Peintures naturelles : panorama des types de laits de chaux

Les différents laits de chaux trouvent leur place privilégiée sur des enduits chaux. Du chaulage à la patine, déclinaison des formulations de base.

Depuis l'antiquité, du chaulage protecteur et anti-bactérien des étables, aux fresques raffinées des Palais, la chaux répond aux besoins de tous. Le lait de chaux, sous ses diverses formes, s'avère très pratique lorsque la teinte dans la masse d'un nouvel enduit de finition n'est pas maîtrisée, que les coloris obtenus ne conviennent pas ou, tout simplement, pour raviver un vieil enduit délavé. Son coût est dérisoire, puisqu'il revient, fait maison, à environ 3 € les10m². 

Actuellement très en vogue grâce au retour des techniques ancestrales en restauration du bâti ancien parce qu'esthétique et économique, il est aussi, sous diverses dénominations, amené à s'appliquer sur des matériaux modernes, à l'aide de produits divers (voir :les peintures naturelles : les laits de chaux 3) lui permettant de s'y adapter. 

Peinture naturelle par excellence, le lait de chaux profite au maximum de la blancheur de la chaux aérienne (CL 90 ou 98) ou de chaux aérienne en pâte encore plus fine, plus souple et plus lumineuse. Il  peut néanmoins se faire avec de la chaux hydraulique NHL. On tient alors compte de sa teinte, de sa prise plus rapide et du fait qu'il ne peut plus servir au delà de 4 heures (voir la fiche : chaux aérienne ou hydraulique ). 

Les laits de chaux se déclinent en plusieurs "recettes" formulées selon l'effet décoratif désiré. Leurs différences s'établissent par le rapport entre quantité d'eau et de chaux qui font d'eux des peintures plus ou moins épaisses, donc plus ou moins couvrantes, chacune étant employée à des fins très différentes.

Quel qu'il soit, un lait de chaux n'est jamais aussi réussi que lorsqu'il orne un enduit chaux (voir la fiche : enduit traditionnel à la chaux ) ou des enduits terre (voir les fiches enduit terre )car il ne requiert aucun complément d'accrochage et décore avec une matité inégalable, des effets de moirage uniques et une réceptivité à la lumière inimitable.

les differents laits de chaux

1) Le chaulage

L'une de ses fonctions était, et reste, d'assainir les maçonneries grâce aux qualités anti bactériennes et antifongiques de la chaux. C'est ainsi qu'il est fréquent de trouver des chaulages très blancs dans les étables, les écuries, les silos à grain, bref, tous les lieux sujets à bactéries et/ou nuisibles. Son aspect épais est souvent de type "cordé" et laisse apparaître les traces de la brosse qui a servi à l'appliquer.

façade chaulée en Andalousie façade chaulée en Grèce

Toujours d'actualité, le chaulage reste idéal en façade dans les pays chauds en particulier, comme ici, en Andalousie ou en Grèce, car sa blancheur pourtant si sensible à la lumière au point de se nuancer selon l'éclairage, repousse la chaleur et contribue au maintien de la fraîcheur dans les maisons.  

Autre rôle... et pas le moindre : protéger un enduit mal fini ou érodé grâce à son épaisseur qui colmate faïençages et fissures. Il créé ainsi une barrière naturelle à toute éventuelle infiltration et un parement acceptable. 

Sa formulation de base : 1 vol de chaux pour 1 vol d'eau

2) Le badigeon :

C'est la dénomination la plus courante des laits de chaux, c'est aussi le plus souvent utilisé pour la mise en couleur des enduits. Assez couvrant, il comble les faïençages et permet également, appliqué sans pigmentation, d'obtenir une couche opacifiante blanche sur un fond coloré destiné à repeinture. 

lait de chaux en badigeon

Employé en extérieur comme en intérieur, il permet une mise en peinture rapide aux teintes douces, comme ici un ocre jaune, car sa formulation n'autorise que peu de pigmentation et ne produit alors que des teintes pastels.

Sa formulation de base : 1 vol de chaux pour 2 à 3 vol d'eau

3) L'eau forte :

Peu connu, ce lait de chaux assez dilué offre pourtant des qualités très appréciables. Moins couvrant que le badigeon, il laisse ressortir les charges minérales et contribue à un aspect plus rustique de l'enduit. Sa dilution permet d'une part une plus grande quantité de pigment, ce qui autorise des teintes fortes, et d'autre part un effet aquarellé particulièrement recherché pour des effets très décoratifs. On peut noter ici une palette de teintes: ocres jaune et rouge seules ou mélangées, vert émeraude, bleu de cobalt ...   

lait de chaux en eau forte


Sa formulation de base : 1 vol de chaux pour 6 à 7 vol d'eau

4) La patine :

Dilution extrême pour ce lait de chaux presque transparent que l'on peut fortement pigmenter et qui sert la plupart du temps à uniformiser un fond trop nuancé : un changement de sable en cours de travail d'enduisage ayant provoqué des teintes différentes, un lait de chaux trop vif... ou pas assez, ou encore des écarts de teinte après la restauration d'une pierre... Bien travaillé, il donne un aspect vieilli à un support neuf.

Il peut être utilisé pour fixer des pierres tendres et blanches, telles le tuffeau, qui ont tendance à s'efritter ou à faire de la poussière et pour les protéger en façade, également, des agressions de la pollution qui les pénètre très facilement.

Sa formulation de base : 1 vol de chaux pour 20 vol d'eau

La couleur des laits de chaux 

La pigmentation des laits de chaux, visant la mise en couleur du lait, répond à des critères très précis tenant compte de leur introduction dans le mélange eau et chaux, ce qui en modifie la teneur. Les pigments sont considérés comme des "fines", autrement dit, comme un élément, un apport, un équivalent en terme de charge, à la chaux.

Bref, en apportant des pigments, on ajoute un surplus de matière proche de la chaux, qui modifie la teneur du lait. A partir d'une certaine quantité de pigment, la charge est trop importante et peut provoquer des faïençages ou du farinage. De plus, il existe un dosage au delà duquel l'ajout de pigment n'apporte plus de teinte : on dit qu'elle "sature". Voilà pourquoi plus le lait contient de chaux, moins on ajoute de pigments. 

Il existe 3 types de pigments utilisables avec la chaux, très faciles à trouver en magasins Beaux Arts ou loisirs créatifs, chez les fournisseurs de matériaux naturels ou sur le net aux prix les plus divers.

  • pigments terres et ocres naturelsLes terres et les ocres naturels : issus d'éléments du sous sol, ce sont les pigments de prédilection de la chaux. Très stables et particulièrement durables, ils ne peuvent décevoir.

    Ocre jaunes, rouges, noir d'ivoire, terres de Sienne et d'Ombre brûlée. S'y ajoutent les terres vertes.
    A noter que les ocres du Roussillon, dans le Sud Est de la France, offrent une palette de teintes très prisées.
  • oxydes artificielsLes oxydes artificiels : issus des réactions chimiques des métaux, usités comme on le voit ici dès la plus lointaine antiquité, on obtient des jaunes et des rouges à partir du fer; des verts et des bleus à partir du cuivre. Leur pouvoir colorant très intense minimise leur proportion dans les laits de chaux. Moins stables et plus sensibles au rayonnement solaire, d'où leur fréquent confinement à l'intérieur, il arrive que leur tenue dans le temps soit plus limitée que celle des ocres et terres. A ne pas confondre avec les pigments synthétiques traités plus bas.
  • pigments synthétiquesLes pigments synthétiques : élaborés chimiquement, ils ne s'accordent pas toujours avec la chaux. Leurs couleurs se déforment; leur tenue est aléatoire au contact de la chaux; il n'est pas rare qu'un vert vire au rose ou un bleu au gris...et très rapidement. Heureusement leur caractéristique "synthétique" est annoncée sur le pot !
    Vérifiez bien: une indication sur l'étiquette vous assure sa compatibilité ou non avec la chaux.

Les Adjuvants

Ils sont pratiquement inutiles lorsqu'on applique un lait de chaux sur enduit frais avec des terres ou des ocres, de même lorsqu'on emploie de la chaux en pâte. Néanmoins, leurs qualités associées à la chaux en améliorent les caractéristiques. Nos ancêtres en ont mesuré les effets et leurs ornementations encore présentes en démontrent l'efficacité. 

On retiendra parmi les plus courants :

  • un fixateur des pigments : le sel d'alun (chez les fournisseurs de produits naturels). Il contribue à la tenue de la teinte. Son aspect est très proche de celui du gros sel.
  • des rétenteurs d'eau : ils retardent la carbonatation de la chaux et permettent donc de travailler par climat très sec ou sur support très poreux, sans danger d'absorbstion d'eau prématurée qui peut entraîner le farinage du lait de chaux. On peut citer les huiles (de lin, de noisette, d'olive...), le sucre et la colle de peau ou à papier peint.
  • des agents mouillants qui favorisent la dispersion des pigments et assouplissent la matière: le savon ou le liquide vaisselle. 

En résumé

Voici donc un récapitulif : le tableau suivant propose les mesures et les proportions de matériaux les plus courantes avec de la chaux en poudre, selon la formulation du lait de chaux :  

  But recherché Eau Chaux   CL 90 ou 98 Fixateur (sel d'alun) Pigments en % par rapport au poids de chaux 
Chaulage

Assainir

Protéger

Combler des fissures

aspect cordé très couvrant  

 

 

1 vol d'eau

 

 

    1 vol

 

 

 

1 poignée pour 10  Litres

 

10% terre ou ocres

5% oxydes

Badigeon

Masquer des faïençages

Mise en couleur pastel couvrante

 

2 à 3 vol d'eau

 

    1 vol

 

 

1 poignée pour 10  Litres

 

25% terre ou ocres

15% oxydes

Eau forte

Mise en couleur forte

Mise en valeur des charges minérales 

Aspect aquarellé

 

 

4 à 6 vol d'eau

 

 

    1 vol

 

 

 

1 poignée pour 10  Litres

 

65% terre ou ocres

35% oxydes

Patine

Rattrapage de teinte

Aspect vieilli

Protection de pierres 

 

 20 vol d'eau

 

    1 vol

 

 

1 poignée pour 10  Litres

 

85% terre ou ocres

45% oxydes

Application :

Il existe deux façons de les appliquer (voir la fiche : laits de chaux 2 mise en oeuvre ).

  • "a fresco" c'est à dire sur enduit frais, après le dressage de l'enduit de finition, juste en début de prise (environ 24h pour la chaux aérienne, 12h pour la chaux hydraulique)
  • "a secco" c'est à dire sur enduit sec mais de toute façon largement humidifié avant mise en peinture.
Article publié le 23 novembre 2007

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.