Se soigner par la luminothérapie

Deux alternatives s’offrent à vous pour entamer un processus de luminothérapie. Dans les deux cas, vous devrez veiller à garder les yeux bien ouverts, pour une action optimale des expositions à la lumière artificielle.

Le nouvel Eveil Lumière de Philips, avec port USB, pour personnaliser votre réveil et votre propre musique. Prix indicatif : 130 euros, avec simulateur de crépuscule.

Si l’on connaît  bien les effets bénéfiques de l’exposition au soleil sur notre santé morale et physique, nous gagnerions beaucoup à utiliser la lumière artificielle dans le traitement des douleurs, des dépressions saisonnières, ou simplement pour promouvoir notre bien-être.

Les propriétés de la luminothérapie

La lumière artificielle, ou « luminothérapie », reproduit la faculté de concentration des couleurs du spectre chromatique chez les rayons du soleil, à l’origine d’une lumière blanche capable d’influer sur notre horloge biologique et notre santé psychique. L’unité de mesure de la lumière, le « lux », stipule qu’un indice minimum de 2 500 lux  serait nécessaire afin que la lumière ait un effet thérapeutique chez un patient (on parle même d’un taux de 10 000 lux pour soigner une dépression saisonnière).

Les effets de l’utilisation de la lumière artificielle

Un traitement médical par luminothérapie peut pallier les dérèglements pouvant affecter l’horloge biologique d’un patient qui subit des phases répétées de stress, de décalage horaire ou de carences en sommeil. On utilise la lumière artificielle pour réduire la tension artérielle, les douleurs articulaires, la production de cholestérol, d’ostéoporose, d’arthrite. Elle aide aussi à lutter contre certaines affections cutanées, telles que l’acné et le psoriasis, ou encore les désagréments de la ménopause et des insomnies, grâce à une stimulation de la production de mélatonine (ou « hormone du sommeil »). Enfin, son incidence sur l’action hormonale du métabolisme et de la libido participe au traitement des phases de dépression saisonnière.

Deux alternatives s’offrent à vous pour entamer un processus de luminothérapie. Dans les deux cas, vous devrez veiller à garder les yeux bien ouverts, pour une action optimale des expositions à la lumière artificielle :

  • des séances de luminothérapie dans les centres de bien-être spécialisés. Comptez une séance d’une heure, une fois par semaine, en position allongée, sous un réseau de lampes fluorescentes (séances de luminothérapie au centre Qee, 46 rue de la Victoire, dans le neuvième arrondissement de Paris : 15 euros pour une séance de 70 minutes, 120 euros pour 10 séances).
  • des expositions répétées à faire chez soi, en s’équipant d’une lampe à luminothérapie, le matin, durant 20 minutes, en vous plaçant à environ 60 centimètres de votre appareil (la marque Philips propose la gamme la plus complète de lampes à usage thérapeutique du marché, depuis l’ « Eveil Lumière », à partir de 45 euros, jusqu’à la lampe « Energylight », avoisinant les 130 euros).

 

www.qee.fr

www.philips.fr

www.innosol.fr

Article publié le 8 août 2011

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.