Pourquoi entretenir sa chaudière à gaz?

Entretenir sa chaudière au gaz est loin d’être une simple contrainte administrative. Outre le fait qu’un entretien annuel soit obligatoire, l’intervention d’un professionnel certifié permet de maintenir les performances de l’appareil et sa longévité. Entretenir votre chaudière à gaz réduit aussi les possibles dysfonctionnements et son impact sur l’environnement.

L’attestation d’entretien annuel de sa chaudière à gaz met en évidence les mesures effectuées ainsi que les préconisations relatives aux améliorations possibles en termes d’économie de chauffage.

1. Se couvrir en cas de sinistre. L’entretien annuel d’une chaudière utilisant le gaz comme combustible est obligatoire depuis le décret paru le 9 juin 2009 pour les occupants d’un logement, qu’ils soient propriétaires ou locataires. Ce texte législatif stipule qu’un professionnel certifié doit se déplacer sur place, afin de réviser une fois par an toutes les chaudières individuelles qui affichent une puissance entre 4 et 400 kW. Le chauffagiste remet alors une attestation d’entretien, répertoriant les détails de son intervention, qui sert de preuve auprès des compagnies d’assurance. Cette attestation couvre les occupants en cas de sinistre.

2. Garantir sa sécurité. Entretenir sa chaudière au gaz est essentiel pour des questions de sécurité, suite aux accidents provoqués par des fuites. En effet, le monoxyde de carbone est un élément volatile inodore, incolore, non irritant et invisible, source de graves intoxications. En France, on constate chaque année 5 000 accidents domestiques liés à des fuites de gaz, occasionnant une centaine de décès. Le contrôle régulier de l’appareil permet de mesurer les émissions de dioxyde de carbone, de repérer et de colmater les fuites, ou encore d’améliorer la ventilation et l’aération de l’habitation pour limiter les risques.

3. Faire des économies d’énergie. Au cours de l’entretien de votre chaudière, le professionnel vérifie si ses réglages sont optimisés en tenant compte de vos besoins et de la configuration de votre logement. Bien régler sa chaudière au gaz abaisse la consommation énergétique requise pour son fonctionnement, ce qui a un impact sur la facture d’énergie. Les données fournies par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise d’énergie (ADEME) évaluent cette économie entre 8 % et 12 %. En termes de rendement, le paramètre de la température de l’eau est particulièrement sensible, sachant que plus la température est élevée, plus le besoin d’énergie augmente.

4. Prolonger la durée de vie de sa chaudière. La longévité d’un équipement fait partie de la réflexion à avoir au moment de l’achat pour savoir si l’investissement est judicieux et rentable. En moyenne, la durée de vie d’une chaudière à gaz mal ou non entretenue varie entre 10 à 12 ans. Or, l’entretien annuel combiné à un nettoyage régulier et à des gestes de bon sens favorise le prolongement de sa durée de vie. Il s’agit également de prévenir et de réduire le nombre de pannes et de risques sanitaires (jusque 5 fois moins), obligeant à contacter un chauffagiste en urgence.

5. Mieux respecter l’environnement. La combustion du gaz engendre des émissions de particules polluantes, dont des oxydes d’azote et surtout du dioxyde de carbone. Ce dernier participe à l’effet de serre, une des causes principales du réchauffement climatique terrestre. Entretenir votre chaudière à gaz consiste à contrôler et à évaluer justement ces rejets dans l’environnement, permettant de résoudre les problèmes détectés. Notez au passage que le gaz ne fait pas partie des énergies fossiles très polluantes comme le fioul.

Pour de plus amples informations : www.axenergie.eu

Etape 1 : aération, laissez respirer votre maison. Assurez-vous périodiquement de la bonne ventilation du local de la chaudière (grilles d’aération hautes et basses propres, non obstruées). C’est indispensable au bon fonctionnement de votre chaudière. C’est obligatoire pour votre sécurité.
Afficher la galerie
Etape 1 : aération, laissez respirer votre maison. Assurez-vous périodiquement de la bonne ventilation du local de la chaudière (grilles d’aération hautes et basses propres, non obstruées). C’est indispensable au bon fonctionnement de votre chaudière. C’est obligatoire pour votre sécurité.
©Michel Balic

Etape 2 : l’entretien par un professionnel. Les techniciens sont équipés de tablettes PC, chaque intervention réalisée est donc transmise immédiatement au siège de l’entreprise et ainsi traitée aussitôt par les opératrices administratives, ce qui permet une réactivité immédiate pour l’action de dépannage ou de gestion de réalisation d’un devis de remplacement de pièce.
Afficher la galerie
Etape 2 : l’entretien par un professionnel. Les techniciens sont équipés de tablettes PC, chaque intervention réalisée est donc transmise immédiatement au siège de l’entreprise et ainsi traitée aussitôt par les opératrices administratives, ce qui permet une réactivité immédiate pour l’action de dépannage ou de gestion de réalisation d’un devis de remplacement de pièce.
©Michel Balic

Etape 3 : au cœur de votre chaudière. Le brûleur : cette pièce essentielle doit toujours être propre et bien réglée. Votre professionnel la nettoie et la vérifie annuellement.
Afficher la galerie
Etape 3 : au cœur de votre chaudière. Le brûleur : cette pièce essentielle doit toujours être propre et bien réglée. Votre professionnel la nettoie et la vérifie annuellement.
©Michel Balic

Etape 4 : dispositifs de sécurité. Ne les négligez pas. Le contrôle annuel de votre chaudière et ses réglages par un professionnel garantissent votre tranquillité.
Afficher la galerie
Etape 4 : dispositifs de sécurité. Ne les négligez pas. Le contrôle annuel de votre chaudière et ses réglages par un professionnel garantissent votre tranquillité.
©Michel Balic

Etape 5 : réalisez des économies. L’entretien régulier de votre chaudière à gaz permet de réaliser des économies substantielles à plusieurs niveaux.
Afficher la galerie
Etape 5 : réalisez des économies. L’entretien régulier de votre chaudière à gaz permet de réaliser des économies substantielles à plusieurs niveaux.
©Michel Balic

Etape 6 : le conduit de fumée. Le ramonage du conduit de fumée est obligatoire une fois par an. Un professionnel qualifié profitera de ce nettoyage pour vérifier son état. Ces précautions sont indispensables pour votre sécurité : un conduit obstrué peut être à l’origine d’une intoxication par le monoxyde de carbone.
Afficher la galerie
Etape 6 : le conduit de fumée. Le ramonage du conduit de fumée est obligatoire une fois par an. Un professionnel qualifié profitera de ce nettoyage pour vérifier son état. Ces précautions sont indispensables pour votre sécurité : un conduit obstrué peut être à l’origine d’une intoxication par le monoxyde de carbone.
©Michel Balic

Etape 7 : le vase d’expansion. Un vase d’expansion en bon état est capital pour garder une installation performante.
Afficher la galerie
Etape 7 : le vase d’expansion. Un vase d’expansion en bon état est capital pour garder une installation performante.
©Michel Balic

Etape 8 : la régulation. N’oubliez pas les organes de régulation : faites-les vérifier tous les ans. Le contrôle annuel et leur réglage par un professionnel garantissent votre confort et leur longévité.
Afficher la galerie
Etape 8 : la régulation. N’oubliez pas les organes de régulation : faites-les vérifier tous les ans. Le contrôle annuel et leur réglage par un professionnel garantissent votre confort et leur longévité.
©Michel Balic

Etape 9 : la combustion. Le professionnel effectue les contrôles de combustions et réglages nécessaires au bon fonctionnement de la chaudière,
Afficher la galerie
Etape 9 : la combustion. Le professionnel effectue les contrôles de combustions et réglages nécessaires au bon fonctionnement de la chaudière,
©Michel Balic

Etape 10 : le monoxyde de carbone. Prudence : le monoxyde de carbone est un gaz toxique très dangereux, inodore et incolore. Il peut se dégager chez vous quand vos appareils de chauffage sont privés d’air, quand ils sont encrassés ou mal réglés, quand le conduit de fumée est obstrué.
Afficher la galerie
Etape 10 : le monoxyde de carbone. Prudence : le monoxyde de carbone est un gaz toxique très dangereux, inodore et incolore. Il peut se dégager chez vous quand vos appareils de chauffage sont privés d’air, quand ils sont encrassés ou mal réglés, quand le conduit de fumée est obstrué.
©Michel Balic

Etape 11 : l’entretien une affaire de spécialiste. Adressez-vous à un professionnel du chauffage: lui seul peut vous donner l’assurance et la garantie d’un entretien complet et de qualité.
Afficher la galerie
Etape 11 : l’entretien une affaire de spécialiste. Adressez-vous à un professionnel du chauffage: lui seul peut vous donner l’assurance et la garantie d’un entretien complet et de qualité.
©Michel Balic

Etape 12 : le contrat d’entretien intègre la vérification de l’appareil : circulateur, pompe, température de l’eau chaude sanitaire et du vase d’expansion. Il comprend des contrôles spécifiques à votre chaudière: chaudière raccordée à une VMC (nettoyage du conduit de raccordement), chaudière avec ballon d’accumulation (vérification des anodes), ou chaudière équipée d’un brûleur à air soufflé (mesures: températures de fumée, teneur en dioxyde de carbone (CO²) et oxygène (O²), contrôle réglage de combustion).
Afficher la galerie
Etape 12 : le contrat d’entretien intègre la vérification de l’appareil : circulateur, pompe, température de l’eau chaude sanitaire et du vase d’expansion. Il comprend des contrôles spécifiques à votre chaudière: chaudière raccordée à une VMC (nettoyage du conduit de raccordement), chaudière avec ballon d’accumulation (vérification des anodes), ou chaudière équipée d’un brûleur à air soufflé (mesures: températures de fumée, teneur en dioxyde de carbone (CO²) et oxygène (O²), contrôle réglage de combustion).
©Michel Balic

Etape 13 : le compte-rendu. Après chaque intervention le professionnel rempli un compte rendu sur ordinateur, envoyé ensuite au client par mail ou courrier.
Afficher la galerie
Etape 13 : le compte-rendu. Après chaque intervention le professionnel rempli un compte rendu sur ordinateur, envoyé ensuite au client par mail ou courrier.
©Michel Balic

Article publié le 13 octobre 2017

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire