Rénover un sol en tomettes

Lorsqu'on acquiert un logement ancien, les sols sont souvent abîmés. Certains vieux revêtements donnent pourtant du cachet à une pièce, et il serait dommage d’en changer. Les fameuses tomettes, de forme hexagonale, font partie de ceux-là. Mode d’emploi pour une restauration réussie.

Les tomettes, poreuses, finissent invariablement par s'user. Après un bon nettoyage, les brèches se rebouchent facilement, à l'aide de terre cuite réduite en poudre et de colle époxyde. Il est également possible de changer les carreaux trop abîmés.
Voir plus : tomette

Toute bonne rénovation commence par un bon nettoyage

Avant toute chose, il est nécessaire de complètement nettoyer le sol. Il faut dépoussiérer et laver à l’eau claire les tomettes, en insistant au niveau des joints. N’utilisez encore aucun produit ; il pourrait entrer en action avec ceux que vous appliquerez par la suite. Comme la terre cuite est souvent traitée avec des mélanges spécifiques, il faut déterminer avec quoi les précédents habitants entretenaient leur sol. Après grattage au couteau de peintre d’une petite surface cachée, trois cas sont possibles :

  1. la matière des tomettes semble brute, juste après le dépoussiérage : il faut seulement lessiver avec un produit doux, pour sol poreux. Utilisez alors une fine laine d’acier pour frotter les éventuelles tâches et les joints.
  2. elle apparait plutôt brillante : les tomettes ont sans doute été huilées ou cirées, comme cela se fait souvent. Il faut alors « dé-cirer ».
  3. la terre cuite n’est pas visible, ou des plaques rouges se détachent difficilement : une peinture « rouge de Prusse », très utilisée durant la première moitié du XXe siècle, a été appliquée auparavant. Il faudra décaper.

Venir à bout du cirage et du rouge de Prusse

Pour décaper un sol en terre cuite, deux solutions s’offrent à vous. La méthode manuelle, souvent longue, nécessite un contact prolongé avec des produits toxiques. La méthode mécanique, avec l’utilisation d’une monobrosse à disques, est plus simple, mais plus chère. Un appareil peut être loué à des professionnels pour travaux de gros-œuvre ou de second-œuvre. Quel que soit votre méthode, commencez toujours par vous protéger, avec gants et masque, et aérez la pièce.

Si votre sol a seulement été ciré, vous pouvez le nettoyer à la main, en suivant les instructions de votre « dé-cirant ». En revanche, des tomettes recouvertes de « rouge de Prusse » reviennent difficilement. Appliquez le décapant au pinceau sur toute la surface du sol et laissez agir, comme indiqué sur le mode d’emploi. Ensuite, grattez les plaques de rouge au couteau de peintre. Tenez l’instrument avec un angle faible, pour ne pas abîmer les carreaux. Avec une brosse dure humidifiée, frottez le sol afin d’émulsionner le produit, puis terminez par un rinçage à l’eau claire.

Des marques peuvent subsister, même après un décapage. Appliquez localement un peu de produit à « dé-cirer » et, immédiatement après, recouvrez de terre de Sommières (terre argileuse très absorbante) ou de talc. Pour que le gras soit bien absorbé, patientez au moins une nuit. Enlevez à sec, à l’aide d’un couteau de peintre, et achevez par un passage de brosse douce. Si des tâches persistent encore et toujours sur les tomettes, poncez à l’abrasif fin et humide, avec du liquide vaisselle.

Réparer et changer des carreaux

Pour réparer vos carreaux cassés, vous devez d’abord les mesurer, puis en chercher chez les récupérateurs de matériaux anciens, ou des antiquaires du bâtiment. Des tommettes de forme et taille classiques se trouvent également à l’unité chez les fabricants. Pour enlever le carreau brisé, un burin est indispensable. Grattez toutes les traces de plâtre, ciment, ou chaux qui subsistent au sol.

Trempez quelques minutes le nouveau carreau dans l’eau, et égouttez. Collez-le avec un mortier adapté à l’épaisseur de votre revêtement. Après séchage, refaites les joints avec du mortier adéquat. Si une tomette est cassée mais qu’aucun morceau ne manque, enlevez-la, et recollez ses morceaux avec du mastic ou de la colle époxyde. Après séchage, procédez comme pour le remplacement d’une tomette cassée.

Pour reboucher des trous ou des brèches, il faut réduire grossièrement en poudre quelques morceaux de terre cuite. Mélangez les particules obtenues avec de la colle époxyde, et comblez les trous grâce à une spatule fine. Lissez au couteau pour obtenir une surface bien plane. Vous pouvez achever votre œuvre en ponçant avec un papier à grain très fin et de l’eau.

Les tomettes en terre cuite ainsi rénovées s’entretiennent comme des sols neufs.

Article publié le 1 avril 2012

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire