Le laurier-sauce, une odeur ensoleillé de Méditerranée

Parmi ses nombreuses variétés, seul le laurier-sauce est comestible, dont les feuilles et graines permettent de parfumer la cuisine de notes provençales. Apprécié pour ses qualités ornementales, il saura croître avec facilité dans votre jardin.

Originaire du bassin méditerranéen, le laurier-sauce est une véritable évocation de la Provence par l’odeur et le goût de son huile essentielle, lorsque ses feuilles sont froissées entre les doigts.

De la forme d’un fer de lance, les feuilles du laurier-sauce ne dévoilent leur odeur qu’au moment où elles sont froissées entre les doigts, permettant de libérer son huile essentielle. Issu d’un arbuste au feuillage persistant de la famille des Lauracées, le laurier trouve son origine dans la région de la Méditerranée. Outre les feuilles, la plante produit des baies, qui ont les mêmes propriétés lorsqu’elles sont séchées. Vous pouvez les utiliser de la même manière que la noix de muscade, mais en les râpant avec parcimonie pour ne pas ressentir leur amertume. Le laurier peut se déguster en infusion ou dans un café, pour profiter de ses bienfaits, mais peut également être croqué en début de repas pour couper l’appétit. Ainsi le laurier entre dans la catégorie des aliments-santé, permettant de soulager les crampes d’estomac, purifier les abcès dentaires ou lutter contre les migraines. En outre, son odeur aurait le pouvoir d’éloigner les mouches et autres insectes ou parasites.

De par son surnom « laurier d’Apollon », il appartient à la mythologie grecque, dont l’origine serait le fait de la transformation de la nymphe Daphné souhaitant se soustraire aux ardeurs du dieu Apollon. Connu dès l’Antiquité, le laurier est un symbole de victoire, qui vient orner le front des vainqueurs ; une pratique qui se perpétue au Moyen-Age pour honorer les savants. Très apprécié en cuisine pour son arôme, le laurier se cultive également pour ses qualités ornementales, présentant une frondaison toujours verte, même en hiver. S’il croît assez simplement sous des climats plus froids que sous le chaud soleil méditerranéen, sa résistance au gel ne lui permet pas de rester au-dehors pendant la période hivernale. Préférez alors une culture en bac, si vous vous trouvez à une latitude plus frileuse. Cependant, il demande un entretien minime, pouvant pousser dans n’importe quelle terre, tant que son exposition au soleil est favorable et l’arrosage régulier. Lorsque la feuille est séchée, elle se conserve durant des années, tant qu’elle reste dans un bocal hermétique à l’abri de la lumière.

Attention, car seul le laurier-sauce est comestible, les autres espèces pouvant même être toxiques pour l’homme. Ses feuilles se reconnaissent grâce à une couleur vert sombre et à ses petites fleurs jaunes. Selon les régions, le laurier s’emploie différemment ; en Europe, il est séché avant d’infuser dans les sauces, alors qu’en Inde, il est utilisé frais dans du beurre clarifié. Son parfum spécifique permet de donner une note méridionale à la cuisine, ce qui explique sa présence dans le bouquet garni. N’hésitez pas à jeter quelques feuilles dans vos plats mijotées, car elles supportent admirablement la chaleur de cuisson. Son pouvoir aromatique lui permet de relever le goût d’une marinade, pouvant même se stocker dans une bouteille d’huile végétale. Vous pouvez froisser les feuilles avant de les plonger dans une eau de cuisson de pâtes ou de riz, afin de réveiller les papilles. Même les branches du laurier pourront servir en bâtonnets de brochettes, ayant l’avantage de parfumer les mets avec originalité.

Article publié le 8 septembre 2012

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire