Mise en oeuvre et application des laits de chaux, badigeons ou eaux fortes

Badigeons ou eaux fortes : règles de base, dilution du pigment, application a fresco ou a secco, passes en une ou plusieurs couches, effets et finitions.

Magnifique réalisation pour cette façade sous terrasse, peinte avec plusieurs laits de chaux ornementés d'une superbe frise (Martine Moulet pour l'entreprise Calterra 32000 L'Isle -Arné)

Les laits de chaux, appliqués sur enduit chaux offrent un résultat incomparable. Nous avons vu ensemble la théorie de ce type de peinture dans le panorama des types de laits de chaux.

Ici, de la préparation à l'application, quelques exemples de réalisation avec de la chaux CL 90 en poudre (voir la fiche : chaux aérienne ou hydraulique ? ) qui n'ont pour but que de donner quelques techniques possibles et surtout des idées et des perspectives à votre créativité. 

Magnifique réalisation pour cette façade sous terrasse, peinte avec plusieurs laits de chaux ornementés d'une superbe frise (Martine Moulet pour l'entreprise Calterra 32000 L'Isle -Arné)    

Matériel nécessaire :

  • de la chaux aérienne CL 90
  • de l'eau
  • du sel d'alun
  • un ou des pigments
  • des récipients
  • une petite balance
  • du liquide vaisselle
  • des brosses à badigeon en soie
  • un fouet
  • des bâches si nécessaire

Coût : quelques euros, tellement dérisoire qu'il est difficile de le mesurer !

Règles de base

  1. Selon le choix de lait de chaux, la peinture est plus ou moins couvrante.
  2. La chaux blanchit énormément donc moins vous mettez de pigment, plus la teinte sera claire.
  3. Inutile de dépasser la dose de pigment préconisée, le seuil de saturation atteint, le pigment ne fonce plus le lait et peut produire un farinage très désagréable au séchage.
  4. Sur un vieil enduit décoloré ou taché, un chaulage ou un badigeon bien blanc permettent de repartir sur un support propre.
  5. Il est possible de cumuler les couches à condition d'aller du plus épais vers le moins épais (exemple: une couche de chaulage, suivie d'une de badigeon, puis d'une d'eau forte).

La préparation du lait

Elle répond à des principes à observer, quel que soit le lait de chaux : en effet, le poids de pigment étant proportionnel à celui de la chaux, n'oubliez pas de les peser, l'une comme l'autre. 

La mesure en volumes permet de proportionner les quantités de lait à fabriquer, du pot de yaourt pour les petites quantités, au seau pour les grosses. Avec 5 L de lait de chaux, on peut couvrir 10m² en deux couches. 

préparation du lait de chaux
Versez les doses d'eau correspondant au lait que vous voulez obtenir (voir la fiche : laits de chaux 1) dans un récipient puis ajoutez en pluie la quantité de chaux préconisée en remuant, avec un fouet par exemple ou un morceau de bois récupéré.
Diluetion du pigment :

dilution du pigmentPesez la dose nécessaire suivant le tableau de la fiche et faites chauffer l'équivalent d'un pot à confiture d'eau jusqu'à ébullition.
Versez-y le sel d'alun prévu (qui va fondre rapidement), quelques gouttes de liquide vaisselle et la quantité de pigment nécessaire. Remuez.
dilution du pigment
Versez dans la préparation eau+chaux.

Remuez.

Les essais de teinte :

La chaux blanchit tellement qu'il est nécessaire de faire des essais pour obtenir la bonne proportion de pigments et donc le coloris désiré. Il est possible de tester le lait sur une partie peu visible du mur. Pour accélerer le séchage, un sèche cheveux est le bienvenu.

essais de teinte
Autre astuce: tester la teinte sur une chute de béton cellulaire.
Sa structure est tellement absorbante qu'elle boit immédiatement l'eau du lait et laisse donc apparaître, en quelques minutes, la teinte finale, sur un support blanc bien-sûr.
Tenez en compte si votre enduit ne l'est pas. 

A savoir: la teinte de l'eau forte avec le taux de pigment maximum obtenue dans le récipient est quasiment identique (à 1 ton près) à celle après séchage. 

Bien entendu il faut absolument tenir compte des règles de colorimétrie :

  • la teinte de fond est essentielle: à moins de la masquer totalement avec un chaulage ou un badigeon blanc, elle aura un effet sur la couleur appliquée.
  • les pigments sont miscibles entre eux : il est donc possible d'obtenir quantité de nuances. Commencez par n'introduire que très peu du pigment plus foncé dans le plus clair. Il est bien plus facile de foncer que d'éclaicir.

L'application :

a fresco ou a secco:

  • A fresco : sur un enduit frais à la chaux aérienne CL 90  , un enduit terre/paillettes de lin   paille ou copeaux , appliqué depuis moins de 48h ou à la chaux hydraulique (moins de 20h) selon le temps nécessaire au début de la carbonatation de la chaux, aucune préparation spécifique n'est obligatoire.
  •  
  • A secco: sur un enduit sec, quel qu'il soit, il faut impérativement largement humidifier le mur afin que  le support ne "boive" pas l'eau du lait. Mouillez autant que nécessaire pour que le mur soit mouillé sans dégouliner.
application a fresco ou a secco

Les techniques de passe:

En une ou deux couches uniformes : 

En badigeon :

couche en badigeon La technique préconisée classiquement est d'appliquer le badigeon en deux couches croisées. Une première horizontale puis 24 h plus tard une seconde couche verticale, surtout en extérieur pour favoriser l'écoulement de l'eau de pluie. Le résultat est alors un aplat de couleur très unifié.  
Autre technique qui permet d'obtenir une coloration plus nuancée : une seule couche passée "en chevrons" qui consiste à recouvrir un espace donné en oblique à droite puis à gauche. Elle est particulièrement efficace sur les vieux enduits à grosse granulosité à l'aspect rustique (faits par exemple avec du sable 0/2). Elle permet, en effet, de mieux pénétrer les rugosités de ce type d'enduit. Une éventuelle seconde couche peut alors se passer verticalement si on le désire.
Trempez la brosse généreusement en ne l'essuyant sur le bord du récipient que pour éviter les dégoulinures, et appliquez sans tirer la peinture. 
Remuez la préparation entre chaque plongée de la brosse : la chaux et les pigments ont tendance à sédimenter (ils se déposent au fond du récipient). C'est la garantie d'une teinte uniforme.
couche d'eau forte sur des enduits terre
Ici, une seule couche d'eau forte sur des enduits terre, naturellement colorés en beige moyen, ont permis d'obtenir à droite un ocre jaune, à gauche un ocre rouge, tous deux assez soutenus.

En une ou deux couches nuancées

effets de nuanceil est possible d'obtenir des effets de nuance en appliquant silmultanément deux laits de chaux.

 


obtenir des effets de nuance



Ici, deux eaux fortes, l'une ocre jaune, l'autre ocre rouge.
Evitez trop de chevauchements qui mélangent les deux teintes en trop grande proportion et réduisent donc les contrastes.
En cas de nuances pas assez prononcées, il est toujours possible, dès le lendemain, de conforter les nuances en diluant l'eau forte la plus foncée (n'oubliez pas le principe de base de dilution couche après couche, rajoutez un volume d'eau) et en l'appliquant en larges mouvements. 
conforter les nuances en diluant l'eau forte
Possible aussi : passer une première couche de badigeon puis une seconde le lendemain de la même teinte, diluée en eau forte ou plus, sans peaufiner l'application, de façon à créer cet aspect délavé.

mettre une fenêtre en valeur









Et avant l'application ou non du sgraffito (voir la fiche à ce sujet), il est tout à fait possible de tracer des encadrements pour mettre une fenêtre en valeur (réalisation entreprise Calterra, Gîte La Motte, 32000 lIsle-Arné).

Autres possibilités de finition :

La cire :

Cirer un lait de chaux ne pose aucun problème. La cire amoindrit la respiration du mur mais ne la compromet pas du tout.

Il suffit de préparer une cire naturelle (voir la fiche enduit ciré ) et, pour créer des effets de nuances, de la pigmenter . 

cire naturelle pour effets de nuance
Une à deux cuillères à café de pigment suffisent à colorer un pot de 250 g de cire naturelle faite maison (voir la fiche enduit ciré )
La cire s'applique assez liquide, à l'aide d'un chiffon ou d'une brosse selon la granulosité du support. 
application de la cire à l'aide d'un chiffon ou d'une brosse
Diluez-la si necessaire en rajoutant de l'essence de térébenthine puis lustrez au chiffon doux. 
effet moiré

Le résultat est un effet moiré et surtout un décor satiné très facile à dépoussiérer.

Imperméabilisation en surface

Le but recherché est de rendre l'enduit lavable (un coup d'éponge ou un rapide brossage à la brosse en chiendent humide) sans compromettre les qualités respirantes de l'enduit : en soubassement dans une entrée, par exemple, ou entre des pièces

  • avec de l'huile de lin : il suffit de la diluer avec 30% d'essence de térébenthine et de l'appliquer à la brosse à badigeon en une ou deux couches.
  • avec du savon noir à l'huile d'olive : dilué dans de l'eau il s'applique comme l'huile de lin.
ocre rouge, en soubassement
Il faut savoir que ce type de traitement renforce les teintes foncées :
Ici, l'ocre rouge, en soubassement dans une cuisine, est d'autant plus foncé que l'huile de lin en a renforcé la profondeur. 

Le moirage en 3 couches :

Cette technique consiste à passer plusieurs couches de teintes différentes en les grattant de façon à créer l'illusion du vieillissement de chacune d'entre elles.

Appliquez une première couche d'un badigeon (ici ocre jaune)première couche d'un badigeon
en tous sens de façon à bien recouvrir l'enduit . 
seconde couche d'une eau forte24 h après, passez une seconde couche d'une eau forte réalisée dans notre cas avec de la terre verte . 

Après séchage, soit 24h, passez la brosse métallique souple en brossant en chevrons afin de retrouver, par endroits, la teinte du dessous. 

brosser après séchage
troisième couche d'eau forte diluée

24 h plus tard, appliquez une troisième couche d'eau forte diluée, non pas à 6, mais à 10 vol d'eau pour 1 de chaux et pigmentée de 70% de son poids de pigment ocre rouge en l'occurence.
Le lendemain, finissez le travail à la brosse métallique aidée d'un abrasif grossier.
Bien entendu la proportion de chacune des teintes dépend de la volonté que vous aurez eu à les faire plus ou moins ressortir.  
Trois couches donc, pour un effet très moiré qui peut rester tel quel ou prendre des teintes plus soutenues et une allure plus sophistiquée avec une couche de cire naturelle non pigmentée comme fait ici.
couche finale de cire naturelle
Article publié le 31 décembre 2008

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums
  • Bonjour, premièrement merci pour cet article très inspirant. J'ai cependant deux questions car la finition de mon badigeon a été catastrophique. J'ai utilisé le melange 30% lin et terebenthine pour un coffrage de hotte et dessus d'évier dans une vieille maison. le badigeon etait blanc fixé a la potasse. le mélange me l'a rendu jaune pisseux et satiné.
    Après plusieurs jours de séchage je me retrouve avec un mur jaune dont tous les défauts initiaux sont bien apparents, parafineux au touché et satiné.
    Ma question est la suivante que puisse je utiliser comme imperméabilisant ou protecteur du badigeon pour garder le côté mat et velouté de la chaux.
    Deuxième question l'huile de lin fait il toujours cette couche de parafine ou ai je fais une bétise.
    merci pour votre reponse

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.