Choisir sa chaudière murale

La chaudière murale, bien moins lourde et volumineuse qu'une chaudière au sol, permet de libérer de la surface dans les petites habitations. Quelques conseils pour bien la choisir.

La chaudière murale gaz à condensation De Dietrich, modèle Innovens, est compacte et s'intègre à tous les types d'intérieurs.
Voir plus : chaudière

Accrochée au mur de la cuisine, de la salle de bains, voire dans un placard ou à la cave, la chaudière murale possède un tableau de commandes complet. Allumage, contrôle de pression, réglage de température et sélecteur de saison sont regroupés sur le devant de l’appareil.

Sachez qu’il existe cinq types de chaudières. Les chaudières au fioul, qui n'existent qu'en version « sol ». Les chaudières mixtes permettent de combiner deux sources d'énergie ; gaz et solaire, bois et gaz, etc. Elles sont encore encombrantes et ne s’installent pas non plus au mur. Les chaudières électriques existent en version murale mais, très gourmandes en énergie, elles sont  déconseillées pour un usage à  long terme. Les chaudières à bois restent, à l’achat, deux voire trois fois plus onéreuses que les chaudières à gaz, mais coûtent moins cher à l'usage. Ecologique, le bois se consume sous forme de bûches classiques, de bûchettes reconstituées, de plaquettes ou de granulés.

La chaudière murale se fond parfaitement à la buanderie de la maison, pour un encombrement minimal.
Afficher la galerie
La chaudière murale se fond parfaitement à la buanderie de la maison, pour un encombrement minimal.
©DR

Enfin, les chaudières gaz se distinguent en deux grandes catégories :

  • A condensation, elles condensent la vapeur d'eau issue de la combustion du gaz et récupèrent l’énergie pour chauffer de l'eau, qui est ensuite diffusée dans le logement via une pompe.
  • Les chaudières à basse température, quant à elles, élèvent la température de l'eau seulement entre 30 et 50°C, au lieu de 90°C pour les chaudières plus anciennes. Cependant, ces dernières ne fonctionnent correctement qu’avec des radiateurs à basse température ou un plancher chauffant.

Choisir un modèle adapté à vos besoins

Votre choix se fera donc en fonction de vos besoins en chauffage et en eau. Sachez que certaines chaudières intègrent la production d’eau chaude sanitaire.

Les modèles à eau chaude instantanée sont les moins chers, et les plus adaptés aux petites habitations. Ceux disposant d’une accumulation d’eau dans un ballon, à plus ou moins grande contenance, diminuent le temps d’attente et les possibles écarts de températures. La réserve d’eau est soit intégrée dans la chaudière, soit accolée au dispositif. L’ajout d’un préparateur, à un appareil de chauffage simple, permet de bénéficier de l’eau chaude sanitaire sans changer de chaudière. Dispositif délivrant de l'eau chaude à un circuit, le préparateur peut être instantané ou à accumulation. Dans ce cas, l’eau dans le ballon est chauffée grâce à un échangeur thermique, lui-même alimenté par la chaudière fonctionnant au gaz ou au bois.

Trois types de gaz existent :

  • Le gaz naturel (méthane), est acheminé par un réseau gazier : il suffit d'ouvrir le robinet pour alimenter la chaudière.
  • Le gaz propane est stocké dans une cuve qu'il faut réapprovisionner par camion.
  • Le butane s’achète en bouteille.

Sachez que si vous possédez déjà une chaudière fonctionnant au gaz naturel de ville, elle peut généralement être modifiée pour marcher au GPL (gaz de pétrole liquéfié, c’est-à-dire butane ou propane), et vice-versa. Le tarif du méthane, indexé à celui du pétrole, peut subir des variations importantes. Celui du butane est plus ou moins aligné au prix de l’électricité. Attention cependant : si vous installez votre chaudière à l’extérieur, choisissez un modèle fonctionnant au propane, qui supporte les températures négatives. Pour une utilisation domestique, dans une pièce qui ne passe pas sous 0°C, le butane est idéal. Pour un usage important de GPL, l’installation d’une mini-citerne est souvent conseillée, et donc peu pratique pour les petits logements.

Avantages financiers

Cette année encore, un crédit d’impôt de 12 % est possible, en faveur du développement durable, si vous réalisez votre installation dans votre résidence principale (propriétaire comme locataire). Vous êtes également éligible au crédit d’impôt si vous louez, toujours à usage d’habitation principale, des logements non meublés. Dans ce cas de figure, vous devez cependant vous engager à louer le logement rénové pendant au moins cinq ans. Dans tous les cas, les logements doivent être vieux de plus de deux ans. Ce crédit d’impôt s'applique aux dépenses payées jusqu'au 31 décembre 2012, et concerne l’acquisition d’appareils à condensation, individuels ou collectifs. Fournie par un professionnel, et non achetée directement, la chaudière est obligatoirement installée par un technicien qualifié. Une facture, ou une attestation fournie par le vendeur, doit être établie pour servir de justificatif.

A savoir : GDF Suez propose une prime à la casse chaudière, pour les particuliers réalisant des travaux de rénovation énergétique dans leur logement. Si vous souhaitez remplacer, voire installer, une chaudière gaz à condensation ou une chaudière gaz basse température, et que vos travaux n’ont pas débuté avant le 1er mars 2012, vous pouvez télécharger le coupon d’inscription sur le site de dolcevita. L’opération dure jusqu’au 30 novembre 2012, et les remboursements vont de 70 à 220 €.

Si votre chaudière est en fin de vie, c’est le moment de la changer !

Sites utiles :

Article publié le 6 avril 2012

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire