La maison Louis Carré d’Alvar Aalto, un édifice unique en France

Seule construction du finlandais Alvar Aalto sur le territoire français, la maison Louis Carré fait figure d’exception en matière d’architecture. Commencée en 1957, elle reflète à tous les niveaux le style de son maître d’œuvre.

La façade sud de la maison s’ouvre pleinement sur l’extérieur, car l’architecte finlandais souhaite rapprocher l’homme de la nature, en lui offrant une vue imprenable sur le jardin. L’ensemble des marches forme un escalier de verdure, menant à la piscine sixties.

Un bâtiment adapté à un mode de vie

Si aujourd’hui la maison Carré est la propriété de la fondation finlandaise, sa construction est le fait d’un galeriste contemporain et collectionneur d’art français Louis Carré. En faisant appel à Alvar Aalto, il souhaitait que l’architecte finlandais s’occupe aussi bien du bâti que de l’aménagement intérieur, en dessinant l’ensemble du mobilier. En lisière de la forêt de Rambouillet, le site de construction se situe dans un vaste espace vert, où le terrain présente une légère déclivité. Ainsi, Louis Carré laisse carte blanche à Alvar Aalto, mais souhaite mettre en valeur le paysage, avec pour seul contrainte l’installation d’une longue toiture en pente douce, couverte de larges ardoises lui rappelant sa Bretagne natale. Homme public, la maison doit refléter le mode de vie de la famille, en privilégiant les grands volumes pour les pièces de réception. Outre un espace de vie, la maison doit pouvoir entreposer la collection d’art de Louis Carré, en servant de leu d’exposition. De ce fait, la construction est divisée en trois zones distinctes : l’intime, le public et les services.

Alors que les murs de la salle à manger sont ornés de tableaux d’André Lanskoy, le mobilier se compose d’une large table pouvant accueillir 14 convives avec ses chaises « 615 ». Les luminaires ont été créés spécifiquement pour éclairer à la fois la table et les œuvres d’art.
Afficher la galerie
Alors que les murs de la salle à manger sont ornés de tableaux d’André Lanskoy, le mobilier se compose d’une large table pouvant accueillir 14 convives avec ses chaises « 615 ». Les luminaires ont été créés spécifiquement pour éclairer à la fois la table et les œuvres d’art.
©Heikki Havas, Musée Alvar Aalto

Une architecture adaptée au style d’Alvar Aalto

Alors que Louis Carré se détournait du Corbusier dont l’utilisation du béton l’inquiétait, sa rencontre avec Alvar Aalto est vécut comme un véritable coup de cœur, puisque les deux hommes partagent une même conception de l’art. Après avoir visité la villa Mairea à Noormakku en Finlande, le collectionneur décide de laisser libre cours à l’architecte pour la construction de sa maison, qui débute en 1957. Privilégiant le plain-pied, l’architecte organise son plan sur 450 m2, avec un seul étage, pour ne pas dénaturer l’environnement. Constitués de briques, de cuivre et de bois, les murs extérieurs sont revêtus d’un parement uniformément blanc. Le toit en pente reçoit une couverture de d’ardoise au coloris bleu typique de la région normande. Privilégiant l’harmonie avec le paysage, l’architecture épouse la forme du terrain, dans une conception organique des volumes. Toujours dans une approche organique, le bois est l’élément principal de la construction, mis en valeur dans le hall, dont les voûtes sont en pin rouge de Finlande.

Le hall d’entrée de la maison Louis Carré présente un incroyable volume, où le plafond en pin de Finlande, prend la forme d’une vague. Une œuvre de Fernand Léger et de Henry Laurens, conçue comme une évocation à Alvar Aalto, dont le nom signifie « vague » en finlandais.
Afficher la galerie
Le hall d’entrée de la maison Louis Carré présente un incroyable volume, où le plafond en pin de Finlande, prend la forme d’une vague. Une œuvre de Fernand Léger et de Henry Laurens, conçue comme une évocation à Alvar Aalto, dont le nom signifie « vague » en finlandais.
©Musée Alvar Aalto

Une construction adaptée à l’environnement

Située sur une hauteur, la maison Carré surplombe le paysage, alors que le toit semble être un prolongement de la déclivité du terrain. Si l’entrée, cœur de la maison, donne une impression d’un renfermement sur soi malgré ses superbes volumes, le versant sud se déploie pleinement sur l’extérieur. En effet, alors que l’entrée de la maison présente une certaine austérité, pour préserver l’intimité de la famille, la façade opposée s’ouvre sur le jardin, afin de faire communiquer l’homme avec la nature. Chacune des chambres possèdent une terrasse privée, dont les escaliers verdoyant permettent de mener à une belle piscine sixties carrelée. La particularité de la maison réside également dans le mobilier, car toutes les pièces sont signées de la main d’Alvar Aalto ou de ses proches collaborateurs, à quelques exceptions près. Par un jeu sur la lumière naturelle, la transition entre intérieur et extérieur est soulignée par l’obscurité, avant d’entrer dans le hall de réception, qui dessert les espaces publics. La simplicité est de mise, où la noblesse des lieux est soulignée par les matériaux et les lignes. Le plafond de l’entrée ondule, comme une référence à Alvar Aalto, dont le nom signifie « vague » en finlandais. Comme Louis Carré est handicapé de la hanche, le rez-de-chaussée est destiné à la vie familiale, alors que l’étage plus sommaire correspond aux habitations des domestiques.

Façade nord de la maison Louis Carré, la maison présente une certaine austérité. Une esthétique propre à l’architecte Alvar Aalto, qui cherche à replier le bâtiment sur lui-même, pour mieux le déployer sur son versant opposé.
Afficher la galerie
Façade nord de la maison Louis Carré, la maison présente une certaine austérité. Une esthétique propre à l’architecte Alvar Aalto, qui cherche à replier le bâtiment sur lui-même, pour mieux le déployer sur son versant opposé.
©Martti Karpanen, Musée Alvar Aalto

La famille Carré s’installera dans leur nouvelle maison dès 1959. Après le décès de Louis Carré en 1977, la maison est léguée à sa femme Olga, qui y habitera jusqu’en 2002. Rachetée par la fondation finlandaise Alvar Aalto en 2006, la maison sera ouverte au public l’année suivante. Issue d’une étroite collaboration des deux hommes, l’architecte réussi à insuffle son style, sans dénaturer les lieux.

Maison Louis Carré
2, chemin du Saint-Sacrement
78490 Bazoches-sur-Guyonne
Téléphone : 01 34 86 79 63

www.maisonlouiscarre.fr
www.alvaaralto.fi
www.artek.fi

Prise en 1960, cette photo présente le salon dans son état d’origine, où les œuvres d’art du collectionneur se mêlent avec les meubles d’Alvar Aalto : la table « Piano », la lampe « Myrtille », le tabouret « X601 » ou le fauteuil « 531 ».
Afficher la galerie
Prise en 1960, cette photo présente le salon dans son état d’origine, où les œuvres d’art du collectionneur se mêlent avec les meubles d’Alvar Aalto : la table « Piano », la lampe « Myrtille », le tabouret « X601 » ou le fauteuil « 531 ».
©Heikki Havas, Musée Alvar Aalto

Article publié le 26 juin 2012

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire