Une piscine naturelle

La piscine naturelle, aussi appelée baignade naturelle, est une alternative écologique aux piscines traditionnelles. Dans une baignade naturelle, finis le chlore qui pique les yeux et les produits chimiques. L’eau reste pure, naturellement. Explications.

Comme n’importe quelle piscine, une baignade naturelle peut être équipée d’une pompe à chaleur pour plus de confort durant l’intersaison ou d’un volet. Bioteich.
Voir plus : piscine
Cet article fait partie du dossier Créer et entretenir une piscine
Une baignade naturelle, de quoi s’agit-il ?
Une piscine naturelle reproduit l'écosystème des lacs naturels. Pour garantir une eau toujours claire et limpide, la baignade naturelle utilise les propriétés des plantes et des bactéries et non plus des produits chimiques.

Concrètement, une piscine naturelle se compose de deux ou trois zones : une zone de baignade (zone sans plante), une zone de filtration et éventuellement une zone de régénération.
La zone de filtration n’est pas forcément accolée à la zone de baignade. Suivant la superficie du terrain, la filtration peut être éloignée afin de donner au bassin un aspect plus traditionnel.

La circulation de l’eau entre les différentes zones est assurée par une pompe. L'eau passe dans la zone de baignade puis dans une colonne de décantation dans laquelle se déposent les particules organiques lourdes. Les particules fines (azote, nitrate, oligo-éléments…) remontent vers les racines des végétaux plantés dans le bassin de filtration. L'eau arrive ensuite dans le bassin de régénération (aussi appelé "lagunage" et garni de galets), peu profond, qui termine le traitement et réchauffe naturellement l’eau.

L’entretien d’une piscine naturelle
Dans une piscine naturelle, contrairement à une piscine traditionnelle, aucune vérification du pH n'est nécessaire, ni aucune désinfection. Mais cela ne veut pas dire qu’une baignade naturelle ne s’entretient pas.

En saison, la zone de baignade doit être nettoyée au moins toutes les semaines, voire tous les deux jours à l'aide d'un aspirateur adéquat qui récupérera les feuilles et les insectes.

L’hivernage d’une piscine naturelle
Une baignade naturelle n’exige aucun hivernage puisqu’il s’agit d’un milieu naturel.
L’hiver, la pompe est même laissée en fonctionnement pour assurer un mouvement d'eau et une oxygénation constante du bassin. Seul impératif, couper les végétaux (à une vingtaine de cm du niveau de l'eau) pour éviter que le feuillage sec ne se désagrège dans l'eau. Il suffit ensuite de passer l’aspirateur tous les deux mois environ, pour éviter les dépôts, et de vider régulièrement les skimmers.

Transformer une piscine traditionnelle en piscine naturelle, est-ce possible ?
Oui, à condition qu'elle soit de taille suffisante, de même que le jardin autour qui devra accueillir les zones de filtration et de régénération.
Selon l’âge et l’état du bassin, celui-ci devra éventuellement faire l’objet de quelques travaux préalables, notamment au niveau de l’étanchéité.
Article publié le 26 mai 2010

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums
  • J.M.LAPOUX
    J.M.LAPOUX
    Et si votre jouraliste se documentait un peu plus avant d'écrire autant de CONNERIES ????
    alors que certaines personnes risquent d'y laisser la peau.
    D'AUTRES PISCINES ONT ETE CONSTRUITES ET ONT DU ËTRE FERMEES PAR LA DDASS en plein été 2009
    VOIR INTERNET
    Comment voulez vous qu'une eau soit désinfectée mais surtout DESINFECTANTE avec des algues ????
    (une eau désinfectante c'est une eau qui est capable de tuer les microbes, virus et bactéries ...
    entre le passage d'un premier nageur contagieux et le suivant qui nage derrière à deux ou trois mètres !!!!)
    ---------------------------------------
    Certaines mairies ont engagé d'énormes travaux et constructions qui vont être des fiascos en été 2010
    suite à des articles de journaux comme le votre. (voir internet)
    ------------------------------------------------
    Les journalistes devraient se sentir un peu plus responsables avant d'écouter quelques margoulins
    qui n'y connaissent rien dans le traitement des eaux et qui veulent vendre leur camelote
    ---------------------------
    La base du journalisme c'est d'écouter au moins deux sons de cloches et d'exposer au moins les deux
    mais surtout de vérifier ses sources chez des personnes qui n'ont pas intérêt à vendre une installation.
    Au ministère de la Santé il y a un service "traitement des eaux de piscines"
    vous auriez pu le consulter, dans les départements il y a les DDASS (services des eaux)
    signé JM Lapoux
    Fédération des MNS
    11 rue Henri Barbusse 33110 Le Bouscat
    Tél 05.57.19.18.60
  • Yann
    Yann
    @J.M. LAPOUX
    De tous temps les êtres humains se sont baignés dans des eaux qui n'étaient ni désinfectées ni désinfectantes et il y ont globalement plutôt bien survécu jusqu'à aujourd'hui. Si le règlement de la DDAS est complètement dépassé, ce n'est pas la faute du journaliste.
    D'ailleur l'article parle plutôt des piscines privées alors que le règlement DDAS et les exemples que vous sitez s'adresse aux piscines publiques.
    Une dernière remarque et question au maitre nageur que vous êtes : pourquoi ne luttez-vous pas pour que l'on bannisse le chlore des piscine quand on voit les dégats (maladie professionnelle) que cela occasione sur vos collègues ?
    YAnn de http://piscines-ecologiques.net
  • JM LAPOUX
    JM LAPOUX
    Piscines naturelles ou bouillasses dangereuses ?

    Bonjour
    Si on avait inventé un procédé fiable et plus agréable pour désinfecter l'eau alors qu'elle est contaminée, il est bien évident que nous le diffuserions mais TOUS les procédés en dehors du chlore (javel) et du brome sont inefficaces ou ont besoin d'un ajout de chlore.
    La pollution d'une piscine ne vient pas uniquement d'une population hors famille, elle vient de la température de l'eau en été et de l'ensoleillement qui produisent une sorte de fermentation. Quand une "eau tourne", elle devient toute verte, on ne voit plus un enfant noyé au fond, elle devient particulièrement dangereuse (voir sur internet ce week end la noyade mortelle d'un enfant de 3 ans et demi au lac de Castera Verduzan dans le Gers) ce lac était une sorte de "baignade naturelle" sans javel. Le moindre malaise devient mortel.
    Les procédés à rayons ultra violets... désinfectent l'eau mais elle se recontamine aussitôt sans javel. Nous en arrivons même en piscine familiale à avoir une eau de mare qui parfois peut sentir même très très mauvais suivant le type de fermentation.
    Quand une "eau tourne", qu'elle devient verte, ce qui est fréquent sans javel, c'est un développement microbien incontrôlé où l'on peut être contaminé par n'importe quel virus ou microbe.
    Le staphylocoque doré est parfois mortel, la légionnellose aussi, voir cette semaine ce gardfien de piscine en Belgique qui est dans le coma (taper sur internet aux actualités "Moustier sur sambre" et "piscine". La plupart de nos lacs pourtant autorisés à la baignade sont vraiment sales. Si on s'y baigne avec lunettes de plongée on croise souvent des excréments. Comment éliminez vous ces excréments si des enfants font leur besoin dans votre "piscine naturelle" ????
    D'autant plus qu'il n'y a pas que les enfants....
    Alors que l'on mette des fonds pour chercher de nouveaux procédés OUI, mais que l'on prône des piscines qui vont se transformer en eau de mare et fermer en plein été quand il y aura le plus de chaleur, on ne dit pas la vérité aux acheteurs qui risquent de se retrouver à l'hôpital ou à la morgue. La réglementation de la DDASS n'est pas "ancienne", elle évolue tous les ans mais pas contre la sécurité des baigneurs pour faire gagner des sous à quelques vendeurs.
    Taper "piscines naturelles" sur internet et vous lirez quelques unes des mésaventures.
    Cordialement quand même.

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.