Le décapeur thermique : le combat de l’air chaud contre la vieille peinture

Pour décaper de la peinture, le secret c’est de la ramollir. Avec de la chaleur, c’est encore mieux. La solution : utilisez un décapeur thermique qui convient particulièrement aux grandes surfaces planes. Après son passage, il ne reste plus qu’à gratter pour retrouver la jeunesse de vos murs.

Décaper la peinture: un combat digne de Lara Croft
Un décapeur thermique fonctionne comme un sèche-cheveux à une différence prêt : l’air qu’il souffle peut-être chauffé à 600°C ! Sa ligne peut aussi être comparé à un pistolet, et la ressemblance ne s’arrête pas là : la poignée revolver située dessous est munie d’une gâchette interrupteur. Il est à la fois maniable et polyvalent avec son plastique à haute résistance thermique et sa légèreté (de 500 à 600 grammes). Question technique, l’air entre par le carter et ressort par l'embout métallique qui contient la résistance chauffante ainsi qu’une buse. Il est aussi équipé d’un thermostat qui le stabilise automatiquement à chaque niveau de chauffe.

Le décapeur thermique est l’outil indispensable pour le décapage des vieilles couches de peintures. Mais il peut aussi être utilisé dans bien d’autres cas : réchauffement de canalisations d'eau gelées, chauffage du bois lors d'un collage traditionnel à chaud, réchauffement de la colle sous-placage pour la restauration de meubles, coudage et soudage par aboutage des tuyaux en matière plastique, séchage des surfaces peintes ainsi que dégrippage des vis bloquées. Son champ d’activité est très large. En réalité, on peut l'employer chaque fois qu'une source de chaleur est nécessaire.

Pour tous ces travaux, il suffit de se procurer un assortiment de buses adaptées :
  • La buse ronde peut être utilisée pour dégripper les vis ou pour décaper de petites pièces.
  • La buse déflectrice est adaptée au chauffage des tuyaux de plastique pour le coudage.
  • La buse plate peut décaper de grandes surfaces peintes.
  • La buse vitro-protectrice sert à décaper le bois des fenêtres sans risquer le bris des vitres sous l'effet de la dilatation du verre.
Du reste, pour travailler efficacement avec un décapeur thermique, le niveau de température est très important. Les pistolets ordinaires ont généralement deux positions, 300 et 500 °C, alors que les modèles électroniques ont un variateur qui offre toutes les possibilités entre 100 et 600 °C. Mais attention, il faut une température moyenne pour les matériaux fragiles comme le bois, les vitres ou les matières plastiques. Une trop forte chaleur sur ces matériaux risque de les enflammer. Autre inconvénient à noter, il s’agit d’un appareil particulièrement énergivore qui consomme une puissance de 1600 à 2000 W environ à chaque utilisation.

A l’utilisation, il faut toujours garder 3 centimètres entre la surface à décaper et la source de chaleur. Quand la peinture commence à cloquer, détournez le canon du pistolet sur une autre partie de la surface et enlevez la couche à l'aide d'un couteau de peintre. Il est aussi nécessaire d'effectuer plusieurs passages sur les surfaces qui ont reçues plusieurs couches de peinture au fil des ans.

Gardez toujours à l’esprit que le décapeur thermique utilise la chaleur, il faut donc le manier avec précaution et ne surtout jamais diriger le jet brûlant sur la peau. Enfin, veillez à vous protéger en utilisant des gants de chantier et non des gants de ménage en plastique qui pourraient fondre sous la projection d’air.

Toutes ces précautions prises, vous êtes paré pour décaper vos murs !
Article publié le 17 mai 2010

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.