Pour en finir avec le bruit !

Le bruit aujourd’hui concerne tout le monde, que se soit dans un environnement domestique ou professionnel. Plus d’un Français sur deux se dit gêné par le bruit. Mais qu’est-ce que le bruit ? Quels sont ses effets sur notre santé ? Et surtout, qu’en est-il des solutions mises à notre disposition pour y pallier ?

Les nuisances sonores font partie de notre quotidien. En plus des précautions à prendre pour les limiter, c’est dans la structure et l’aménagement de son chez soi que le problème réside.

Le bruit et ses effets nocifs sur notre santé

Selon l’Association Française de Normalisation, le bruit désigne « toute sensation auditive désagréable ou gênante, tout phénomène acoustique produisant cette sensation, tout son ayant un caractère aléatoire qui n’a pas de composants définis». C’est donc un signal acoustique, électrique ou électronique constitué d’un mélange incohérent de longueurs d’ondes et de vibrations irrégulières. Cet ensemble de sons est donc perçu comme gênant, lorsque le niveau sonore est élevé (le seuil de nocivité est mesuré à 80 dB) et que la qualité sonore est mauvaise. Que se soient à cause des transports, de ses voisins ou même au travail, notre environnement est continuellement pollué par le bruit. La fameuse échelle ou carte du bruit nous démontre que bien souvent nous sommes confrontés à 80 dB, seuil pénible et nocif, alors que nous nous retrouvons dans une rue très encombrée où klaxons et circulation intempestives se mêlent. De 90 à 110 dB, nous sommes confrontés à un seuil véritable de danger et à partir de 120 dB, nous pénétrons le seuil de la douleur. Toutes ces indications nous permettent de déterminer les dangers qui mènent à une surdité légère jusqu’à une surdité profonde ou irréversible liée à la destruction des cellules ciliées.

Le bruit débouche alors sur une fatigue auditive avec sifflements d’oreilles, bourdonnements (acouphènes) qui entraînent automatiquement une baisse de l’acuité auditive. On a alors la sensation d’écouter avec du « coton dans les oreilles ».  Aussi, si l’oreille subit une écoute prolongée (plus de 8 heures) à 80 dB on risque perte d’audition. Des troubles cardio-vasculaires ainsi que digestifs, hypertension, stress et irritabilité peuvent se faire sentir. La qualité du sommeil et les performances au travail par exemple sont alors atténuées. Autant de conséquences néfastes auxquelles nous devons prendre garde au quotidien.

A l’écoute de bien sinistres bruits

C’est la structure des bâtiments et l’air qui transmettent le bruit. Mais quels sont les différents bruits qui nous menacent et dont nous sommes toujours victimes :

  • Les bruits aériens extérieurs : vrombissements de voitures, circulation bruyante, avions, voisinage fêtard, c’est l’air qui véhicule le bruit passant alors par les fenêtres et les portes.
  • Les bruits aériens intérieurs et les bruits de choc sont causés par les conversations, la télévision, la chaine hi-fi, ainsi que les bruits de pas ou de meubles déplacés.
  • Les bruits d’équipements  sont souvent dus aux chauffages, VMC,  ascenseurs, chaudières, chasses d’eau et à la robinetterie.

 

Quelles solutions pour quel bruit ?

Les fameuses boules Quiès protègent du bruit que se soit au travail, en vacances, lors de vos temps de loisirs, comme chez soi. Pratiques, ces protections auditives permettent occasionnellement un bon sommeil (fêtes de voisinage, voyage en train, ronflement de son conjoint) et de retrouver votre tranquillité tout en protégeant vos oreilles.

Mais bien souvent, le problème réside dans la structure et la configuration de votre intérieur. Certaines précautions pratiques comme le port chaussettes au lieu de talons, la mise en place de feutre ou d’embouts de plastique sous les pieds des meubles paraissent évidentes pour limiter l’émission de bruit. Mais vos murs, votre plafond ou votre sol, sont-ils bien isolés ? Et votre matériel domestique bien réglé ?

Deux règles sont alors inéluctables :

  • plus les murs sont fait de matériaux lourds (comme le bêton coulé dans un coffrage), plus ils isolent du bruit.
  • plus vos entrées d’air sont mal isolées (fenêtres, portes), plus le bruit passe, autrement dit c’est avec l’air que passe le bruit.

Aussi, il est important de remédier à la structure même de vos parois, de votre sol et de veiller au calage de vos équipements domestiques. Prenez garde pour cela, avant tout travaux d’amélioration acoustique, à faire appel à un spécialiste qui identifiera les sources du bruit et son cheminement. De même, vérifiez les normes de la réglementation acoustique en vigueur, depuis 2000.

1- Concernant l’isolation des bruits intérieurs et de chocs: vous pourrez alors choisir, pour atténuer le bruit, de poser un revêtement de sol textile (moquette ou tapis). Mais ceux-ci n’apportent aucune amélioration vis-à-vis des bruits aériens (voix, télévision, hi-fi) ; ils atténuent cependant les bruits de choc. Le mieux est de faire installer un sol flottant (pose d’une sous-couche résiliente ou sous-couche souple surmontée d’une dalle de béton, de carrelage ou de parquet) par un spécialiste. En effet, pour atténuer le bruit, un revêtement de sol doit être résilient, c’est-à-dire, être souple et élastique.  On diminue alors la transmission du son.

Par rapport aux murs, si la paroi n’est pas étanche à l’air, on peut l’isoler grâce à un enduit de plâtre ou de ciment. Cependant, si la protection acoustique n’est pas satisfaisante, vous pouvez alors choisir l’un de ces procédés :

  • Le complexe de doublage à coller : plaques de plâtre accompagnées d’un isolant en laine minérale, polystyrène expansé élastifié de 40 à 100 mm d’épaisseur. Plus la couche isolante est épaisse, plus l’isolation est performante.
  • Le doublage sur ossature métallique : se réalise grâce à des profilés métalliques constituant l’ossature, d’une lame d’air remplie d’isolant (laine minérale ou mousse acoustique).
  • Les contre-cloisons maçonnées désolidarisées : briques, carreaux de plâtre, blocs de béton cellulaires, désolidarisés du gros œuvre par une bande élastomère.

2- Concernant l’isolation des bruits extérieurs : l’isolement de façade courant (environ 30 dB), s’obtient en réalisant des travaux d’amélioration de l’étanchéité de la fenêtre en bon état, par la pose de joints (en mousse, en résine durcissante ou à lèvre métallique). En revanche, si vous souhaitez isoler votre façade de façon performante (environ 35 dB) vous pourrez remplacer le simple vitrage par un double vitrage asymétrique 10-6-4 (vitrage extérieur de 10 mm et intérieur de 4 mm séparés par une lame d’air de 6 mm), soit en substituant votre ancienne fenêtre par une nouvelle, posée sur le dormant existant. Enfin, pour un isolement de fenêtre très performant (environ 40 dB), remplacez votre fenêtre par une nouvelle fenêtre équipée d’un double vitrage type « feuilleté acoustique ». Sinon ajoutez à la fenêtre existante une deuxième fenêtre équipée d'un simple vitrage d'épaisseur au moins égale à 6 mm.

Attention ! Veillez à ne jamais boucher ou obturer les espaces de ventilation, essentiels pour votre santé, votre hygiène de vie et la pérennité de vos parois. Choisissez des entrées d’air acoustiques, conçues pour laisser l’air passer et limiter le passage du bruit. En outre, pour vos coffres de volets roulants, laissant souvent passer le bruit, plusieurs solutions s’offrent à vous, utiles pour optimiser la réduction du passage du bruit: pose de joints silicone entre la plaque de fermeture et le plafond, pose d'absorbants et isolants acoustiques à l'intérieur du coffre, renforcement du coffre par adjonction ou remplacement de plaques en bois ou en plâtre.

3- Concernant les bruits d’équipements : un réglage des chauffages, VMC, chaudières et robinetteries est nécessaire. Quand il s’agit d’équipements communs au bâtiment, informez votre syndic. Pour les bruits d’eau, des systèmes de réduction d’émission des bruits est possible. Pour les baignoires par exemple, vous pouvez réduire le rayonnement de la baignoire en amortissant la face cachée de celle-ci à l’aide de plaques adhésives visco-élastiques. De même, l’emploi de plots souples sous les appuis et d’étanchéité périphérique à l’aide de mastic silicone est très utile. Vous pourrez aussi combler le vide sous la baignoire par de la laine minérale. En outre, pour les chasses d’eau, réglez le flotteur ou même achetez des robinetteries de chasse d’eau dites « acoustiques » tout en pensant bien à régler le débit de remplissage. Enfin, vous pouvez remédier aux bruits de canalisation par réduction de la pression d’eau, par une pose de caoutchouc entre le collier et la canalisation ou le remplacement des demi-colliers par des colliers garnis de mousse. Si votre canalisation est dans une gaine, vous pourrez aisément combler le vide dans la gaine par de la laine minérale.

Aussi pour chaque cas, bruits d’intérieurs, bruits d’extérieurs, des solutions et des produits d’isolation acoustique existent. Pensez aussi aux terrasses végétales ou faites d’éco matériaux qui permettent aussi d’atténuer le bruit venant de l’extérieur !

www.sante.gouv.fr

www.ademe.fr/particuliers/Fiches/bruit

www.bruit.fr

www.moinsdebruit.com

Article publié le 27 juillet 2011

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.