Salle de bains : un éclairage au naturel

Aujourd’hui, la salle de bains n’est pas uniquement une pièce fonctionnelle. Elle est devenue une pièce de bien-être dans laquelle on passe du temps quotidiennement. Comment allier un éclairage de salle de bains à la fois pratique et esthétique ?

Arc 4 spots Diablo, en métal, 4 x GU10/11 W maxi
Cet article fait partie du dossier Aménager une salle de bains
Alors que Madame est lasse de se maquiller dans une pièce sombre, Monsieur brame de s’être encore une fois coupé en se rasant. Il est temps de modifier l’éclairage de votre salle de bains pour remédier à ces incidents.


Préoccupez-vous tout d’abord des normes de sécurité

L’installation de l’éclairage dans une salle de bains est soumise à des normes de sécurité. En effet, la pièce est divisée en plusieurs
« volumes de sécurité » :

Volume 0
: volume interne de la baignoire ou du bac de douche
Volume 1 : volume au-dessus de la baignoire ou du bac de douche, jusqu’à une distance de 2,25 mètres.
Volume 2 : autour de la baignoire ou du bac de douche, à une distance de 60 cm et sur une hauteur de 2,25 mètres.
Volume 3 : restant de la salle de bains avec une hauteur minimum de 2,25 mètres jusqu’à une distance de 3 mètres au-dessus des vol.1 et 2.

En volume 0 et 1, l’éclairage de classes 1 et 2 est interdit. En volume 2, seul l’éclairage de classe 1 est interdit. Vous pouvez donc fixer un éclairage de classes 2 et 3.

Questionnez-vous sur la taille de votre pièce.

Dans une grande salle de bains, des luminaires spécifiques permettent un éclairage général. Pour une lumière homogène, claire et propre, le plafonnier est le mieux adapté.

Dans un espace plus réduit, un éclairage autour du miroir est suffisant. Il s’apparente à un éclairage de précision.

Vérifiez donc l’Indice de rendu des couleurs (IRC) de vos lampes. Il faut qu’il soit supérieur à 9, pour davantage restituer les couleurs. Sur la boîte d’emballage, il est inscrit aux côtés des autres indications techniques. Vous le reconnaîtrez grâce au symbole IRC.

Pensez à installer des lampes que vous pouvez orienter vers l’usager pour mieux apprécier son utilité lorsque vous vous coiffez ou que vous vous maquillez…

Tubes fluorescents : pour ce type d’éclairage, prenez ceux dont la température de couleur se situe entre 5500 et 6500 Kelvins (K). Une température de couleur à 5500 K correspond à la lumière du soleil au zénith. Entre 5500 et 6500 K, elle est l’équivalent du soleil en été par temps clair. Vous trouverez l’information sur la boîte d’emballage à côté du symbole IRC.

Tout savoir sur le plafonnier


Ses qualités : le plafonnier est discret, évite l’effet d’éblouissement et diffuse une lumière primaire.
Pour ne plus vivre dans une salle de bains dont l’éclairage est trop artificiel, privilégiez le plafonnier halogène plutôt qu’à incandescence. Pourquoi ? L’éclairage sera davantage efficace et la lumière plus proche de celle du soleil car sa puissance d’ampoules va parfois jusqu’à 300 W. Vous pouvez adapter un variateur de lumière pour commander le plafonnier halogène.

Où le placer ? Il est le point lumineux principal. Installez-le donc au centre de la pièce.


Un plafonnier seul ou accompagné ?


Il peut être associé de spots halogènes encastrables au plafond.

Attention :

- Au-dessus de la baignoire ou du bac de douche, les spots de classe 1 et 2 sont interdits.
- Autour de la baignoire ou du bac de douche, à une distance de 60 cm et sur une hauteur de 2,25 m, les spots de classe 2 et 3 sont autorisés.
- Les spots doivent résister à l’eau.
- Le dispositif alimentant l’appareil d’éclairage doit être protégé par un dispositif différentiel de 30 milliampères (mA). Pour la salle de bains, il existe des spots spécifiques classés IP54.

Les spots encastrés ne peuvent être fixés que sur certains types de plafonds : plaques de plâtre, lambris, lames métalliques, textile tendu.

Il doit y avoir assez d’espace et aucun obstacle entre votre faux plafond et le plafond pour que l’installation soit possible.

Pour empêcher toute surchauffe des spots, 5 à 10 cm d’espace entre le faux plafond et les murs sont nécessaires.

Avant de fixer les spots halogènes, vérifiez qu'il n'y a pas de solives ou de poutrelles à l'emplacement prévu.


Autour du miroir : l’éclairage complémentaire


Esthétiquement sobre mais lumineuse, l’applique halogène diffuse une lumière ambiante, non aveuglante, et sera complémentaire du plafonnier. Loin des réglettes avec des lampes de grande taille rondes, elle s’adapte à tout type de déco. Les grosses ampoules sphériques ont été remplacées par de petites ampoules pépites ou des ampoules G9.

Où la placer ? A côté ou autour du miroir.

Vous avez une âme d’artiste et vous rêvez d’être sous les projecteurs ? Installez autour du miroir
« une rampe d’artiste ». Ce type de luminaire diffuse une lumière homogène et proche de celle du jour.
Avantages : il englobe le moindre recoin de la pièce et la moindre forme. Il est parfois suffisant pour éclairer l’intégralité de la salle de bains.


La touche déco ou prolonger votre bien-être

Pour ceux qui souhaitent parfaire la touche « déco » de leur salle de bains et donner une ambiance à la douche ou à leur hammam, les ampoules à led MR16 permettent une bonne luminosité et des jeux de couleurs en toute sécurité. Il faut pour cela un support étanche de protection classe 3 pour éclairage MR16 et donc pour ampoule halogène de 50W maximum. Parce qu’une salle de bains est aussi une pièce à vivre !


Derniers conseils : avant de vous mettre au bricolage, commencez par couper le courant. Placez votre disjoncteur en position « arrêt ». Vérifiez, en insérant votre testeur de phase dans une prise, que le courant est bien coupé. N’oubliez pas que l’eau et l’électricité ne font pas bon ménage…
Article publié le 9 septembre 2010

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.