meilleurs que les prédictions des logiciels.

« les consommations théoriques, obtenues par les moteurs de calcul actuels, surestiment dans un rapport de 2 à 4 la consommation réelle des bâtiments anciens », constate le Centre d'Études Techniques de l'Équipement (CETE) de l'Est. La mauvaise appréhension des techniques antérieures à l'industrialisation du bâtiment contribue à expliquer le fossé entre modèle et réalité.

Même constat à l'École Nationale des Travaux Publics de l'État de Vaulx-en-Velin où l'ingénieur Laurent Arnaud a mené des études thermique sur les mortiers chaux chanvre.

La meilleure preuve selon lui : la rénovation de la Maison diocésaine de Châlons-en-Champagne , vieille bâtisse du 19e siècle qui abrite plusieurs associations. 

Le maître d'ouvrage était très impliqué dans une démarche de haute qualité environnementale. Ainsi, l'architecte a utilisé un enduit chaux-chanvre pour  l'isolation thermique et acoustique des murs, puis a installé des panneaux solaires et des chaudières à gaz très performantes.
Résultat : ce bâtiment de 1700 m² a une consommation annuelle de 80 kWh/m², soit nettement moins que la réglementation applicable aux bâtiments neufs. Ce projet a été lauréat du concours 2005-2006 Habitat Solaire, Habitat d'Aujourd'hui.

Laurent Arnaud étudie actuellement les transferts thermiques sur ces enduits chaux-chanvre. Les meilleurs résultats obtenus dans la pratique face à la modélation basée sur la simple résistance thermique s'expliqueraient par les transferts de vapeur d'eau compensant les transferts thermiques par conduction.
Ainsi, tous les matériaux hygroscopiques auraient une isolation réelle meilleure que les simulations obtenues par les logiciels actuels.

Résultat : la DGUHC a renouvelé cet été une commande au CETE de l'est afin d'améliorer les modèles de calcul thermiques pour les matériaux naturels et respectueux du patrimoine.

Conseil pour la rénovation

Ces études montrent plus que jamais que l'application de techniques "modernes" telles que les doublages de plaque de platre + isolants ne sont pas forcément la technique la plus efficace dans le cadre de la rénovation du bâti ancien.

La rénovation d'un bâti ancien doit d'abord s'effectuer par un renforcement de l'isolation de la toiture, d'un changement des menuiseries (portes et fenêtres extérieures) puis en troisième lieu d'une isolation des murs.

 

isolation intérieure d'un bâtiment ancien avec enduit chaux chanvre
Article publié le 31 janvier 2008

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.