Petit guide des chauffages d’appoint pour l’intersaison

L’été et les beaux jours se poursuivent jusqu’au 21 septembre. Mais l’arrivée pressante du froid du début de l’automne peut déjà faire baisser les températures de nos chaudes soirées augustes. Petit tour d’horizon des différents chauffages d’appoints, rois du confort de l’intersaison.

Panneau rayonnant De’Longhi 1500 W fixé au mur. Prix indicatif : 79,99€.
Cet article fait partie du dossier Choisir un radiateur

Pourquoi choisir un chauffage d’appoint ?

Le chauffage d’appoint est très utile lorsque les températures viennent à chuter vers la fin de l’été, à la fin de l’hiver comme au printemps et qu’il est encore trop tôt pour mettre en route le chauffage central. Dans le salon, le chauffage d’appoint répandra une chaleur agréable, immédiate et homogène et il dégèlera instantanément votre salle de bains. Il est aussi très efficace pour chauffer les extensions de votre maison, les combles et les caves. Enfin, en plus de son utilisation en intersaison, le chauffage d’appoint pourra toujours vous servir en hiver, dans votre appartement, si vous ne souhaitez pas chauffer de trop, et il complétera aisément votre système de chauffage central. Il existe trois grandes familles de chauffage d’appoint : électrique, au fioul ou au pétrole et au gaz.

Les différents types de chauffage d’appoint

  1. Le chauffage électrique

Simples d’utilisation, pratiques, les radiateurs électriques sont les plus répandus sur le marché.

  • Les appareils soufflants : petits et légers, ils diffusent très rapidement une chaleur douce et enveloppante. Néanmoins vous l’utiliserez pour un chauffage local (ils sont parfaits pour les salles de bains) et un court usage car ils sont assez bruyants (même si certains modèles possèdent une fonction silence). Niveau sécurité, ils possèdent un limiteur thermique qui coupe le courant en cas de surchauffe. Vérifiez bien les normes de sécurité si vous les utilisez dans une pièce d’eau (certains modèles sont équipés d’une protection contre les projections d’eau et d’une double isolation thermique). Le chauffage soufflant en céramique présente les mêmes avantages que les chauffages soufflants communs mais la céramique offre une perception de la chaleur encore plus immédiate et compacte. Certains modèles proposent des options très intéressantes : fonction hors-gel, ventilation froide l’été et programmateur. Ils sont souvent fournis avec des accroches murales.
  • Les radiateurs à bain d’huile : faits de plusieurs résistances qui, une fois sous tension, chauffent grâce à un fluide caloporteur, ils diffusent une chaleur durable et homogène dans votre pièce. Leur seul bémol est qu’ils sont lourds (même si mobiles grâce à des roulettes) et qu’ils mettent un certain temps à chauffer. Cependant, même éteints, ils continuent à chauffer votre pièce. Leur grand avantage est qu’ils n’assèchent pas l’air.
  • Les convecteurs : aspirant l’air ambiant par le bas, le chauffant et le diffusant ensuite par une grille située en haut de l’appareil, les convecteurs diffusent une chaleur immédiate mais qui est souvent sèche. Aussi, ils procurent une chaleur localisée : ils conviennent donc pour des surfaces petites à moyennes. La plupart sont équipés de la fonction hors-gel qui permet de laisser le radiateur branché en permanence, même en cas d’absence prolongée et certains modèles disposant de plusieurs modes et même de thermostats. Ils sont souvent fournis avec des accroches murales.
  • Les panneaux rayonnant ou radiant : une plaque de résistance placée sur le front de l’appareil chauffe une façade en acier protectrice qui diffuse une chaleur uniforme en rayonnant sur les meubles, les murs ou les personnes. Le must su panneau rayonnant est que la sensation de chaleur est très agréable et ne dessèche pas l’air. Ils sont souvent fournis avec des accroches murales.

 

  1. Le chauffage au pétrole et au fioul

Ces deux combustibles liquides sont des énergies économiques à l’achat (moins pour le pétrole) et fournissent une chaleur élevée qui se diffuse très rapidement dans la pièce. Certains poêles peuvent disposer d’une autonomie supérieure à 48 heures. Utilisant l’oxygène environnant pour la combustion, vous devrez garantir une bonne aération de votre pièce. En général, les appraiels sont très bien sécurisés pour pallier aux émanations intempestives de monoxyde de carbone. Quelques odeurs désagréables peuvent aussi se dégager à l’allumage du poêle même si certains modèles possèdent un système anti-odeur.

  1. Les poêles au fioul : on distingue deux grands types :
  • Les appareils à flamme jaune : conviviaux et performants au niveau calorifique, ils ont le seul inconvénient d’encrasser assez rapidement et demandent alors un entretien régulier.
  • Les appareils à flamme bleue : plus économiques et performants encore que les appareils à flamme jaune, ils sont en outre beaucoup plus propres (décrassage 1 fois par an).
  1. Les poêles à pétrole :
  • Les poêles à mèche ou a flux laminaire (simple combustion) : ils chauffent très rapidement mais ne sont pas conseillés pour les pièces à vivre car leurs parois peuvent monter à des températures allant jusqu’à 80°C et être ainsi dangereux pour les enfants et/ou les animaux. La mèche doit être changée tous les ans. Parmi toutes les sortes de poêles à pétrole, c’est le plus odorant.
  • Les poêles à double combustion : avec sa flamme visible, c’est le plus convivial. Avec une deuxième chambre à combustion, le pétrole est brûlé dans sa quasi-totalité, ce qui réduit de moitié les émanations de CO₂.
  • Les poêles à injection électronique : ils permettent de très bonnes conditions de confort et de sécurité grâce à une chaleur qui se répartit très vite et uniformément dans la pièce. Ces parois sont froides, ce qui évite des risques de brûlures. Certains modèles sont munis de thermostats, certains aussi régulent la température ambiante en fonction de la température extérieure (ils sont donc économiques) et d’autres possèdent un système d’auto-nettoyage.

Quelques sécurités à prendre : le chauffage à combustibles liquides doit respecter la norme NF D35-300 qui contrôle le système de fonctionnement, la stabilité et la sécurité du poêle. Votre appareil devra être situé à distance de tout meuble et des murs. En cas de choc ou de chute toute alimentation de l’appareil est stoppée. Vous pouvez aussi installer un détecteur de monoxyde de carbone, gaz incolore et inodore, afin d’éviter les intoxications. Sachez que la plupart des modèles possèdent des détecteurs de CO/ CO₂ qui signalent la nécessité d’une ventilation ou s’arrêtent automatiquement si aucune ventilation n’est détectée.

  1. Le chauffage au gaz

Performance et économie caractérisent les chauffages d’appoint au gaz. Alimentés par des gaz liquides, les GPL (gaz de pétrole liquéfiés), comme le butane et le propane, ces chauffages diffusent une chaleur douce qui ne dessèche pas l’air. Les combustibles non polluants, non toxiques, sont conditionnés en bouteille et raccordés au chauffage par un tuyau muni d’un détendeur. Les poêles à gaz sont en plus d’être pratiques très économiques à l’achat mais aussi à l’usage.

  • Le poêle à catalyse : diffusant à basse température, il transmet par convection une chaleur douce de façon homogène grâce à un panneau en fibre de céramique sans besoin de flamme. Sécurisés car ils ne forment pas d’oxyde de carbone, ils permettent jusqu’à 120 heures d’autonomie. Certains sont munis d’un thermostat.
  • Le poêle à infrarouge : grâce à une briquette en céramique réfractaire percée de trous, à la surface de laquelle se consume le butane, une chaleur douce est instantanément diffusée dans la pièce par convection et rayonnement. Préservant la qualité de l’air, ne desséchant pas votre atmosphère, le chauffage à infrarouge permet aussi une très bonne répartition de la chaleur dans votre pièce et convient parfaitement aux plafonds hauts.
  • Le poêle à infrableu : disposant d’un brûleur en inox percé d’une multitude de trous calibrés, les poêles à infrableu diffusent une chaleur douce et conviviale grâce à une flamme visible.

Quelques sécurités à prendre : comme pour les chauffages à combustibles liquides, votre chauffage d’appoint au gaz devra respecter la norme NF EN 449. De plus, concernant la sécurité, sachez que nombre d’appareils disposent d’un système anti-basculement qui, en cas de chute de l’appareil, coupe aussitôt l’arrivée de gaz de même que le thermocouple arrête le fonctionnement de votre poêle si jamais la qualité de l’air se dégrade ou si la flamme s’éteint. En général, tous les modèles disposent d’un contrôleur d’atmosphère et d’une grille de protection frontale.

Lorsque profilent les premiers froids le chauffage d’appoint paraît comme une solution efficace et avantageuse. Préférez les appareils à thermostats qui coupent votre appareil lorsque la température est atteinte et ceux disposant d’un programmateur, plus économiques. Respectueux de votre air et diffusant une chaleur douce, agréables et uniformes dans votre salon, ils vous offrent un confort à tout moment de la journée lorsque les températures extérieures viennent à baisser.

www.castorama.fr    

www.delonghi.com

www.leroymerlin.fr             

www.bionaire.fr

www.supra.fr

www.ewt-heating.nl

www.atlantic.fr

Article publié le 2 septembre 2011

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.